//img.uscri.be/pth/6074fd5898c09e699ed4a44d2ffcacbe7398038b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

La couleur des sentiments

De
529 pages
Jackson, Mississippi, 1962. Dans quelques mois, Martin Luther King marchera sur Washington pour défendre les droits civiques. Mais dans le Sud, toutes les familles blanches ont encore une bonne noire, qui a le droit de s'occuper des enfants mais pas d'utiliser les toilettes de la maison. Quand deux domestiques, aidées par une journaliste, décident de raconter leur vie au service des Blancs dans un livre, elles ne se doutent pas que la petite histoire s'apprête à rejoindre la grande, et que leur vie ne sera plus jamais la même. Passionnant de bout en bout, "La Couleur des sentiments" a bouleversé l'Amérique et déjà conquis plus de deux millions de lecteurs, parmi lesquels un certain Steven Spielberg.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

LE POINT DE VUE DES ÉDITEURS
Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peutêtre même s’exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l’ont congédiée. Mais Skeeter, la fille des Phelan, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l’a élevée avec amour pendant vingtdeux ans, est partie sans même lui laisser un mot. Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié ; moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante. Passionnant, drôle, émouvant,La Couleur des sentimentsa conquis l’Amérique avec ses personnages inoubliables. Vendu à plus de deux millions d’exemplaires, ce premier roman, véritable phénomène culturel outreAtlantique, est un pur bonheur de lecture.
KATHRYN STOCKETT
Kathryn Stockett a grandi à Jackson. Elle vit actuellement à Atlanta avec son mari et leur fille, et travaille à l’écriture de son deuxième roman.
Phoogràphié Dé çoûvérûré : © Màrion Poŝ Wolço, “ColoréD MàiDŝ wih Whié ChilD in Srollér”, Gibŝon, Miŝŝiŝŝippi 1940
Tiré originàl :he Help EDiéûr originàl : Amy Einhorn Bookŝ, Néw York àvéç l’àççorD Dé G. P. Pûnàm’ŝ Sonŝ/Péngûin Groûp, USA © Kàhryn Soçké, 2009
© actes sud, 2010 poûr là ràDûçion frànÇàiŝé ISBN 978-2-7427-9291-7
Kathry Stoçkétt
a çouéur dés sétméts
Roma tradut dé ’agas (Etats-Us) par Pérré Grard
ÉditionsJacqueline Chambon
A papy Stockett, de loin le meilleur conteur
Aibileen
CHAPITRE 1
Août1962
Maé Moéy, éé ést Éé dé oé héuré u dmaçhé mat d’août 1960. U ÉÉ d’Égsé, çommé o dt. Mo jé m’oççupé dés ÉÉs dés Baçs, voà çé qué jé as, ét é pus, dé tout é ou-ot dé a çusé ét du mÉagé. J’é a ÉévÉ dx-sépt dé çés pétts, das ma vé. Jé sas çommét és édormr, és çamér quad s péurét ét és méttré sur é pot é mat, avat qué és mamas aét séuémét é témps dé sortr du t. Mas u ÉÉ qu huré çommé Maé Moéy ééot, a j’é avas jamas vu. é prémér jour qué jé poussé a porté jé a trouvé touté çhaudé ét touté rougé à Éçatér ét qu raé ét qu sé agarré avéç so éro çommé s ç’État u avét pourr. Mss ééot, éé a ’ar térrIÉé par so propré éat. “Qu’ést-çé qué j’a at dé ma ? Pourquo jé é péux pas arrêtér a ?” Ça ? Tout dé suté, jé mé sus dt :  y a quéqué çhosé qu çoçhé ç. Aors j’a prs çé ÉÉ tout rougé ét hurat das més ras. Jé ’a u péu çhahutÉ sur ma haçhé pour aré sortr és gaz ét  a pas au déux mutés pour qué Bay Gr arrêté dé péurér ét mé régardé avéç so sourré çommé éé sat aré. Mas Mss ééot, éé a pus prs so ÉÉ dé touté a jourÉé. Dés émmés qu attrapét é ay ués après ’aççouçhémét, j’é avas dÉjà vu dés tas. Jé mé sus dt qué a dévat êtré a. Mas  y a ué çhosé avéç Mss ééot : ç’ést pas justé qu’éé roçé tout é témps és sourçs, é pus éé ést touté magré. Eé a dés jamés téémét Iés qu’o és drat poussÉés dé a
7
sémaé dérèré. A ’âgé dé vgt-tros as, a voà éLaquÉé çommé u gam dé quatorzé. Mêmé sés çhévéux rus sot té-émét Is qu’o vot au travérs. Eé éssaé dé és aré oufér, mas a és at séuémét paratré pus Is. Et sa Iguré, éé rés-sémé à çéé du daé rougé sur a ooèré, avéç é mé-to potu ét tout. Pour tout dré, éé a é çorps téémét pé dé potés ét dé ossés qu’ aut pas s’Étoér s éé arrvé jamas à çamér çé ÉÉ. és ÉÉs, s amét és grossés. ïs amét our-rér a têté sous votré ras pour s’édormr. ïs amét és grossés jamés, auss. Ça, jé péux vous é dré. Maé Moéy, à u a, éé mé suvat dÉjà partout où j’aas. Quad arrvat çq héurés éé sé çrampoat à més Sçho, éé sé traat par térré ét éé ramat çommé s j’aas jamas révér. Après, Mss ééot mé régardat dé travérs, à çroré qu’ aurat pas au dÉçroçhér çé ÉÉ qu çrat à més péds. Jé pésé qué ç’ést é rsqué qu’o préd, quad o assé quéqu’u d’autré Éévér sés éats. Eé a déux as matéat, Maé Moéy. Et dés grads yéux ors, ét dés ouçés odés çommé du mé. Mas a paqué çhauvé dérrèré so çrâé, a gâçhé u péu. Eé a a mêmé rdé qué sa mèré étré és sourçs quad éé ést pas çotété. Ça éur parat putôt à sés paréts, sau qué Maé Moéy ést trop grossé. Ça séra pas ué réé dé éautÉ. Jé çros qué a émêté Mss ééot, mas Maé Moéy, ç’ést mo ÉÉ.
J’a pérdu mo garo, Trééoré, justé avat dé çomméçér çhéz Mss ééot. ï avat vgt-quatré as. é pus é âgé dé a vé. Ça u asat pas asséz dé témps passÉ é çé modé, ç’ést tout. ï s’État prs u pétt appartémét das Foéy Stréét. ï sor-tat avéç Fraçés, ué gété Ié, ét jé pésé qu’s auraét pas tardÉ à sé marér, mas  État u péu ét pour çés çhosés-à, Trééoré. C’État pas qu’ vouat trouvér méux, mas putôt qu’ État du géré qu rÉÉçht. ï avat dés grossés uéttés ét  sat tout é témps. Mêmé qu’ avat çomméçÉ à Éçrré so vré, sur çommét és gés dé çouéur vvaét ét travaaét das é
8