Infidèles

De
Publié par

Slima est une prostituée marocaine. Son fils Jallal est très attaché à elle. Il l'aide à attraper les hommes, les clients, les soldats d'une base militaire. Il parle et se bat à sa place. Ensemble, ils découvrent à la télévision Marilyn Monroe, en tombent amoureux et en font leur déesse protectrice. Des années 80 à aujourd'hui, nous suivons leurs deux destins en parallèle, de la ville de Salé jusqu'au Caire, de Bruxelles à Casablanca. Purs et impurs, cette mère et son fils réinventent continuellement le sens profond de leur vie mouvementée et de leur attachement pour le Maroc, fait d'amour et de haine. Etape après étape, ils redécouvrent leur religion, l'islam, et la vivent d'une manière inédite. Ils iront jusqu'au bout de cette voie. La tombe du prophète Mohammed à Médine pour elle. L'explosion sublime pour lui.
Publié le : jeudi 23 août 2012
Lecture(s) : 34
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021090321
Nombre de pages : 188
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
INFIDÈLES
Extrait de la publication
Du même auteur
Mon Maroc Séguier, 2000
Le Rouge du tarbouche Séguier, 2004 o et « Points » n P2797
L’Armée du Salut Seuil, 2006 o et « Points » n P1880
Maroc, 19001960 Un certain regard (avec Frédéric Mitterrand) Actes Sud / Malika Éditions, 2007
Une mélancolie arabe Seuil, 2008 et « Points » n° P2521
Lettres à un jeune Marocain Seuil, 2009
Le Jour du Roi Seuil, 2010 prix de Flore 2010 et « Points » n° P2666
Extrait de la publication
ABDELLAH TAÏA
INFIDÈLES
r o m a n
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd RomainRolland, Paris XIV
ISBN9782021090352
© Éditions du Seuil, août 2012, à l’exception de la langue arabe
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
Extrait de la publication
Pour ma mère : M’Barka Allali Bent Mohammed (19322010)
Extrait de la publication
Extrait de la publication
I. Des soldats
Extrait de la publication
1
Personne ne viendra, maman. Tu le sais, maman. C’est trop tard. Ou bien trop tôt. Ils ne viennent plus ici, les hommes. Tu le sais. Tu le sais. N’estce pas que tu le sais ? N’insiste pas. Je ne veux plus. Je ne veux plus de ce rituel. On attend depuis très long temps. C’est fini. C’est fini. La dernière fois, on est tombés sur un monstre. Il voulait me manger. Il m’a fait des choses bizarres. Je te l’ai dit. Tu t’en souviens ? Non ? Vraiment ? Allez, viens, on rentre. On rentre, maman… On rentre. Les rues sont désertes, personne ne nous verra, ne nous insultera, ne nous jettera des pierres. Et si on crache sur toi, je me battrai pour toi. Je te défendrai. Je ne m’en fuirai pas. J’ai grandi. Je le vois, j’ai grandi. J’ai appris à cracher sur les gens moi aussi. Tout au fond de moi, je n’oublie rien. Je ne cherche pas le mal, mais si on me regarde avec des yeux mauvais, des yeux qui jettent des sorts, je sais désormais quoi faire. Je crache. Je fais face.
11
Extrait de la publication
INFIDÈLES
Je ne baisse pas les yeux. J’affronte. Je crache. Je crache sur tout ce monde qui nous méprise, qui ne te reconnaît pas, maman. Je crache. Je crache. Je crache de tout mon cœur, de toute mon âme. Je crache le plus loin possible, aux pieds de mon agresseur, mon ennemi, le salaud qui ne me lâche pas, qui me poursuit de ses remarques mes quines, de sa morale religieuse de frustré sexuel. Je vise loin, maman. Je vise ce territoire où mon attaque prendra tout son sens. Je renifle bien fort. Je racle le fond de ma gorge. Je fais venir sur ma langue toute la morve à moitié séchée dans mes narines. Je fais remonter les saletés qui se cachent dans mes bronches. Je mélange l’ensemble dans ma bouche avec de la salive. Je prépare une grosse bou lette. Je prends mon élan. J’attaque. Je lance mon arme nucléaire. Mon crachat est tellement lourd, tellement sophistiqué, qu’il met un certain temps avant d’atterrir, d’exploser dans la figure de mon ennemi, nos ennemis, maman. C’est comme dans le feuilleton en dessin animéLe Capitaine Majid. L’action se passe en ralenti. Mon crachatest suspendu dans l’air un bon moment. Il sera ainsi à jamais. Dans l’air. Une menace sérieuse pour tous ceux qui t’insultent, maman. Je les tuerai tous, je les exploserai tous. Je les pulvériserai. Je les effacerai de cette terre, de ce monde, de cette nuit interminable, juste avec ce qui sort de mon nez. Ils disent que je suis sale. Que tu es sale. Que je suis le fils d’une femme sale. Le fils de la sale Slima.
12
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi