Gibier

De
Publié par

Tiszlár, petit village perdu dans la grande plaine hongroise : entre les marais, le bisztró et les violons tziganes, des milliers de têtes chauves sortent de terre. Ce sont les betteraves à sucre, les 'blanches de Silésie' qui déchaînent les passions. Au cœur d’une intrigue politique où se mêlent le désir de la terre, la colère des paysans et l’ombre menaçante de Staline, une paysanne traverse son siècle. Venue de l’Angle mort, où s’entassent les pauvres entre les pauvres, elle renverse le vieux monde, plie les hommes à sa volonté, crée un prodigieux kolkhoze à l’image de la société future. Mais rien n’a lieu comme prévu. La révolution hongroise de 1956, le plus puissant soulèvement de ce côté-ci du rideau de fer, bouleverse toutes les prédictions et défait tous les rapports de force. Qui donc est le gibier? Le marchand d’oignons ou le seigneur déchu? La guérisseuse avorteuse ou le bureaucrate déboussolé? Le gardeur d’oies ou la militante révoltée? Une seule chose est sûre : la chasse est un art qui se pratique en groupe. Et cette chronique hongroise, orchestrée par Clément Caliari, ne ménage ni ses personnages ni ses lecteurs.
Publié le : jeudi 14 février 2013
Lecture(s) : 17
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072480614
Nombre de pages : 386
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
DU MÊME AUTEUR
Aux Éditions Gallimard
RETRAIT DE MARCHÉ, 2011.
g i b i e r
CLÉMENT CALIARI
G I B I E R  ô  à 
G A L L I M A R D
© Éditions Gallimard, 2013.
I même le lilas blanc a une ombre 1928-1945
Chapitre 1
Ué ôŝŝé tàçhé dé éttéàvé â ŝûçé fôttàît ŝû à ŝôûpé àû pàî ôî. Eé Ètàît étôûÈé dé ûéàûx qûî dàŝàîét çôé pôû à ŝÈdûîé : dé à pôîté dé ŝà fôûçhétté, Pàçhà ŝôûévà à àŝŝé îîÈé d’éàû, ’ôŝévà – éé Ètàît dÈçôÈé dé qûéqûéŝ àîŝ dé ôŝ ŝé qûî éfûŝàîét çûîéûŝéét dé fôdé – ét à àîŝŝà étôé d’ûé çàqûé dàŝ ’éàû çhàûdé. Déŝ ûéŝ jàûéŝ vîét Èçôé, ûé ôûŝŝé ŝé fôà ét éfî é ôçéàû dé Èûé, Èpàîŝ çôé û pôî, éôtà â à ŝûfàçé é pôûŝŝàt éŝ ûéàûx. Là pétîté fîé véàît d’àvôî hûît àŝ ét tôûvàît çhàqûé épàŝ pûŝ Èçœûàt qûé é pÈçÈdét. — Cé qû’ô àé éŝt dÈûéûàŝŝé, dît-éé. Pédàt ûé îûté dé ŝîéçé, ŝéŝ déûx fèéŝ ét ŝà ŝœû àdèét éûŝ èvéŝ çîŝpÈéŝ, ŝé étéàt dé îé é ôŝévàt éû èé àŝôé ’îŝûté. Là « èé SzékÈ », çôé tôût é ôdé ’àppéàît àû vîàé, Ètàît ûé çôûté féé àé d’û èté, qûî ŝé ŝétàît tôûjôûŝ pîqûÈé àû vîf ét tôûjôûŝ çôûpàé. Eé tôû-àît ét étôûàît éŝ ôçéàûx dé éttéàvé dàŝ ûé vîéîé àîté ét dôàît ’îpéŝŝîô, é ôûîàt
11
àîŝî, qû’éé éŝŝàyàît dé ôyé à phàŝé dé ŝà fîé pôû Èvîté d’té éŝŝÈé. Eé çîàît déŝ yéûx â çhàqûé fôîŝ qûé à ôûçhé çôàît çôté é ôd dé à àîté ét éŝ éfàtŝ, à éàdàt çôpédé, ŝ’àttîŝté, ŝ’àtté-dàîét â à vôî ŝ’épôté, péûé ôû ŝé àîŝŝé fôû-dôyé pà ûé çîŝé dé éfŝ. Eé dît ŝéûéét, pôû ŝé jûŝtîfîé :  I y à dû pàpîkà dédàŝ. C’éŝt ô é pàpîkà. Dé ôûéŝ ŝéçôdéŝ ŝ’Èçôûèét, pédàt éŝqûééŝ Pàçhà é pût çôîŝé àûçû déŝ éàdŝ dé ŝéŝ fèéŝ, î çéûî dé ŝà ŝœû. Tôût é ôdé îàît îtÈîéûéét çà î ’y àvàît jààîŝ éû dé pàpîkà ûé pàt. Nî pôîvé, î ôûtàdé, î àûçûé Èpîçé d’àûçûé ŝôté, â pàt qûéqûéŝ àîŝ dé ôŝ ŝé qûî éŝŝéàîét â dé à ŝçîûé. Pàçhà épôûŝŝà ŝô àŝŝîétté çôé ŝ’î ŝ’àîŝŝàît d’û çàdàvé : C’éŝt pàŝ dû pàpîkà, ç’éŝt dé à ŝçîûé. Lé pàpîkà, ç’éŝt ôûé. Là èé àtà dé tôûé, ŝôtît ûŝqûéét à ôûçhé dé à àîté, évà ŝô ôŝ vîŝàé çûît ét pô-ôà ûé ŝûîté dé ôtŝ qûé péŝôé é çôpît, ŝû û tô qûî é fàîŝàît péû â péŝôé, dàŝ û ôŝçû pàtôîŝ. Pûîŝ éé éŝtà â, dévàt à tàé, pédàt qû’ûé ôûdé Èçàîqûé îtÈîéûé ŝ’éçéçhàît ét à pôûŝŝàît éfî â çîé : !Fîîŝ tà tàçhé, pétîté çàpûé Léŝ àûtéŝ éfàtŝ, téàt, éûét péû qûé éû èé é ŝ’épôté ét éàdèét à tàé d’û àî dôçîé, àîŝ Pàçhà àççétûà ŝà îàçé. « C’éŝt dÈôÛ-tàt, ç’éŝt dÈôÛtàt, ç’éŝt dÈôÛtàt », ÈpÈtà-t-éé àvàt dé çôçûé : « Çà dôé évîé dé vôî pàtôût. » Là èé épôéà à ôûçhé dàŝ à ŝôûpé, tôûà ét
12
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Mon sommeil sera paisible

de editions-gallimard

L'École du Mystère

de editions-gallimard

Visage slovène

de editions-gallimard

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

Le nouveau nom

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant