Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Du même publieur

a oî du pus ort
DU MÊME AUTEUR
Ces corps vîdes, e Dîettante, 1999 Aux antîpodes, e Dîettante, 2001 Jacob Steîn, e Dîettante, 2002 L’Hôte, Fayard, 2007 Gînsberg et moî, Seuî, 2008 La Guerre du Kîppour, e Dîettante, 2010
Frédérîc Chourakî
a oî du pus ort
©Édîtîons Denoël, 2011
1
Crîse
ï ranchît e portaî magnétîque d’un aîr sereîn. Jette un coup d’œî urtî à ’agent de sécurîté dont e vîsage uî évoquees gardes quî boufonnent devant Buckîngham Paace. Quand î ’entend marmonner dans son casque, son cœur se serre. ’a-t-î reconnu, uî e Scarace du Daîy Monop, eshoplîfterau cœur ragîe quî, chaque mîdî, vîent dégarnîr es étaages barîoés de ce pays de cocagne de a rue des Archîves ?Soyons désînvoltes, n’ayons l’aîr de rîen. Samue est pourtant un orèvre en matîère de rapîne. Son pourcentage de réussîte rôe e pébîscîte arîcaîn. ï connat comme personne es rouages quî régîssent e vo à ’étaage. Prendre une attîtude détachée. Ne surtout pas hésîter une oîs a cîbe repérée. Travaîer son agîîté à s’emparer de ’objet convoîté. Ne jamaîs ever es yeux vers es caméras de surveîance, cet œî panoptîque destîné à traquer es nouveaux Dîck Turpîn des centres-vîes. Se reuser à lan-cher magré a déîcîeuse sensatîon de déaîîr au moment de ranchîr e portîque. Tempérer ’attente orgasmîque du décenchement de a sîrène quî sîgnaera son méaît et
8
La Loî du plus fort
sceera aors son humîîatîon devant cette aune de gays et de bobos quî se régaent împunément d’un sandwîch à a dînde ou d’uncarrot cakeau tarî prohîbîtî. Chaque mîdî, à a manîère d’un héros de Maakovskî, Samue s’ofre cette séance de rouette russe. Quand vaîs-je sonner ? est devenu sa questîon exîstentîee de a mî-journée. ï a déîbéré-ment aîssé entrouverte sa sacoche, saîsî nonchaamment un éco-embaage de sandwîches œus-cresson en trîanges aînsî qu’un paquet de chîps au cheddar qu’î enourne dans e réceptace de cuîr. Faît mîne d’hésîter entre deux eaux gazeuses parumées à cînq euros pîèce avant de se dîrîger, e pas gracîe et a mîne chîfonnée, vers a sortîe où e coosse d’ébène ne daîgne même pas e gratîier d’un regard. ï a traversé e portîque sans encombre. Une înime déceptîon e saîsît. Un peu de uî auraît aîmé se aîre pren-dre. Hîstoîre de boîre ’humîîatîon jusqu’à a îe. De met-tre in, quî saît, à cet engrenage quî, depuîs e réveî jusqu’à a tombée de a nuît, e happe sans reâche. ï n’est d’aîeurs pas un magasîn du Maraîs qu’î n’aît « vîsîté », seon cet euphémîsme avec eque î décrît à ses proches ces moments d’întensîté quî, de pus en pus souvent, e ont bascuer vers un surcrot de présence et de vîe. C’est a nécessîté quî, au départ, a amené notre Obo-mov à ces pratîques douteuses. Écrîvaîn au succès coni-dentîe maîs dîettante endurcî, î étaît toujours, jusqu’à peu, parvenu à jonger avec es découverts, combant ses déicîts abyssaux en grugeant es Assedîc puîs a CAF, et, en dernîer recours, en taxant ses proches quî, au ond, ne demandaîent pas mîeux que de sponsorîser un înteo
La Loî du plus fort
9
précaîre de sa trempe. a aîîte de son système conortaît en efet ses créancîers dans eur décîsîon de ne pas avoîr emprunté de tes chemîns de traverse pour, à près de qua-rante ans, se retrouver, perpétueement sur a corde raîde, sans autre perspectîve que ’aîgreur, e scorbut ou a mîse à ’ombre. Maîs des travaux dans son îmmeube crouant du haut Maraîs, judîcîeusement acquîs avant a lambée îmmobîîère, avaîent changé a donne. ï devaît près de douze mîe euros à son syndîc en pus du remboursement et des charges. ï obtînt queques aîdes de a vîe de Parîs qu’î dépensa sur-e-champ pour vîsîter ’Arménîe puîs e Haut-Karabakh, remettant au surendemaîn ’acquîttement de sa dette. À son retour, î apprît qu’à a dernîère assem-bée générae, e syndîc usurîer avaît, aute de paîement, proposé, sans e mettre au courant, aux autres coproprîé-taîres a vente de son studîo pour douze mîe euros, soît e montant de ses créances. C’est aors qu’habîté par un absurde sentîment de revan-che, î prît ’habîtude de se servîr gracîeusement dans es enseîgnes. ï n’avaît jamaîs été habîté de scrupues et, depuîs tout petît, aîmaît a sensatîon udîque de a maraude. Car à ce moment, tout son corps étaît en aerte, ses sens en éveî. ï se sentaît vîvre peînement. Puîs ’excîtatîon premîère aîssa a pace à a routîne. Voer étaît juste devenu pra-tîque et meîeur marché. Peu à peu, î rechîgnaît à mettrea maîn au porteeuîe et se contentaît prîncîpaement de produîts subtîîsés. Cette marotte densîiaît des journées oîsîves. Ses amîs s’ofusquaîent de sa nouvee « névrose » quî, par aîeurs, ne es étonnaît qu’à moîtîé, de a part
10
La Loî du plus fort
d’un écrîvaîn. Pour es uns, î étaît en ma de sujet. Pour es autres, c’étaît une autre preuve de son exhîbîtîonnîsme. Tous s’accordaîent, de manîère absurde, à stîgmatîser une pratîque quî, mutîpîée, se relétaît sur e nîveau des prîx. Je ne suîs tout de même pas responsabe de ’înlatîon ! s’îndîgnaît-î. Car îs sont, parat-î, des centaînes de jeunes gens de bonne amîe à ’âme déîcate maîs à a paresse chronîque à déier, chaque jour, es cerbères à ’oreîette pour un rab de uxe ou de protéînes. ïs hantent, comme des spectres avîdes, es épîcerîes ines et es magasîns de décoratîon pour s’ofrîr un peu de beauté. Ces jeunes décassés évanescents ne se contentent pas de produîts de premîère nécessîté. Une oîs înstîée dans eur organîsme a dopamîne de a auche, îs s’attaquent à des objets utîes quî eur rappeent eur ancîen statut de dandys, déestés depuîs a crîse de eur pouvoîr d’achat maîs pas de eur arrogance. Car, contraî-rement à son amî Arsène, néo-umpenproétaîre, înter-mîttent dans ’âme, Samue avaît, avant sa débâce, connu queques années astes pendant esquees î s’étaît outra-geusement occupé de uî et de son bîen-être. Être prîvé de a jouîssance matérîee après en avoîr abusé constîtuaît à ses yeux e summum de a cruauté. ï est rare, cependant, qu’une oîs rentrés dans eur tanîère, ces nostagîques de eur âge d’or daîgnent jeter un regard au produît de eurs arcîns. En paraîts esthètes, îs ont surtout été sensîbes à a beauté du geste, à cette manîère spontanée de déier ’autorîté, se rêvant à présent anarchîstes împrovî-sés et radîcaux de saon. es pus érudîts s’appuîent sur eur
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin