L'Exception

De
Publié par

« Tu seras toujours la femme de ma vie. »
Dans le vacarme d’un réveillon de nouvel an, María n’entend pas ce que Floki, son mari, lui annonce : il la quitte pour son collègue, spécialiste comme lui de la théorie du chaos.
Heureusement, dans la nuit de l’hiver polaire, Perla est là, charitable voisine d’à peine un mètre vingt, co-auteur de romans policiers et conseillère conjugale, qui surgit à tout moment de son appartement de l’entresol pour secourir fort à propos la belle délaissée...
Ni Perla la naine surdouée, ni María l’épouse idéale démunie devant une orientation sexuelle désormais incompatible, ni les autres acteurs de cette comédie dramatique à l’islandaise – adorables bambins, belles-familles consternées ou complices, père génétique inattendu – ne détournent le lecteur d’une alerte cocasserie de ton, d’une sorte d’enjouement tendre, de brio ininterrompu qui font de l’Exception un grand roman de la déconstruction et de la reconstruction narcissique à la portée du commun des mortels. Après l’immense succès de Rosa candida et de l’Embellie, merveilleux viatiques que l’on garde en mémoire et au cœur, Auður Ava Ólafsdóttir nous revient avec l’Exception, poursuivant son étude de mœurs à travers un personnage bousculé par le sort qui prend sur lui, avec esprit et humour, toutes les méchantes drôleries de l’inconstance humaine.
Auður Ava Ólafsdóttir vit à Reykjavík. L’Exception, paru en Islande fin 2012, est traduit pour la première fois en français et conjointement en Espagne (Alfaguara) et en Italie (Einaudi).
Publié le : jeudi 3 avril 2014
Lecture(s) : 5
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782843047275
Nombre de pages : 352
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
P R É S E N TAT I O N
D ELE X C E P T I O N
«Tu seras toujours la femme de ma vie.» Dans le vacarme d’un réveillon de nouvel an,María n’entend pas ce queFloki,son mari,lui annonce:il la quitte pour son collègue,spécialiste comme lui de la théorie du chaos. Heureusement,dans la nuit de l’hiver polaire,Perla est là,charitable voisine d’àpeine un mètre vingt,co-auteur de romans policiers et conseillère conjugale,qui surgitàtout moment de son appartement de l’entresol pour secourir fortàpropos labelle délaisséeNiPerla la naine surdouée,niMaría l’épouse idéale démunie devant une orientation sexuelle désormais incompatible,ni les autres acteurs de cette comédie dramatiqueàl’islandaiseadorablesbambins,belles-familles consternées ou complices,pèregénétique inattendune détournent le lecteur d’une alerte cocasserie de ton,d’une sorte d’enjouement tendre,debrio ininterrompu qui font del’Exceptionungrand roman de la déconstruction et de la reconstruction narcissiqueàla portée du commun des mortels. Pour en savoir plus surAuður Ava ÓlafsdóttiroulException,n’hésitez pasàvous rendre sur notre sitewww.zulma.fr.
P R É S E N TAT I O N
D EL’ Au T E u R
Après l’immense succès deRosa candidaet del’Embellie,merveilleuxviatiques que l’ongarde en mémoire et au cœur,Auður Ava Ólafsdóttir nous revient avecl’Exception,poursuivant son étude de mœursàtravers un personnagebousculé par le sort qui prend sur lui,avec esprit et humour,toutes les méchantes drôleries de l’inconstancehumaine. Auður Ava Ólafsdóttir vitàReykjavík.L’Exception,paru enIslande fin2012,est traduit pour la première fois en français et conjointement enEspagne(Alfaguara)et enItalie(Einaudi). Pour en savoir plus surAuður Ava ÓlafsdóttiroulException,n’hésitez pasàvous rendre sur notre sitewww.zulma.fr.
P R É S E N TAT I O N
D E SÉ D I T I O N SZ u
A
Être éditeur,c’est avant tout accueillir des auteurs inspirés et sans concessionsavec une porte grand ouverte sur les littératures vivantes du monde entier. Au rythme de douze nouveautés par an,Zulma s’impose le seul critère valable:être amoureuxdu texte qu’il faudra défendre.Car il s’agit de s’émouvoir,comprendre,s’interrogerbref,se passionner,toujours. Si vous désirez en savoir davantage surZulma ouêtre régulièrement informé de nos parutions,n’hésitez pasànous écrire ouàconsulter notre site. www.zulma.fr
CO P Y R I G H T
La couverture del’Exception, d’Auður Ava Ólafsdóttir,aété créée parDavidPearson. ©Zulma,2014. ISBN:978-2-84304-727-5 Le format ePuba été préparé parIsakowww.isako.comàpartir de l’édition papier du même ouvrage. Ce livre numérique,destinéàun usage personnel,est pourvu d’un tatouage numérique.Il ne peutêtre diffusé,reproduit ou dupliqué d’aucune manière que ce soit,àl’exception d’extraits àdestination d’articles ou de comptes rendus.
A U Ð U R A V A Ó L A F S D Ó T T I R
L’ E X C E P T I O N
roman traduit de l’islandais par Catherine Eyjólfsson
É D I T I O N S Z U L M A
Pour Al
NOUS VOULONS ÊTRE LES POÈTES DE NOTRE VIE et d’abord dans les choses les plus modestes et les plus quotidiennes. Nietzsche, le Gai Savoir
IL N’Y A QUE TROIS PIEDS ENTRE LE CORBEAU et mon mari et au moment où celui-ci dénoue le fil de cuivre du bouchon de champagne, l’oiseau déploie ses ailes d’un noir d’encre sur la balustrade du balcon et prend son essor dans l’obscurité polaire. D’habitude ils sont deux – un couple de corbeaux –, cette fois solitaire, l’oiseau donne l’impression d’être étonnamment lourd, comme un antique bombardier. Je devine au mouvement de ses lèvres que mon mari me parle, mais sans l’entendre ; le bruit des feux d’artifice qui dégringolent du ciel embrasé l’oblige à se répéter. Il me regarde bien en face, braquant vers moi la bouteille comme un fusil sur sa cible, puis il se détourne et fait sauter le bouchon en direction du sorbier. Il verse le contenu rosé dans deux verres et m’en tend un ; sa main tremble, son visage est parcouru de frémissements comme s’il allait pleurer. En chemise blanche, dehors, par moins dix degrés, il doit être transi. Je débarrasse les restes d’un ragoût de veau au vin rouge, je relève un peu ma robe longue vert bouteille et sors le rejoindre, bras nus, dans le froid mordant. Les jumeaux dorment à poings fermés dans leurs lits à barreaux, à l’étage au-dessus. Plus tôt dans la soirée, chacun a eu le droit d’allumer son étoile filante. Je demande alors à l’homme de ma vie : — Que disais-tu à propos de Flóki ? Dans chaque jardin et sur chaque balcon se déroule à ce moment même la bataille décisive entre l’année révolue et la nouvelle, ce qui explique que je n’ai pu l’entendre. Il répète alors distinctement : — Pardonne-moi, mais je l’aime. Tu es la dernière femme de ma vie. Je me tiens là, en escarpins dans la neige craquante, sous une pluie de pétards multicolores, en proie au roulis tandis que le balcon fait des vagues. Mon cœur, cette pompe sanguinolente endiablée, bat la chamade, tandis que j’essaie de focaliser mon attention sur le sorbier. — Qu’est-ce que tu veux dire en me racontant que tu aimes Flóki ? Je croyais que vous étiez collègues. — Oui, et amants. — Mais nous, on est mariés depuis onze ans. Mon mari regarde derrière moi dans le noir. — Tu devais bien t’en douter, dit-il. — Non, je ne savais rien. — Tu me regardais quelquefois comme si. On ne sait jamais à quoi pense une femme. — Mais il a réveillonné avec nous ce soir. — Oui, il a réveillonné avec nous ce soir. Peu avant minuit, notre ami célibataire s’était soudain rappelé qu’il avait promis de faire un saut chez sa mère au moment où la nouvelle année s’annoncerait et, après nous avoir remerciés pour cette bonne soirée, il s’en était allé. Restait encore à savourer le dessert, un tiramisu qui attendait dans un joli saladier sur la table. Avant de prendre congé, il m’avait suivie dans la cuisine et, en me posant une main sur l’épaule, m’avait complimentée sur l’osso buco, curieux de savoir si c’était du fenouil frais que j’avais mis dans la sauce. — Cette relation dure depuis longtemps ? — Dans une certaine mesure, depuis le quinze avril dernier. Je ne lui demande pas ce qui s’est passé le quinze avril mais pourquoi il a choisi pour l’heure de vérité l’ultime soir de l’année, cette cloison diaphane du temps qu’on associe au nouvel an et qui serait totalement invisible si la coutume ne la gonflait démesurément avant qu’elle n’éclate en lambeaux.
— J’avais envisagé de te le dire cet été, mais je n’ai pas trouvé le bon moment, déclare mon spécialiste en géométrie du temps biologique. — Et tu trouves que c’est maintenant le bon moment, le soir de la Saint-Sylvestre à minuit moins onze, dis-je avant de boire une gorgée du breuvage rose. — Oui, comme ça nous pourrons tous deux commencer symboliquement une nouvelle vie demain jeudi, premier janvier. Et il se détourne, le verre à la main, pour s’accouder à la rampe de fer glacée et scruter un point dans le jardin, les muscles tendus sous la chemise fraîchement repassée. Perla, notre voisine de l’entresol, se tient sur la pelouse une torche à la main, en robe violette, les cheveux relevés, une cape de fourrure sur les épaules. La neige y dépose des paillettes d’argent qui scintillent dans le noir. Vues du balcon, ses chaussures semblent émerger directement de la fourrure. — Tu es l’exception de ma vie, dit-il. Je me sentais bien avec toi mais je savais que ça ne pourrait pas durer éternellement. J’hésite. — Est-ce qu’il y a un rapport avec le fait que vous portez le même prénom ? Flóki, ce n’est pas courant. — Non, Flóki, ce n’est pas un prénom courant.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi