L'affaire Seznec : nouvelles révélations

De
Publié par

Guillaume Seznec a été condamné au bagne en 1924 pour avoir assassiné son ami Pierre Quéméneur lors d’un voyage à Paris. Ce voyage avait pour but de participer à un trafic de véhicules de la marque Cadillac vers la Russie. Ces automobiles avaient été laissées par les Américains après la Première Guerre mondiale. Seznec a toujours clamé son innocence. Il y a eu de nombreuses demandes de révision. La dernière en date a été rejetée par la Cour de cassation en 2006. Le cadavre de Pierre Quéméneur n’a jamais été retrouvé à ce jour.


Un Américain, spécialiste de l’automobile ancienne, Albert Baker, et un Finistérien, Bertrand Vilain, ont investigué sur l’affaire Seznec en partant de la Cadillac type 57. Après avoir étudié des documents inédits, ils apportent plusieurs faits nouveaux jamais publiés qui éclairent sous un jour pour le moins surprenant toute cette affaire. Ils démontrent qu’un vaste trafic de Cadillac n’a jamais eu lieu entre la France et la Russie soviétique. Les auteurs indiquent aussi très simplement que Seznec, sur le chemin du retour, n’a pas dit toute la vérité sur son emploi du temps. Si la police n’a pas retrouvé de cadavre, c’est qu’elle n’a peut-être pas cherché au bon endroit...

Publié le : lundi 9 mai 2011
Lecture(s) : 367
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782849931172
Nombre de pages : 222
Prix de location à la page : 0,0052€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
LA moJ @A l\é@EJAKH
Lorsque j’ai reçu le manuscrit de messieurs Vilain et Baker, le patronyme Seznec m’a tout de suite rappelé l’affaire du même nom, traitée régulièrement dans les médias. Comme beaucoup de personnes, je ne connaissais ce dossier qu’à travers ce qu’en disait la presse : Guillaume Seznec, injus-tement condamné au bagne pour le meurtre de son ami Pierre Quéméneur. Je savais également que sa famille se battait depuis des années afin d’obtenir la réhabilitation de Guillaume Seznec et que la justice avait repoussé toutes les demandes. J’ai donc lu le manuscrit avec intérêt. Afin de me documenter et avoir d’autres avis, j’ai également consulté internet et trois ouvrages en particulier : NoKI, AI 5AznA?, Denis Seznec l\=BB=EHA 5AznA?, Denis Langlois l\=BB=EHA 3KéménAKH-5AznA?, Bernez Rouz
L’ouvrage de Denis Seznec est intéressant, car il raconte l’affaire, mais également le combat d’une famille. Denis Seznec a fondé l’association France-Justice.
7
Les livres de messieurs Langlois et Rouz sont également dignes d’intérêt puisqu’ils ont eu accès au dossier d’instruction, sur lequel a été jugé Guillaume Seznec en 1924. Denis Langlois a été l’avocat de la famille Seznec pendant 14 ans. Bernez Rouz est historien et journaliste.
Une chose m’a frappé en me documentant, c’est que l’affaire suscite toujours des passions très fortes entre les partisans de l’innocence de Guillaume Seznec et ceux qui sont convaincus de sa culpabilité. Il suffit d’un nouveau témoignage, d’un arti-cle ou d’une interview pour que les hostilités soient relancées. Jusqu’à preuve du contraire, nous sommes encore en démocra-tie et il est légitime que chacun puisse exprimer son opinion sur l’affaire Seznec. Que l’on soit pro ou anti-Seznec, personne n’a le monopole de la parole sur cette affaire. Chacun devrait s’inspirer de cette citation attribuée à Voltaire :« jA nA IKEI F=I @\=??oH@ =LA? ?A GKA LoKI @EJAI, m=EI A mA >=JJH=E KIGK\=K >oKJ FoKH GKA LoKI FKEIIEAz A @EHA »
J’ai aussi remarqué que les citoyens ordinaires ne connais-saient pas vraiment le dossier Seznec.
On peut résumer la position des défenseurs de Guillaume Seznec en trois points : trafic de Cadillac vers la Russie. machination policière. implication d’hommes politiques.
Selon eux, Guillaume Seznec s’est fait piéger afin de protéger une affaire d’Etat.
8
De leur côté, ceux qui estiment que Seznec est coupable s’appuient sur les éléments suivants : Seznec est le dernier à avoir vu Pierre Quéméneur en vie. La machine à écrire ayant servi à taper les promesses de vente a été découverte chez lui. Guillaume Seznec n’a pas pu fournir d’alibis pour les dates clés de l’affaire : 2 juin, 13 juin, 20 juin.
Une chose est certaine dans ce dossier, c’est que la justice de 1923-1924 a été expéditive pour vendre les biens de la famille Seznec. Après la liquidation, la femme de Guillaume Seznec, ses enfants puis ses petits-enfants ont connu des conditions de vie très difficiles, sur le plan matériel et moral. Nous pouvons également associer les descendants Quéméneur et Pouliquen à cette injustice, eux qui n’ont jamais su ce qui était arrivé à leur aïeul. Eux aussi ont subi ragots et sarcasmes.
La justice n’est pas toujours juste. C’était vrai dans les années 1920 et ça l’est encore de nos jours. Mais il y a quand même des progrès par rapport au siècle dernier, comme la possibilité de faire appel lors d’un procès d’assises. Et puis la justice com-mence à reconnaître ses torts quand elle s’est trompée, contrai-rement à ce qu’écrit l’association France-Justice dans sa circu-laire n°31 du 15 février 2011. En bas de la page 5, à propos de l’article4o>AHJ 0oIIAEn : AI .H=nç=EI, *ACAI AJ 5KEIIAI onJ LoJé à '"% FoKH \Enno?An?A, on peut lire :« )K-@Aà @K IOIJèmA EnJAH=?JEB oHC=nEIé F=H .H=n?A-6ééLEIEon, ?A LoJA FoFK=EHA HAIJAH= @on?, @éBEnEJELAmAnJ, ?ommA Kn @éI=LAK ?EnC=nJ FoKH ?AJJA KIJE?A BH=nç=EIA GKE nA HA?onn=îJ =m=EI IAI AHHAKHI »
9
Le« =m=EI »est de trop. Patrick Dils et Alain Marécaux, administrateurs actuels de l’association, qui ont connu la prison, sont les preuves vivantes que la justice est capable de se remet-tre en cause. Autre exemple, celui de Loïc Sécher, qui a vu sa condamnation annulée. Sans compter toutes les personnes qui bénéficient d’un non-lieu ou d’une relaxe, alors qu’elles se trouvaient mises en accusation et parfois incarcérées.
Le sens des mots est très important. Sur le site de France-Justice, une infographie résume l’affaire Seznec. On peut ainsi lire la phrase suivante :« 5AznA? éJ=EJ An *HAJ=CnA AI 1! AJ  KEn m=EI IAI =E>EI IonJ ECnoHéI »Ce n’est pas exact, ses alibis n’ont pas été ignorés. Ils ont été vérifiés par le juge d’instruction et les enquêteurs. Voir la partieNoJAI IKH \=BB=EHA.
L\)..)14- 5-ZN-+ Guillaume Seznec a-t-il menti au cours de l’enquête, de l’ins-truction, de son procès ? La réponse est oui. L’enquête policière a-t-elle été irréprochable ? La réponse est non. Toutes les procédures ont-elles été respectées à la lettre par les enquêteurs ? La réponse est non. L’avocat de Guillaume Seznec aurait-il pu obtenir l’acquitte-ment de son client ? La réponse est oui.
L’une des clés de ce dossier réside dans le trafic des Cadillac, qui a été nié par l’accusation. Messieurs Vilain et Baker ont enquêté sur ce trafic, ainsi que sur la Cadillac de Guillaume Seznec, avec laquelle Pierre Quéméneur a été vu pour la dernière fois.
1
0
En croisant les informations des trois ouvrages cités, ainsi que l’arrêt de la Cour de cassation de 2006 (publié à la fin de ce livre), des contradictions sont apparues.
DansNoKI, AI 5AznA?, Denis Seznec publie un certain nombre de documents afin de prouver le trafic des Cadillac et la machination policière. En les analysant, il apparaît que deux d’entre eux n’ont pas le sens que leur donne M. Seznec. La photo relative au trafic des Cadillac est analysée par messieurs Vilain et Baker dans leur enquête. Quant au docu-ment qui infirme la machination policière, il est étudié dans la partieNoJAI IKH \=BB=EHA.
1
1
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant