En souvenir d'André

De
Publié par

'Ça se déroulait toujours de la même manière. Une voix appelait sur mon cellulaire, tard le soir ou tôt le matin. Elle demandait à me rencontrer en tête-à-tête. Et donnait la phrase rituelle : En souvenir d'André. Je me rendais à l'adresse indiquée et là, je rencontrais un homme, parfois seul, parfois avec une autre personne, de son âge ou plus jeune. On ne faisait pas de présentations. Ils connaissaient mon nom, ils m'avaient donné leur prénom. Lorsque le malade souffrait trop, l'autre personne était là pour m'expliquer. Je l'arrêtais très vite. Je vais d'abord m'occuper de la douleur.'
Publié le : jeudi 4 octobre 2012
Lecture(s) : 28
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782818016930
Nombre de pages : 201
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Extrait de la publication
En souvenir d’André
Extrait de la publication
DUMÊMEAUTEUR
Aux éditions P.O.L
La Vacation; « J’ai Lu », 1999., roman, 1989 La Maladie de Sachs; « J’ai Lu », 1999 ; « Folio »,, roman, 1998 2005. Légendes; « Folio », 2003., récit, 2002 Plumes d’Ange; « Folio », 2004., récit, 2003 Les Trois Médecins; « Folio », 2005., roman, 2004 Histoires en l’air, 2008. Le Chœur des femmes, roman, 2009 ; « Folio », 2011.
Les autres livres de Martin Winckler sont répertoriés en fin de volume.
Extrait de la publication
Martin Winckler
En souvenir d’André
Roman
P.O.L e 33, rue SaintAndrédesArts, Paris 6
© P.O.L éditeur, 2012 ISBN : 9782818016923 www.polediteur.com
Commencez juste avant la fin. Kurt Vonnegut
Extrait de la publication
Extrait de la publication
« Il y a toujours une petite his toire enchâssée dans la grande. Une histoire qu’on transmet à quelqu’un d’autre. Au moment du départ, l’assis tant devient ce quelqu’un d’autre. Il l’incarne, il lui donne vie. Il reçoit, il écoute, il ne dit rien, il n’intervient pas, il ne fait pas d’analyse sauvage ou d’interprétation intempestive, il écoute, il ne dit rien, il reçoit, il est là. Et, lorsque l’histoire s’achève avec le dernier souffle, il l’emporte et la garde, jusqu’à ce qu’il ait trouvé l’autre à qui la remettre. » Emmanuel Zacks,En souvenir d’André
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant