La bataille de Roncevaux

De
Publié par

Gotzon Peyrat, orphelin élevé par sa grand'mčre dans une ferme prčs de Donibane Garazi, que la République française appelle Saint-Jean-Pied-de-Port, vit dans le présent intemporel de la langue basque. Le roman raconte l'enfance et la jeunesse de Gotzon, sa scolarité dans les écoles républicaines, sa découverte du trésor de l'amitié, ses premiers émerveillements amoureux... Peu ŕ peu il comprend ŕ quel point la langue basque donne son sens ŕ l'univers qui l'entoure. Mais il voit tous ses proches disparaître, comme sa langue et son pays, ce qui fait croître en lui une grande colčre. Ayant organisé une réplique héroď-comique de la bataille de Roncevaux, Gotzon va se trouver accusé d'un crime grave...
Le récit de la vie de Gotzon Peyrat est plein d'un humour, d'une intelligence et d'une poésie qui doivent tout ŕ la dimension spirituelle du rapport que le personnage entretient avec sa langue. Eugčne Green poursuit ici sa réflexion sur la parole, sur l'identité européenne, et sur la place de la spiritualité dans le monde contemporain.
Publié le : vendredi 27 novembre 2009
Lecture(s) : 31
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072025969
Nombre de pages : 331
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
D U M Ê M E A U T E U R
L A P AROL E B AROQUE ,essai(Desclée de Brouwer, 2001) P RÉ S E NCE S , E S S AI S UR L A NATURE DU CI NÉ MA (Desclée de Brouwer, 2003) L A RUE DE S CANE TTE S , CI NQ CONTE S (Desclée de Brouwer, 2003) L E P RÉ S E NT DE L A P AROL E , précédé de L E S L I E UX COMMUNS , poèmes(Melville/Léo Scheer, 2004) L A RE CONS TRUCTI ON,roman(Actes Sud, 2008) P OÉ TI QUE DU CI NÉ MATOGRAP HE ,notes(Actes Sud, 2009)
L AB A T A I L L ED ER O N C E V A U X
EUGÈNE GREEN
L A B ATA I L L E D E R O N C E VA U X
r o m a n
G A L L I M A R D
© Éditions Gallimard, 2009.
Ô Grâce, ô rayon salutaire, Viens me mettre avec moi d’accord : Et domptant par un doux effort Cet homme qui t’est si contraire, Fais ton esclave volontaire De cet esclave de la mort. JEAN RACINE
Pour prononcer les noms basques
L’accent tonique se trouve en général sur la deuxième syllabe. Pour les mots de plus de trois syllabes il y a un accent secondaire sur les syllabes paires.
Toutes les lettres se prononcent, et ont en général leur valeur latine. Il n’y a pas de voyelles nasales.Rest roulé, et en début de mot, ou quand c’est écritrr, fortement roulé.Use prononceou (sauf en dialecte souletin, où il se prononce comme en français). Gprononce toujours comme dans garçon, quelle que soit la se voyelle qui le suit, etjse prononce commeyen français.H, du moins au Pays basque du Nord, est aspiré.
Les sifflantes et leur représentation graphique sont les seuls éléments qui puissent dérouter un enfant de Jules Ferry :s, qui n’a pas d’équivalent dans l’idiome de cet illustre homme, se pro nonce avec le bout de la langue qui monte un peu vers les alvéoles pour laisser passer plus d’air, comme en castillan ;zse prononce commes initial en français, mais ne représente jamais une consonne sonore, etx se prononce commechfrançais. Ces en trois sons se combinent avec la dentalet, en gardant leur valeur propre, pour donnertz,ts, ettx.
Voici quelques noms du texte transcrits selon le système ortho graphique français,représentant la consonne basques: GotzonGotsonn HarribiziHarribissi
9
Donibane GaraziDonibané Garassi UrOur ItsasoItao TxominTchominn JakueYakoué.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les maîtresses de mon père

de chemins-de-tr-verse

Made in Mauritius

de editions-gallimard

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

Le nouveau nom

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant