Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 8,98 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

I.V.

de paul-mike

Justice dans un paysage de rêve

de editions-des-deux-terres

Vous aimerez aussi

Regard à l'ouest

de Mon-Petit-Editeur

Le Trouble-vie

de Mon-Petit-Editeur

suivant
Du même auteur
Chemin faisant vers Saint Jacques de Compostelle, Mon Petit Éditeur, Voyage, 2013 Du rififi dans les sillons, Mon Petit Éditeur, Policier, 2014
François Bats JAUNE FLUO
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France IDDN.FR.010.0120690.000.R.P.2015.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication par Mon Petit Éditeur en 2015
Avertissement
Ce livre n’est pas une fiction, son contenu est réel, authenti-que et vérifiable, exception faite, bien sûr, des personnages, de leur cadre de vie et de leurs aventures, qui sont le fruit de l’imagination de l’auteur.
7
1. Moi, Bulot
« Fleuris où tu es planté ! »
Saint François de Salles Comme une large main protectrice, la noire nuit d’hiver étreint la grande ville endormie. Seul monument éclairé, le clo-cher de la cathédrale Saint Tropinant brille de tout son éclat sous l’hommage des puissants projecteurs qui le ceinturent et l’illuminent a giorno. Nonobstant les économies d’énergie voulues par sa munici-palité fortement connotée écologiste, Saint Tropinant, sous la pression de ses habitants furieux, a pu conserver l’éclairage noc-turne de son emblématique clocher. Pour comprendre cet attachement des habitants à leur monument, il faut se souvenir que depuis le Moyen âge, Saint Tropinant s’est construite et étendue sous son aile bienveillante. Par la suite, la ville, après avoir couvert la colline originelle, a dégringolé de sa butte jus-qu’à devenir Saint Tropinant-Bourg, l’actuelle cité prospère 1 mondialement connue sous l’appellation de Saint Trop . Les Tropinanbouriens ont de la mémoire et n’oublient pas. Le clocher restera éclairé toute la nuit ! Sinon ils se fâchent…
1 À ne pas confondre avec Saint Tropez, localité méridionale qui cherche à se faire connaître en profitant de la notoriété de Saint Tropinant-Bourg.
9
JAUNE FLUO
Toute la ville dort ? Pas vraiment. Du clocher de Saint Tro-pinant, un observateur attentif et insensible à l’éblouissement des projecteurs pourrait voir qu’en basse ville, le Dépôt Muni-cipal de Collecte des Ordures Ménagères est éclairé comme en plein jour et commence à s’agiter. Il est cinq heures, Saint Tropinant s’éveille !
* * *
Au premier coup de cloche, le dépôt exhale un double rugis-sement : "Vroum ! Vroum !" La benne à tassement automatique N° 15, familièrement dé-nommée la "15" par ses servants, n’attendait que cela. Quittant le parfait alignement de ses consœurs, elle se cabre tel l’étalon Ferrari au démarrage d’un Grand Prix et franchit la grille de départ. Jean Bart, plus communément appelé "Le Pirate" est au volant. Il vient de réaliser le démarrage cabré dont il a seul le secret. Il n’y a que lui en effet au dépôt qui sache doser aussi sa-vamment une profonde accélération conjuguée avec un retrait bien dosé de l’embrayage suivi d’un brusque lâcher du frein à main fermement tenu serré jusqu’au moment adéquat. Ainsi libérée, la benne crache une puissante volute de fumée noire qui fait se dresser le clapet de son phallique pot d’échappement et se cabre à presque 30 degrés en pétant comme un troupeau d’éléphants repus et furieux. Le Pirate sort alors son bras musculeux par la vitre baissée et pousse son fa-meux cri de guerre : "I Ha !" Il annonce ainsi à tout le dépôt, au quartier, au monde et à la ville que la "15" est lâchée, qu’elle est encore une fois la pre-mière et qu’elle commence sa tournée. On ne compte plus les chauffeurs du dépôt qui ont essayé de cabrer eux aussi leur benne au démarrage comme le fait le Pi-rate. Tous sans exception ont calé lamentablement devant
10