Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 11,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Publications similaires

K e n d o K e i
du mêmE autEur
FOrmIcatIONs Seuil, 2006
POp Et KOk Seuil, 2012
F i c t i o n & C i e
J u l I E N P é l u c  O N
K e n d o K e i
roman
Seuil e 25, bd RomainRolland, Paris XIV
c o l l e c t i o n« Fiction & Cie » fONDéE par dENIs ROcE DIrIgéE par BErNarD COmmENt
CE lIvrE Est éDIté par olIvIEr ROlIN
L’autEur rEmErcIE lE CENtrE NatIONal Du lIvrE pOur lE sOutIEN apprécIablE DE sa bOursE DE créatION.
 9‑‑‑3‑3
© ÉDItIONs Du sEuIl, mars 
LE CODE DE la prOprIété INtEllEctuEllE INtErDIt lEs cOpIEs Ou rEprODuctIONs DEstINéEs à uNE utIlIsatION cOllEctIvE. TOutE rEprésENtatION Ou rEprODuctION INtégralE Ou partIEllE faItE par quElquE prOcéDé quE cE sOIt, saNs lE cONsENtEmENt DE l’autEur Ou DE sEs ayaNts causE, Est IllIcItE Et cONstItuE uNE cONtrEfaçON saNctIONNéE par lEs artIclEs L 33‑ Et suIvaNts Du CODE DE la prOprIété INtEllEctuEllE.
www.sEuIl.cOm www.fictIONEtcIE.cOm
À Julie.
L’esprit concentré peut percer la pierre.
MaxImE japONaIsE
LImItEs
À quoi pensestu, Ô mon bois touffu, Assombri soudain Par un grand chagrin ?
Qu’astu donc, colosse, Seul dans ce combat, Dressé, tête nue Comme ensorcelé ?
Debout, immobile, Et comme abattu, Sans te battre avec D’orageux nuages !
Et ton casque vert, Épais et feuillu, Soudain arraché Par un tourbillon.
 
AlExIs KOltsOv, « LE bOIs »
        eN 99, uN jEuNE OmmE EN arDEs vENu à pIED Du NOrD DE la FraNcE DépOsa sON balucON à MaDrID DaNs lE parc DE la Casa DE CampO, s’étENDIt sur l’ErbE Et DOrmIt tOut sON saOul. QuElquEs aNNéEs avaNt, sON maîtrE, sON « gaIDO » quI vOyaIt EN luI l’ENfaNt prODIgE Du kENDOkEI, luI avaIt DIt sOlENNEllEmENt : – Tu Iras à MaDrID, mON DEsI, tu Iras DaNs la vIllE sacréE Du kENDOkEI. et tu accOmplIras tON DEvOIr DE justIcE. LE parc DE la Casa DE CampO étaIt pOur uNE part cONsIDérablE DE sa surfacE uNE ImmENsE praIrIE DéDIéE au spOrt Et à la prOstItutION. CErtaINEs zONEs, cOmmE lEs alENtOurs Du lac, lE zOO‑aquarIum, la pIscINE Et lE parc D’attractIONs, pOsséDaIENt uN carmE plus famIlIal ; lE rEstE N’étaIt quE laNDEs Et bOIs pEuplés DE bêtEs, Où Il s’INstalla, frugal. eN jOurNéE, ENtrE DE lONguEs EurEs D’ExErcIcE py‑ sIquE Et DE méDItatION, cE jEuNE ErmItE à la barbE Irré‑ gulIèrEmENt fOurNIE passaIt géNéralEmENt uN mOmENt DEvaNt lEs grIllEs Du parc zOOlOgIquE, à ObsErvEr DE lOIN lEs babOuINs, lEs carIbOus Et lEs flamaNts rOsEs, EN DéjEuNaNt D’uN saNDwIc Et D’uNE tOrtIlla sOus vIDE. il s’ENNuyaIt quElquE pEu, maIs sON mOral Et sa saNté rEstaIENt ExcEl‑ lENts. LE spEctaclE DE DaupINs, DONt ON ENtrEvOyaIt à travErs lEs grIllEs uN sEgmENt DE pIscINE, luI sErvaIt DaccOmpagNEmENtàuNEpausEcIgarEttE.LallEENNéOprèNE DEbOut sur lE rOstrE Du DaupIN. LE ravIssEmENt DE l’ENfaNt par lE DaupIN. MONsIEur LOyal aux sarDINEs, apparItION surprIsE DEs OtarIEs. MégOt arDENt jEté D’uNE  