L'été

De
Publié par

Qu'il suive le fil d'Ariane sur les traces du Minotaure pour évoquer Oran et ses alentours, qu'il revisite le mythe de Prométhée à la lumière de la violence du monde moderne, ou qu'il rêve à la beauté d'Hélène et de la Grèce, Albert Camus nous entraîne tout autour de la Méditerranée et de ses légendes.
Un court recueil de textes lyriques et passionnés pour voyager de l'Algérie à la Grèce en passant par la Provence.
Textes extraits de Noces suivi de L'été.
Publié le : mardi 2 avril 2013
Lecture(s) : 15
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072470417
Nombre de pages : 140
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
C O L L E C T I O N
F O L I O
Albert Camus
L’été
Gallimard
Ces textes sont extraits deNocessuivi deL’été(Folio n° 16).
©Éditions Gallimard, 1959.
Né à Mondovi en Algérie en 1913, Albert Camus est d’origine alsacienne et espagnole. Son père, ouvrier agricole, est tué au front durant la Première Guerre mondiale et le jeune garçon vit à Alger avec sa mère qui fait des ménages. Élève brillant, il obtient une bourse, passe une licence de philosophie et présente son diplôme d’études supérieures sur les rapports de l’hellénisme et du christia-nisme à travers Plotin et saint Augustin. Mais, de santé fragile et craignant la routine, il renonce à enseigner. Il s’oriente vers le jour-nalisme. En 1934, il adhère au parti communiste. Son premier essai,L’envers et l’endroitlivre l’expérience, déjà riche, d’un garçon de vingt-deux ans : le quartier algérois de Belcourt, le misérable foyer familial et surtout « l’admirable silence d’une mère et l’effort d’un homme pour retrouver une justice ou un amour qui équilibre ce silence ». L’année suivante, en 1938, il publieNocesqui confirme ses dons d’écrivain. La guerre bouleverse sa vie : la censure inter-ditL’Alger républicainoù il travaillait et le jeune homme débarque à Paris où il rejoint la Résistance dans le réseau « Combat » pour des missions de renseignements et de journalisme clandestin. En 1942, paraîtL’étranger, roman placé sous le sceau de l’absurde et dont il dégage la signification dans un essai,Le mythe de Sisyphe. Premiers succès, mais aussi premières critiques et premiers malen-tendus. Il entre au comité de lecture des Éditions Gallimard et, à la Libération, devient rédacteur en chef deCombat. Il prend désor-mais position sur les grands sujets du moment comme le colonia-lisme ou la bombe atomique. En 1947,La peste, étonnante chronique de la lutte d’une ville contre une épidémie, remporte un
immense succès et le pousse à abandonner complètement le jour-nalisme pour la littérature. Il écrit des romans, mais aussi des nou-velles remplies de doutes, commeL’exil et le royaume, du théâtre et des essais. Son essaiL’homme révoltéprovoque une controverse avec des écrivains tels que Sartre ou Breton. Il adapte les œuvres d’écrivains étrangers comme Faulkner, Buzzati, Calderón ou Dos-toïevski avant de publierLa chute, la confession d’un avocat, en 1956. Il reçoit le prix Nobel de littérature en 1957 et commence un nouveau roman,Le premier homme. Un accident de voiture, le 4 janvier 1960, laissera ce roman inachevé. e Écrivain majeur duXXsiècle, Albert Camus est l’auteur d’une œuvre tout entière tournée vers la condition de l’homme et qui, partant de l’absurde, trouve une issue dans la révolte. Aux passions méditerranéennes a succédé un humanisme inquiet et au lyrisme des premiers textes un style rigoureux et lumineux.
Découvrez, lisez ou relisez les livres d’Albert Camus :
A C T U E L L E S . Écrits politiques (Folio Essais n° 305) A C T U E L L E S . Chroniques algériennes (Folio Essais n° 400) C A L I G U L Asuivi de(Folio n° 64)MA L E N T E N D U L E C A L I G U L A (Folio Théâtre n° 6) L A C H U T E (Folio n° 10 et Folio Plus n° 36) D I S C O U R S D E S U È D E (Folio n° 2919) L ’ E N V E R S E T L ’ E N D R O I T (Folio Essais n° 41) L ’ É T R A N G E R (Folio n° 2 et Folio Plus n° 10) L ’ É T A T D E S I È G E (Folio Théâtre n° 52) L ’ E X I L E T L E R O Y A U ME (Folio n° 78) L E S J U S T E S (Folio n° 477, Folioplus classiques n° 185) L E T T R E S À U N A MI A L L E MA N D (Folio n° 2226) L ’ H O MME R É V O L T É (Folio Essais n° 15) L E MA L E N T E N D U (Folio Théâtre n° 18) L E MY T H E D E S I S Y P H E (Folio Essais n° 11) N O C E Ssuivi deL ’ É T É (Folio n° 16) L A P E S T E (Folio n° 42 et Folio Plus n° 21) L E P R E MI E R H O MME (Folio n° 3320)
J O N A S O U L ’ A R T I S T E A U T R A V A I Lsuivi deL A P I E R R E Q U I P O U S S A ,extraits deL ’ E X I L E T L E R O Y A U ME (Folio 2! n° 3788) L A MO R T H E U R E U S E (Folio n° 4998) L E S P O S S É D É S (Folio Théâtre n° 123)
Pour en savoir plus sur Albert Camus et son œuvre :
R O G E R G R E N I E RAlbert Camus soleil et ombre(Folio n° 2286) O L I V I E R T O D DAlbert Camus, une vie(Folio n° 3263) V I R G I L T A N A S ECamus(Folio Biographies n° 65) Bernard Pingaud commenteL’étranger(Foliothèque n° 22) Jacqueline Lévi-Valensi commenteLa chute(Foliothèque n° 58) Jacqueline Lévi-Valensi commenteLa peste(Foliothèque n° 8)
Mais toi tu es né pour un jour limpide... H Ö L D E R L I N.
Cet essai date de 1939. Le lecteur devra s’en souvenir pour juger de ce que pourrait être l’Oran d’aujourd’hui. Des protestations passionnées venues de cette belle ville m’assurent en effet qu’il a été (ou sera) porté remède à toutes les imperfections. Les beautés que cet essai exalte, au contraire, ont été jalousement protégées. Cité heureuse et réaliste, Oran désormais n’a plus besoin d’écrivains : elle attend des touristes. (1953)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Molécules

de gallimard-jeunesse

Réparer les vivants

de gallimard-jeunesse

suivant