Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

L'empreinte à Crusoé

De
334 pages
Robinson Crusoé vient de passer vingt ans de solitude dans son île déserte. Il a dû reconstruire son équilibre. C'est avec fierté – celle d'avoir soumis l'île à sa domination – qu'il entame ce matin-là une promenade rituelle sur la plage où il avait mystérieusement échoué il y a tant d'années.
C'est alors qu'il découvre l'inconcevable : dans le sable, une empreinte. Celle d'un homme.
Passé l'affolement, puis la posture agressive et guerrière, le solitaire s'élance à la recherche de cet Autre qui lui apporte ce dont il avait oublié l'existence : l'idée même de l'humain. Commence alors une étrange aventure qui le précipite en présence de lui-même et d'une île inconnue jusqu'alors.
Celui qui avait réussi à survivre sans civilisation, sans culture, sans autrui, doit maintenat affronter ce qu'il n'aurait pu imaginer ailleurs qu'ici : la relation à l'impensable.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 1
BBAT_001a336.indd 1AT_001a336.indd 1 221/08/13 09:091/08/13 09:09LE BANQUET DES AFFAMÉS             BAT_001a336 - 14/05/13  - 3
collection folio
BBAT_001a336.indd 3AT_001a336.indd 3 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 4
BBAT_001a336.indd 4AT_001a336.indd 4 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 5
Patrick Chamoiseau
L’empreinte
à Crusoé
Postface de Guillaume Pigeard de Gurbert,
De la trace à l’empreinte
Gallimard
BAT_001a336.indd 5BAT_001a336.indd 5 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 6
© Éditions Gallimard, 2012, et 2013 pour la postface.
BAT_001a336.indd 6BAT_001a336.indd 6 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 7
Patrick Chamoiseau a publié du théâtre, des romans
(Chronique des sept misères, Solibo Magnifi que, Biblique des derniers
gestes), des récits (Antan d’enfance, Chemin-d’école) et des essais
littéraires (Éloge de la créolité, Lettres créoles, Écrire en pays
dominé). En 1992, le prix Goncourt lui a été attribué pour son
roman Texaco.
BBAT_001a336.indd 7AT_001a336.indd 7 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 8
BBAT_001a336.indd 8AT_001a336.indd 8 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 9
À Son Altesse sérénissime,
le comte Guillaume Pigeard de Gurbert,
juste comme ça, tout contre,
mais sans philosophie.
P. C.
BAT_001a336.indd 9BAT_001a336.indd 9 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 10
BBAT_001a336.indd 10AT_001a336.indd 10 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 11
Je crois impossible de peindre au vif
les transports et l’espèce d’extase où se trouve
l’homme qui se voit sauvé de la sorte, et
arraché, pour ainsi dire, du fond du tombeau.
Daniel Defoe, Robinson Crusoé
Et ma solitude n’attaque pas que le
fondement des choses, elle mine jusqu’au
fondement même de leur existence.
Michel Tournier,
Vendredi ou les limbes du Pacifi que
Ainsi est éteinte la genèse, et, de
destruction, on ne doit pas entendre parler.
Parménide, Le Poème
Partons donc de cet aveu d’impénétrabilité.
Victor Segalen
Il n’est pas d’arrière-pays. Tu ne saurais te
retirer derrière ta face.
Édouard Glissant
Quelle tâche colossale que l’inventaire du
réel.
Frantz Fanon
BBAT_001a336.indd 11AT_001a336.indd 11 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 12
BBAT_001a336.indd 12AT_001a336.indd 12 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 13
Sommaire
Journal du capitaine 15
1. L’idiot 17 85
2. La petite personne 89
Journal du capitaine 217
3. L’artiste 221 263
L’atelier de l’empreinte. Chutes et notes 277
Postface. De la trace à l’empreinte 301
BBAT_001a336.indd 13AT_001a336.indd 13 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 14
BBAT_001a336.indd 14AT_001a336.indd 14 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 15
JOURNAL DU CAPITAINE
22 juillet – En l’an de grâce 1659 – Ces
voyages vers le nouveau monde n’en
fi nissent pas de me surprendre, et la
divinité sait combien j’en ai mené
durant ces vingt dernières années.
Aux premières lueurs du jour, nous
avons abordé une mer d’algues
bleues, scintillantes, avec des refl ets
roses qui se répercutaient sur le ciel
et la matière des bas nuages. Après la
tempête que nous venions d’essuyer,
c’était comme si nous entrions dans
un monde de féerie légère où le réel
se mettait à trembler légèrement...
Les vents étaient faibles, cependant
j’ai fait ramener de la voilure pour
que l’équipage puisse vivre cet
instant très étrange. Tout le monde
s’est penché aux bastingages,
certains ont escaladé les fi lins, ou se
sont agglutinés sur la tour de vigie, et
15
BBAT_001a336.indd 15AT_001a336.indd 15 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 16
dans un silence stupéfait, quasi
religieux, nous avons contemplé ce
prodige que notre vaisseau divisait très
doucement...
Nous devrons atteindre
Saint-Domingue puis le Brésil dans quelque
temps, la cale est silencieuse, pas de
cris, juste l’odeur ef rayante que j’ai
fait combattre une fois encore à
coup de vinaigre chaud et d’herbes à
fortes senteurs...
BBAT_001a336.indd 16AT_001a336.indd 16 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 17
1. L’idiot
BAT_001a336.indd 17BAT_001a336.indd 17 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 18
BBAT_001a336.indd 18AT_001a336.indd 18 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 19
seigneur, je naquis de nouveau en cette année
dont je ne savais rien, en cette heure
d’équinoxe sur mon île oubliée, sans doute à l’instant
même où j’éprouvais le sentiment de
m’insinuer entre deux masses de lumière : celle qui
provenait du brasillement de l’océan, et l’autre
que constituait la phosphorescence implacable
de la plage ; et ce que j’avançais entre les deux,
ce n’était pas seulement mon corps, mon
parasol, mes hardes en peaux de bêtes, mon
mousquet cliquetant, ou même ce sabre qui me
battait la jambe au bout du baudrier ; non ;
c’était une superbe corporelle et mentale qui
résumait ces vingt années de solitude durant
lesquelles j’avais malgré tout réussi à dompter
l’infortune ;
je m’étais déplacé vers cette partie de l’île car
depuis quelque temps j’éprouvais le sentiment
d’être sauf du péril ; je croyais avoir atteint
ce stade ultime d’ordre et d’organisation où
rien n’aurait pu me ramener en arrière ; j’avais
19
BBAT_001a336.indd 19AT_001a336.indd 19 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 20
apaisé les démons du sang, des chairs et de
l’esprit, domestiqué des peurs, vaincu ces
régressions qui bien des fois m’avaient vautré à la
manière des crapauds ladres dedans les
marigots ; et plus encore : j’avais su conserver le don
de la parole ; et même la faculté d’écrire ; et si le
curieux petit livre rescapé du naufrage de la
vieille frégate n’avait jamais atteint à mon clair
entendement, j’avais maintenu jour après jour
le geste de l’ouvrir, l’envie de le feuilleter, la
coutume de le lire, pratiqué cette liturgie d’en
recopier très souvent au hasard ses phrases
énigmatiques ;
cela faisait longtemps que je n’étais pas
revenulà, en cet endroit où j’avais touché terre à
l’équinoxe d’automne, inaugurant sans le savoir
encore l’éternité d’une tragédie dépourvue de
témoins ; oublier cette plage avait été ma
manière de larguer l’espérance d’un départ de ce
lieu, le sanglot du possible retour ; ainsi, j’avais
formalisé ma volonté d’assumer cette île, ma
solitude, mon désespoir, mes oublis et mes larmes,
et d’en faire, à force de travail, d’ordre et de
raison, la matière d’un destin ; sitôt que cela me
fut possible, j’avais donc viré le dos à ces années
biliaires épuisées à guetter une voile dans ce
métal de sel qui plombait l’horizon ; mes
premières années furent des années sans vie à
battre l’espère d’une visite, à la redouter aussi
de par la crainte des cannibales natifs de la
région ; un jour, j’avais déserté ce rivage, comme
20
BBAT_001a336.indd 20AT_001a336.indd 20 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’EMPREINTE À CRUSOÉ             BAT_001a336 - 21/08/13 - 333
LE PAPILLON ET LA LUMIÈRE, Philippe Rey, 2011 (Folio
on  5597).
HYPÉRION VICTIMAIRE, La Branche, 2012.
BBAT_001a336.indd 333AT_001a336.indd 333 221/08/13 09:091/08/13 09:09L’empreinte à Crusoé
Patrick Chamoiseau
Cette édition électronique du livre
L’empreinte à Crusoé de Patrick Chamoiseau
a été réalisée le 12 septembre 2013
par les Éditions Gallimard.
Elle repose sur l’édition papier du même ouvrage
(ISBN : 9782070453504 - Numéro d’édition : 252942).
Code Sodis : N55683 - ISBN : 9782072491009 -
Numéro d’édition : 252944.