//img.uscri.be/pth/5cb9f82cefe2c0812b462221520fe157545cf20c
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

L'Emotion de censure

De
187 pages
Philippe Menvussa n’a jamais aimé son père qui le lui rendait bien… Alcoolique, violent, négligent. Aussi, lorsqu’il se rend au Havre pour son enterrement un peu et son héritage surtout, il ne se doute pas qu’il va mettre les pieds et les mains dans une mare aux canards quelque peu souillée. Dans ce complexe industrialo-portuaire complexé, il n’y a pas que des grues et des dockers, il y a aussi et surtout des flics corrompus et des filles aux corps rompus à toutes leurs exigences. Tant pis, il lui faudra faire avec, tant mieux, lui non plus n’a pas la conscience tranquille…
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

L’ Émotion d e censureCédric Lesueur
L’ Émotion d e censure
UndimancheauHavre
POLAR© Editions Le Manuscrit, 2003
ISBN: 2-7481-3165-7 (pourlefichiernumérique)
ISBN: 2-3164-9 (pour le livreimprimé)CHAPITRE I
Je me souviendrais toujours de ce putain de
dimanche. Là bas, au bout de la rue de Paris, je
cherchais sans attendre un ferry en partance. J’ima-
ginais l’Irlande si verte d’espérance et sa guerre pas
catholique, chouannerie fratricide pour fanatiques
religieux cherche trèfle à quatre feuilles… C’est
tout voire presque tout ce qu’on m’avait vanté de
cette Eire pas toujours mélodieuse où il pleuvotait,
paraît-il, plus de trois cents jours par an. Ah, j’ou-
bliais… leur fameux whiskey et ces bières brunes
plus gaillardes parfois que le Bordeaux de chez
nous ! Je cuvais, titubais, chancelais, vacillais,
le bas du pantalon et les chaussures bousillées,
souillées d’une gerbe infecte… La mienne forcé-
ment. Les opulentes narines du “Saint Patrick”
laissaient quant à elles échapper un épais fumet
grisard, vite dissipé par l’orage qui depuis quelques
minutes pissait allègrement sur Le Havre. Orage,
Oh désespoir ! Ce complexe industriel complexé
dont j’avais du supporter fatalement l’haleine mé-
phitique et la mauvaise humeur plus d’un quart de
siècle durant, restait fidèle à lui-même, pleurant
inlassablement sur son port. Bizarrement, j’allais
l’abandonner moi aussi en sanglotant comme une
vieille fanée, comme si de rien n’était. Et rien
n’allait, puisque mon ventre suintant ne ressemblait
plus qu’à un vieux pneu crevé et j’allais en crever
7L’Emotion de censure
tôt ou tard, j’en étais persuadé pour bientôt en être
convaincu. J’essayais malgré tout de passer les
derniers instants de ma vie aussi discrètement que
les premiers, sans briller, sans brailler non plus…
Le sang coulait encore dans mes veines, mais aussi
le long de mes cuisses, pourtant, personne parmi
les rarissimes quidams osant encore s’aventurer sur
l’asphalteencesheuresindignesnedevaitsuspecter
une quelconque hémorragie. Je ne restais qu’une
raclure de plus, un fêlé éméché, un singe en hiver
mais pas plus malin que les autres… Mes habiles
habits avaient la douleur de mes yeux, aussi obs-
cures que leurs funestes pensées, heureusement, la
lune se faisait pudique ce soir là. Et, dans l’ombre
de son regard, je m’efforçais humblement de me
rappeler au bon souvenir de tous ces malentendus
qui s’étaient si bien entendus pour gâcher une
existence des plus paisibles jusqu’à lors.
L’automne 1999 n’avaient rien à eu envier à ses
successeurs,lespauvres…degrossiersnuagesbour-
souflés se soulageaient indécemment et continuel-
lement sur la Haute mais fière Normandie. Pour-
tant, ce triste jour là, l’atmosphère avait une belle
gueuled’atmosphère,unegueuled’amour,l’horizon
restait magnifiquement et désespérément bleu, dé-
gagé de tout souci… Au zénith, le roi soleil n’en
faisait qu’à sa tête, radieux irradiant, décidant en-
fin d’honorer de sa présence fortuite une formalité
qui pourtant n’en avait guère besoin. Parmi le ri-
dicule groupuscule d’individus venu participer à ce
que certains pourraient appeler ironiquement un en-
terrementdeviedeglaçon,unemoitemoitiédel’as-
sistance ne devait guère regretter ce disgracieux dé-
placement. Pour ces épargnants peu épargnés par la
connerie humaine, une matinée ensoleillée, ensom-
meillée à la cambrousse devait forcément s’avérer
8Cédric Lesueur
plusenthousiasmantequ’unquotidienpartropquoti-
dien…LemagnifiquecimetièremunicipaldeMonti-
villiersavaitcettesibelleréputationd’êtrecharmant,
très accessible, trop peut-être… Perché fièrement
surles hauteursd’unebutteassassinée par lespelle-
teusesaffaméesd’unfutursupermarché,leroyaume
des morts ressemblait sobrement à un square an-
glais. Trop vrai pour une fosse commune, trop poli
pour l’hêtre honnête, l’ossuaire sans victimes sem-
blait manifestement entretenu en grandes pompes,
desplusfunèbres … Des mains tremblotantes mais
chevronnées qui n’étaient pas les miennes s’acti-
vaient sans relâche pour ne pas mourir de plaisir.
Ainsi, les haies disciplinées qui bordaient ce para-
dis pour post-mortels, soigneusement coupées, éla-
guées, coiffées enveloppaient un territoire conquis
ou même les feuilles mortes des sanglots longs des
violons de l’automne ne voulaient plus musarder.
Le jardinier, probablement un sévère sicaire, étouf-
fait quotidiennement et en toute impunité, des mil-
lions de ces mouchoirs de chlorophylle dans d’om-
niscientes musettes de plastique basané. Ce ballet
de coups de balais ressemblait étrangement à un in-
contestablegénocideparcapoteinterposéequen’au-
raitpasreniéunécologisteenmaldecausemaisqui
cause mal.
Le criminel, un sanguinaire potentat des boites
de conserve en denrées méprisables se prénommait
Jean Tertonperre de part l’état si vil. C’était un sire
qu’on se paie sous tous rapports qui comptait hélas
plus d’une corde à son arc, et pas seulement celles
de ses sacs poubelles. Par la force des choses, il de-
meurerait à jamais le régisseur du théâtre des tré-
passés, appellation d’origine incontrôlée qu’il dé-
fendait corps et âme. Pour peu que la sienne n’ait
pas été rendue… De microscopiques yeux acrimo-
nieuxmarquaientsonvisageridé,usagé,décomposé
9L’Emotion de censure
maisquisavaitencoresibiendéconsidérerlesautres
par des regards cauteleux accompagnés harmonieu-
sementdegestesdédaigneux. Devenu,à lagrâcede
sonancienneté,leleaderincontestéducolumbarium,
l’ombre à la faux semblait aussi libre que l’air délé-
tère… Et le vent soufflait parfois dans le mauvais
sens. Ainsi, depuis quelques années déjà, la tumeur
des cerveaux lents attestait que l’infâme souhaitait
ardemment aménager un mausolée d’airain, un co-
quetcapharnaümafind’ysubsisterentoutesérénité.
Stèle est prise qui croyait prendre, et la société bien
pensante,fut-elleborgne,nevoyaitpasd’unbonœil
cette soudaine hérésie grabatairienne. Tant pis, il
s’en foutait, tôt ou tard, il se lancerai tel un pavé
dans la mare dans les douze travaux d’Hercule…
C’est pour bientôt, se répétaient sempiternellement
lescompèrescommèresdesbourgslimitrophes. Se-
lon le fils bouché du boucher qui l’avait murmuré à
la sœur utérine du facteur, l’homme ne s’autorisait
encore qu’à bâfrer, besogner et roupiller là bas, ce
qui n’était déjà pas si mal pour un stakhanoviste du
conditionnementsousvide. L’ermitemiténerentrait
donc plus qu’occasionnellement chez lui, dans une
insignifiante baraque en boqueteau près de la natio-
nale 15, il faut dire que sa dulcinée pas née d’hier
résidaitlàbasaussi,maisàsixpiedssousglèbe. En-
core en parfait état de fonctionnement toutefois, car
son veufpas toutneufl’entretenait, et iltenait, assi-
dûmentdesonlubrifiantnaturel. Chassezlenaturel,
il revient au salaud. Habitude pas si mauvaise qui
lui permettait, bon pied, bon œil, de s’entretenir en
autre, entre jambes de bonne compagnie.
Après ses pauses et les poses imposées de la
décomposée, il s’en retournait la fleur au fusil, la
prose à l’esprit, s’occuper de ses débonnaires pen-
sionnaires. S’inspirant des rigueurs commerciales
en vigueur, les inanimés devaient être satisfaits ou
10Cédric Lesueur
remboursés en vers et contre tous. Pour preuve,
certainement maniaque, forcément insomniaque,
l’ammoniaque emplumé fut même désagréablement
surpris lors d’un ridicule crépuscule par quelques
gamins dépravés à passer un plumeau déplumé
sur ses plus espiègles sépultures. Si le vieux con
avait pu condamner son paradis terrestre à tous
ces damnés cons, il l’aurait fait sans tâtonnements,
sûrement plus pour préserver sa tranquillité que
celledeseshôtesdemarque. Lebougren’aimaitles
gens que morts qui le lui rendaient bien. Pourtant,
ce deuxième jeudi d’octobre, l’incorrect anachorète
parut plus souriant que d’ordinaire lorsqu’on lui
tendit brièvement un bout de papier accompagné
d’un dodu chiffre et d’une insignifiante signature.
Le lendemain, pour deux briques, excessivement
de ciment et un peu de marbre, Monsieur Men-
vussa, de son prénom Gérard, pouvait enfin élire
institutionnellement domicile dans un caveau pas
cadeau. Cen’étaitenfaitequ’unmunificentcercueil
de contre-plaqué sous une épaisse dalle de béton,
armée de mauvaises intentions. Le locataire sans
bail, quant à lui, semblait s’être endormi sur ses
lauriers, acharné décharné, la cinquantaine andro-
pausée du préposé, les paupières plus lourdes qu’un
pèlerinage, il souriait bêtement, béatement pour
rester rigoureux, je ne m’en souviens plus trop à
vrai dire… il faut croire que les mecs de la morgue
avaient tout mis en œuvre pour que l’individu
présenté devienne presque présentable. Bienvenue
donc au musée de cires ! Tristes sires. Pas beau,
palot, papa ne pipait mots, fortement intimidé sans
doute àl’idée devivresa nouvelleviede mortentre
les résidences respectives de Madame Sarah Corni
et Monsieur Gaston Geuif, des voisins trop blêmes
mais sans problèmes, paraît-il.
11L’Emotion de censure
Parmi ceux qui s’étaient sentis bêtement obli-
gés d’éponger leurs larmes et de se rincer l’œil à
la crémaillère de Gégé, on pouvait remarquer un
visage marqué, celui de son ancienne femme, et
autre, beaucoup plus démarqué, celui de son fils
unique. La veuve et l’Orphelin comme par hasard.
Parmanqued’originalitésansdoutemaissurtoutpar
respect pour la mort, la dame larmoyait alors que
sonfaux-jetonderejetonsemblaitquantàluirejeter
cetteidéepaspiquéedesvers. Masquait-ilsibienses
sentiments ou n’en avait-il pas de particulièrement
douloureux ? Certains incertains devaient se poser
cette stupide question, moi aussi d’ailleurs… Tou-
joursest-ilquelorsquelatroppaternelledynastiedu
défunt voulut leur faire part de ses concupiscentes
condoléances,l’hautainimbécilehaussasonmenton
rasé de près et fixa une colonie de cumulus s’accu-
mulant dans la troposphère. Rien à faire, l’effronté
refusa l’affrontement et ne daigna même pas serrer
les courtaudes paluches rebutantes qui s’offraient à
lui en toute décontraction. Plus d’une décennie que
je n’avais croisé le regard insipide et mollasson de
cessouffreteux,jepourraitoujoursdirequejeneles
avais pas reconnus, sûrement parce qu’ils avaient
si mal vieilli et si bien pourri ! Trop bonne, trop
conne,commeditlevieiladage,cellequimedonna
le sein un jour d’égarement fit cet effort surhumain,
d’autant plus que c’est une bouche asséchée par
les larmes qu’elle dut diffamer. Ma mère embrassa
donc machinalement, avec ce formidable dédain
que ces crétins chrétiens pourraient naturellement
confondre avec de la fierté. Sans émoi… Et moi,
et moi, et moi, j’y pense et puis j’oublie, c’est la
vie, c’est la vie… C’étaient toutes des vies sans
vices de forme, moyennes, trop moyennes voire
médiocres, qui n’avaient eu aucun mal à se rendre
plus platoniques qu’elles ne l’étaient d’ordinaire,
parentes mais néanmoins transparentes… Nous
12Cédric Lesueur
les quittions donc, ma mère et moi, sans grands
regrets, je respecterais ses larmes et elle ne s’offus-
querait pas non plus de ma froideur, nous en étions
convenus depuis l’annonce officielle du décès. Si
elle n’avait pas largué les amarres de cette épave
ambulante,troisansauparavant,Catherineseraitde-
venue une ravissante veuve. Ce n’était plus qu’une
femme en noir, mais encore suffisamment belle
pour souffrir, elle s’était volontairement isolée dans
une quarantaine peu épanouie. Institutrice dans une
ZEP;Zoned’EmmerdementsPermanents,elleavait
été mariée plus d’une vingtaine d’années avec un
représentant en faits divers, pour le malheur et pour
le pire. Ils s’étaient aimés, enlacés, habitués, puis,
lassésdes’enlacer,ill’avaitdéçu,elleetlessiens,et
avait recommencé, encore et encore… suivant une
courbe constante de dégradation comme disent les
économistes depuis quelques années. Malgré cela,
la maîtresse des colles, racée mais souvent harassée
n’avait jamais su assez comment s’en débarrasser.
De disparaître, il s’en était chargé lui-même, pour
une fois qu’il assumait enfin ses irresponsabilités.
Ce fut la première de son vivant, la dernière vrai-
semblablement,àmoinsque…Yat-ilunevieaprès
la mort ? Un dessert après le trépas. J’espère bien
quenon,cettelonguetartine demerdemeparaissait
déjà assez difficile à avaler comme cela…
Le dernier lundi du mois précédent, un bien-
veillant voisin, plus curieux que tourmenté par le
silence pesant et l’odeur désagréable provenant
d’un appartement tangent, avait cru malin alerter
la police. Bien lui en pris, pourtant puisque Jésus
Mèyavalpa, homosexuel portugais à poils ras, put
enfin contempler son nom imprononçable imprimé
en toutes lettres majuscules dans le minuscule jour-
nal du coin. Lamentable feuille de choux dont cet
anal phabète se procura sobrement une vingtaine
13L’Emotion de censure
d’exemplairespourlamerdiquesommede88francs,
ravi de son éphémère mais réelle popularité. Célé-
britécontestéedesonquartier,ildépassaitdésormais
le stade sans tribunes du pâté de maisons, faisant
enfin l’unanimité auprès des ménagères de plus de
cinquanteans. Quelparcoursextraordinairepourcet
immigrécontresongré,PrésidentDirecteurGénéral
depuis dix-huit ans seulement d’une moto-crotte à
laVilleduHavre. Outrelamaigreallusionàcezéro
des temps modernes, les plus brillants et gominés
journalistes sautèrent sur l’occasion, faute de mieux
ou de secrétaires bandantes pour intenter un énième
procès contre la bien vaillante police nationale. Si
ses dignes représentants avaient pris plus au sérieux
les appels téléphoniques des employeurs patentés
ou de l’ancienne femme du suicidé, pas tentée non
plus, les photographies les plus audacieuses de son
corps indisposé ne circuleraient pas à présent sur
Proxénet, l’un des serveurs les plus visités d’Inter-
net. Enfin, bref, les autres événements du moment
n’étantguèreporteurs desensationnel,il fallait bien
remplir le torchon local. On ne mélange pas les
torchons propres avec les serviettes sales… c’est
mauvais pour l’image des marques.
Lorsque l’inquiétant inspecteur Ticolis découvrit
l’étatdécomposédefeuGégé,ilsedécomposaidem
ipsofacto,vomissantaussisoudainementquelamen-
tablementsursesélégantsmocassinstoutneufs. Des
brodequinsmâtinalementencaustiquésdontlachou-
croute ingurgitée goulûment la veille n’avait stric-
tement rien à cirer. Ceci, malgré les regards répro-
bateurs des pas tibulaires anges gardiens de la paix
qui l’accompagnaient sans lui foutre la paix hélas.
Depuis le cimetière des éléphants, ce duo d’antipa-
thiquess’étaitbanalementaguerriauxrencontresdu
troisième type avec des êtres malades, livides dont
lesveiness’effilochaientaussisensuellementqueles
14Cédric Lesueur
hauts et les bas de celles qui grimpent trop l’esca-
lier pour fatalement être grimpées à leur tour loin
des feux de la crampe. Dans leur complexe indus-
trialo-portuaire moins complexe qu’il n’en parais-
sait, l’étau se resserrait, les taux de suicides et d’al-
coolémie comptaient maintenant triple au Scrabble
parrapportàlamédiocriténationale,lecoursduchô-
meur au long cours aussi. Loin du lit vide, la sub-
stance humaine devenait laborieusement blanc cré-
meuse, méthode champenoise, presque translucide,
le contraste produit avec la noirceur de la ketchup
coagulée était saisis sang. Un honorable apprenti
Picasso aurait eu là certainement matière à réaliser
uneœuvredegrandeamplitude,inestimableetmés-
estimée. Nu comme un ver, et dieu sait s’il y en
avait, le cadavre s’allongeait de long en large sur
son fidèle canapé en cuir basané. Debout, ce n’eut
peut-être plus été une charogne… Le fleuron mo-
bilier d’un minuscule appartement trois pièces avec
vue sur merde, fleurait bon les crottes de pigeons,
le reste de l’appoint, soit pas grand-chose n’y chan-
geait rien. Un authentique champs de mines anti-
personnels pour le transport en commun des mor-
tels. Minederien,lesvolatilesgrisurbainss’étaient
introduits illégitimement par la lucarne de la cuisi-
nette, qui étrangement gardait la bouche ouverte à
toutes les suggestions. Outre leurs merdeuses défé-
cations,ceschétifsratsvolantsqu’apprécienttantles
mère-grands s’étaient permis de laisser d’autres in-
finitésimales traces deleurpassage pas sisage…
Les yeux de Gérard Menvussa s’étaient perdus
de vue pour finalement disparaître et sombrer dans
l’oubli, toutefois des bribes de morceaux jaunâtres
sebalançaientencoreàl’extrémitédenerfsoptiques
destressés. Lesrapacessanscarapacesemblaientles
avoirassimilerdanslaprécipitationàdesotsvermis-
seaux.
15L’Emotion de censure
“On se croirait presque dans les “Oiseaux” d’Al-
fred Hitchcock… Unede mestoiles favorites!”
Pensa tout haut l’enquêteur de première chiasse
Albert Muda qui était loin d’être une étoile. Très
comparable physiquement au téléhygiénique Ser-
gent Garcia, “Gras-double” comme s’attachaient
pieds et poings liés à l’appeler ses indulgents
collègues, était l’une de ses grandes gueules
pseudo-phylosophales qui font tout miroiter sans
jamais rien réfléchir. L’obèse avait rarement sa
langue dans sa poche mais souvent un doigt voire
plusieursdanslenez,cequil’amenaitfréquemment
à commettre de petites boulettes. Sa dernière en
datte, délicatement collée sur la tapisserie blafarde
dumeublé,ilputenfinexhiberdudoigt,nonpasune
personne, ce qui ne se fait pas, mais le soi-disant
matérielutiliséparceluiquis’étaitdésespérédeson
espérance de vie.
“Inspecteur, vous ne trouvez pas bizarre qu’il se
soit charcuté avec un vulgaireGuyde Graine ?”
Bizarre, vous avez dit bizarre ? Le niveau glo-
bal d’élocution apparaissait insuffisant mais le ton
mayonnaiseaveclequell’harenguetl’haranguaitres-
taitluibiensuffisant. Ilauraitlamoyenneforcément.
Cyniques,sipiques,sescochonneusesanfractuosités
sanguines fixaient l’interloqué avec une certaine ar-
rogance. “Grasdouble”lecoléreuxnesemblaittou-
jourspastolérerlesjuvénilesblancbecsfraîchement
diplômés,chefssurfaitsdesurcroît. Pensezdonc,on
ne rabroue pas impunément le quadruple champion
olympique des épreuves de beuverie inter-commis-
sariats. Optimisteparconviction,policierparnéces-
sité. Lanécessitéfaitloi…Ilavaittentéleconcours
d’inspecteur cinq fois consécutivement pour autant
d’échecs. Rien n’y faisait malgré les concours de
circonstances…quiparfoisluioffraientlesréponses
avant même les questions.”
16Cédric Lesueur
Victor Ticolis, arrière petit-fils d’immigrés ita-
liens protesta fébrilement, préoccupé, trop occupé
à ramasser pudiquement ses gravois de gerbe, pour
remplir une conversation. L’identité du disparu ne
lui était pas inconnue. Instinctivement, il ne voulut
pas que cela se sache. Qui va à la chasse perd sa
place !
“Vulgaire un Guy Degrennes ? Dites, vous bouf-
fezducaviardansdessaladiersenargentchezvous?
Muda moins compliqué n’eut pas le temps de
répliquer, son décrépit collègue et néanmoins ami
d’enfance, pour ne pas dire de défonce se mit à
postillonner quelque bidule plus ou moins cohérent.
Même pour un illustre baroudeur du sandwich et de
la peau de saucisson de la dimension de Pierre Ki-
roule, difficile de raconter des salades avec une ca-
vité rassasiée d’insanités. Tels des boulets de ca-
nons descendant de Marie Gnan et remontant au vi-
sage de l’inspecteur terrifié, d’humbles lambeaux
de mixtion piémontaise s’écrasèrent frénétiquement
sur sa plaisante veste en tweed. Lui qui voulait re-
dorer le blason vestimentaire de la police, en était
pour ses frais avec une laitue qui ne l’était plus de-
puis sa fugue de Rungis. Laitue, les tuerai tous de-
vait-il se dire. Ce n’était décidément pas son jour,
contrairement à ce qu’il avait pu découvrir en trem-
pantsoncroissantetriend’autredevantl’horoscope
du Havre Presse. Malgré la dantesque inappétence
queluiinspiraitl’embouchurebaveuseetdébordante
de vitalité du breton Kiroule, il entreprit courageu-
sement de déchiffrer son flot de paroles inaudibles.
Le torchonné qui avait connu un panel représenta-
tif d’auto-homicidés durant sa pratique sans relâche
de roussin roussi de la criminelle lui signifiait que
c’étaitbienexceptionnelqu’unchançardmettefinà
ses jours avec un ustensile apaisant d’ordinaire les
faims de tous les jours.
17L’Emotion de censure
“D’habitude, cher inspecteur, ils tranchent dans
le vif du sujet avec des lames sans dents, plus tran-
chantes, plus spectaculaires, plus incisives, plus dé-
cisives… J’ai même vu des gars qui n’étaient pas
de taille nous la jouer à la coupe-coupe qui vous la
coupe ou à la samouraï qui déraille, voire au cutter
d’écolierabusifsuivantlespersonnalités…Voussa-
vez, c’est comme pour le reste, y’a les anxieux, les
décontractés,lescoincés,lesdémonstratifs,lesmal-
adroits,lesimpulsifs,lesbricoleurs…Chacunessaie
sans le savoir d’en finir à sa façon, aussi maladroi-
tement qu’il a vécu… A ce propos, J’ai survolé un
articledeplagedansleNouveauDétectiveoujuste-
ment un expert-comptable repenti…
Fallait pas compter sur Ticolis pour s’enrichir
d’une revue de presse pour le moins scabreuse, le
temps pressait et l’oppressait le citron.”
“Merci, j’ai compris. J’accepte sur le champs
votreparrainagepourunabonnementàcettemerde.
Jevousferaisunchèqueaubureau…Pourl’instant,
onad’autreschattesàfouetter,vousnecroyezpas?”
Victor le rotors limita les dégâts parlementaires,
ne semblant pas en état d’écouter quoique ce soit,
surtout pas les divas divagations d’un de ses désor-
donnés subordonnés.
Pierre, finistérien de pure souche paraissait aussi
efflanqué à la porte que Muda était replet non cica-
trisé. Rue de l’Alma, au commissariat central, dans
les brimades du tigre, on n’hésitait pas à comparer
injustement cette paire de fins limiers à Laurel et
Hardy. Pourtant, c’étaient des détectives précieux,
plus loquaces que loques as mais efficaces. L’en-
semble des autres flics pas floques ne l’ignoraient
point, sauf peut-être Ticolis, qui nouvellement dé-
barqué dans le poulailler, ne voulait pas mettre ses
œufsfraisdanslemêmepanierdecrabes. Detoutes
façons,ilsauveraitlaplanètepasnettetoutseul,sans
18