Femmes de gangsters

De
Publié par

Elles sont trois. Frédérique, la top-modèle montréalaise à la dérive, Antonia, l’Italienne attachée à ses traditions siciliennes, et Marjorie, l’Haïtienne impulsive et ambitieuse. Rien ne les rassemble. Ou presque. Car toutes les trois sont femmes de gangsters…



Lorsqu’un complot conduit le motard québécois, le parrain sicilien et le chef de gang haïtien en prison, la vie des trois femmes s’en trouve complètement bouleversée. Pour la première fois, elles sont confrontées au monde interlope et doivent s’extirper du confort luxueux et de la sécurité dont elles jouissaient. Mais quand la succession de meurtres et d’attentats destinés à détruire les gangs de Montréal touche leurs familles respectives, Marjorie, Antonia et Frédérique décident de réagir. Elles le font à la manière des femmes?: en s’unissant, déterminées à se battre et à affronter la plus grande menace jamais portée au trafic de drogues au Québec.



Grâce à sa connaissance pointue du Montréal multiethnique et criminel, Varda Etienne nous plonge avec réalisme dans l’univers des gangs québécois. Son écriture directe nous promène entre Montréal-Nord, Westmount, la Petite Italie et l’Amérique centrale pour nous livrer un thriller passionnant où le sexe, l’argent et le sang côtoient les préoccupations quotidiennes de toutes les femmes…
Publié le : mardi 12 avril 2011
Lecture(s) : 2
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782895494652
Nombre de pages : 218
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait


À soixante-deux kilomètres de la capitale du Salvador, la ville de Santa Ana dresse fièrement sa cathédrale richement décorée, comme une insulte à la pauvreté de ce pays où le salaire annuel moyen dépasse à peine les cinq mille dollars. Le clocher, dans cinq minutes, va sonner 5 h de l’après-midi. Il fera bientôt nuit. Le soleil se couche tôt sous les tropiques. Des centaines d’hommes, tatoués des pieds à la tête et armés jusqu’aux dents, se préparent à sortir. C’est le début de la journée pour les mareros de la MS-13, l’un des gangs les plus dangereux du monde.

À Montréal, il est presque 18 h. Les embouteillages dans la rue Notre-Dame ont commencé depuis longtemps. Dans un luxueux bureau d’avocats de la rue Sherbrooke, trois hommes, tirés à quatre épingles, s’installent autour de la longue table ovale en érable. Celui qui semble présider la réunion y dépose trois dossiers volumineux. Une étiquette sur chacun d’eux, d’une écriture fine et consciencieuse, indique leur nom : Lavallée, Syracusa et Joseph.

— Ça commence aujourd’hui, entame l’avocat Hernandez. Les ordres sont arrivés ce matin.

— C’est une erreur. Le clan Syracusa est beaucoup plus puissant que prévu, intervient immédiatement un homme dans la cinquantaine avancée, vêtu d’un costume Gianfranco Ferré. Il nous faut encore quinze jours.

— Nous n’avons pas reçu deux millions de dollars chacun pour attendre, rétorque Hernandez.

— Nous avons reçu deux millions pour réussir.

La tension est palpable entre les deux hommes.

— En ce qui concerne Joseph, tout est prêt, dit simplement le troisième homme. Et Cash ?

Le président ouvre le dossier avec un air ennuyé.

— Il y a eu un problème avec Cash Lavallée. Il semble qu’il ait réussi à obtenir des informations.

— Je vous l’ai dit, reprend l’homme en Gianfranco Ferré, il est trop tôt. Il faut demander un délai supplémentaire avant de commencer l’opération.

— Elle a déjà commencé, conclut Hernandez
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi