La Chambre d'écho

De
Publié par

"Elle lui manquait, l'ombre de son sexe sur les draps, le dimanche matin. Alors, entre deux coups de fil imprévisibles de Ferenc, Natacha prenait des amants. Dès la première nuit, quand elle s'éveilla, tout environnée des relents d'un homme inconnu, elle comprit qu'une femme subitement seule, même à vingt-huit ans, est en quelque sorte une adolescente qui doit découvrir son corps. Pour retraverser la nuit totale et la barrière épaisse qui protègent la connaissance que chacun possède de son désir et de son appétit sexuel, elle devra repasser par les mêmes affres que les fillettes. Pire encore, peut-être."


Natacha n'a connu que Ferenc. Il tombe très gravement malade, et, n'acceptant pas sa déchéance, choisit alors de s'isoler, de disparaître. Pour elle, une étrange torture commence : car la maladie de son homme n'a rien modifié au désir qu'elle a de lui. Mais Ferenc se cache, et il lui impose de vivre désormais leur amour à travers le téléphone, leur "chambre d'écho".


La passion charnelle, l'innocence et la cruauté sont une nouvelle fois au cœur de l'art diabolique de Régine Detambel, qui parvient ici à sa maturité.


Publié le : jeudi 1 octobre 2009
Lecture(s) : 60
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021006209
Nombre de pages : 170
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Extrait de la publication
,
,
Extrait de la publication
L
RE
IL
BRE2001
ou reproductions destinées à une tégrale ou partielle faite par quelque s ayants cause, est illicite et constitue du Code de la propriété intellectuelle.
Extrait de la publication
artie
Extrait de la publication
Extrait de la publication
ent réunis pour la der-ôpital qui portait le vaient voir depuis la  désert, et une béton-leur d’un éléphant de ner. Ferenc essaya de ouche un morceau de s dents. Seul son esto-it l’air d’avoir très faim vec précaution sur le  Ferenc. Il se remit à cha. Assise sur le bord . Elle s’essuya le front «Je m’en vais en eau»
utur proche, quelques plus, au sérieux de sa s. À la mort banale, croire. Elle aurait eu ’ -
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Prions

de seuil

LA CHAMBRE D’ÉCHO

de ActuaLitteChapitre