L'homme dans la vitrine

De
Publié par

Un matin d'hiver, Reidar Folke Jespersen, antiquaire à Oslo, va se poster dans un café non loin de chez lui. Après quelques heures d'attente, il aperçoit son épouse qui va retrouver son amant. Ensuite, Jespersen quitte le café pour se rendre chez ses frères pour un important rendez-vous d'affaires. La réunion se passe mal et les frères se séparent fâchés.
Le lendemain matin, on retrouve le corps sans vie de Jespersen, placé nu dans un fauteuil de la vitrine de son magasin. Le commissaire Gunnarstranda arrive sur les lieux du crime avec l'inspecteur Frank Frølich. Les indices dont ils disposent ne sont pas nombreux : une série de chiffres tracés au feutre sur le cadavre et des objets volés. L'enquête s'annonce d'autant plus difficile que de nombreuses personnes semblent très contentes de la disparition du vieil homme.
Avec L'homme dans la vitrine, Kjell Ola Dahl signe un roman dense et complexe, une histoire d'amour et de vengeance sur laquelle plane l'ombre du passé et des heures les plus sombres de l'histoire norvégienne.
Publié le : jeudi 19 janvier 2012
Lecture(s) : 42
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072461248
Nombre de pages : 509
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
F O L I O P O L I C I E R
Kjell Ola Dahl
Lhomme dans la vitrine Une enquête de Gunnarstranda et Frølich
Traduit du par Alain
norvégien Gnaedig
Gallimard
Le tutoiement est de rigueur dans les pays scandinaves, même dans un cadre professionnel, et entre des personnes qui ne se connaissent pas. Nous avons voulu conserver cette spéci ficité culturelle dans la traduction française.
Titre original : M A N N E N I V I N D U E T
© Kjell Ola Dahl, 2001. Published by agreement with Salomonsson Agency. © Éditions Gallimard, 2007, pour la traduction française.
Kjell Ola Dahl est né en 1958 en Norvège.Lhomme dans la vitrineest la première enquête de Gunnarstranda et Frølich à paraître en Folio Policier.
Estce donc un poignard que je vois devant moi, La garde vers ma main ? Viens, que je te saisisse ! Je ne te tiens pas et pourtant je te vois toujours. Nestu pas, vision fatale, perceptible Au toucher, comme à la vue ? Ou nestu Quun poignard de lesprit, création fallacieuse Dune tête accablée par la fièvre ?
Macbeth
P R E M I È R E PA R T I E
Vendredi 13
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

Le nouveau nom

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant