La Main morte

De
Publié par

Depuis qu'il a pris une balle dans la tête, Christian n'est plus lui-même. Se retrouver à demi paralysé dans un fauteuil roulant a de quoi vous filer le blues...

Julien, son frère en journalisme, décide de bousculer un peu son vieux pote, mais le plus secoué des deux n'est pas celui qu'on pense : fasciné par le malheur de Christian, gangrené par ses obsessions et ses pulsions d'infirme, Julien se retrouve à flairer la piste du voyou de banlieue qui a définitivement cassé la vie de son copain.

Le safari se joue dans les ruelles poisseuses et les bars cachés d'une ville de province qui fait honnêtement ses huit heures de labeur, envoie coucher ses bourgeois de bonne heure et traîne ses paumés, flics, indics et filles de mauvaise vie tout au bout de la nuit. Cloué sur son fauteuil, Christian mène la danse macabre avec jubilation. Même quand le sang coule et l'éclabousse.

Avec Quai de l'oubli, Philippe Huet a imposé d'emblée un style, une atmosphère, une ironie glacée. Mais on découvre aussi que ses coups peuvent être plus tordus qu'il n'y paraît. Dans cette nouvelle affaire, il brouille les rôles et manipule personnages et lecteur. Personne ne s'en plaindra : c'est fait de main de maître.

Publié le : lundi 1 septembre 2014
Lecture(s) : 5
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782226305466
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Depuis qu'il a pris une balle dans la tête, Christian n'est plus lui-même. Se retrouver à demi paralysé dans un fauteuil roulant a de quoi vous filer le blues...
Julien, son frère en journalisme, décide de bousculer un peu son vieux pote, mais le plus secoué des deux n'est pas celui qu'on pense : fasciné par le malheur de Christian, gangrené par ses obsessions et ses pulsions d'infirme, Julien se retrouve à flairer la piste du voyou de banlieue qui a définitivement cassé la vie de son copain.
Le safari se joue dans les ruelles poisseuses et les bars cachés d'une ville de province qui fait honnêtement ses huit heures de labeur, envoie coucher ses bourgeois de bonne heure et traîne ses paumés, flics, indics et filles de mauvaise vie tout au bout de la nuit. Cloué sur son fauteuil, Christian mène la danse macabre avec jubilation. Même quand le sang coule et l'éclabousse.
Avec Quai de l'oubli, Philippe Huet a imposé d'emblée un style, une atmosphère, une ironie glacée. Mais on découvre aussi que ses coups peuvent être plus tordus qu'il n'y paraît. Dans cette nouvelle affaire, il brouille les rôles et manipule personnages et lecteur. Personne ne s'en plaindra : c'est fait de main de maître.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant