La rouquine tranche dans le vif

De
Publié par

Quand on trouve le cadavre d?une collègue la veille et que le lendemain elle est à son poste, il y a de quoi se poser des questions. Surtout si, entre temps, on s?est fait assommer. Recommandée par son cousin Jérémie, médecin, Olga est à peine engagée comme infirmière dans la clinique de chirurgie esthétique « Bellissima » qu?elle se trouve confrontée à des évènements de plus en plus surprenants. Notamment lorsque que Mélanie, la collègue en question, se volatilise pour de bon. Ils titillent suffisamment ses neurones de l?aventure pour qu?elle se lance dans une nouvelle enquête, aidée par un flic italien dont la famille d?origine sicilienne n'est pas au-dessus de tout soupçon.
Publié le : jeudi 16 juin 2011
Lecture(s) : 208
EAN13 : 9782748116601
Nombre de pages : 175
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
La rouquine tranche dans le vif
Dominique Rocher
La rouquine tranche dans le vif
ROMAN
© manuscrit.com, 2001 ISBN: 2-7481-1661-5 (pour le fichier numérique) ISBN: 2-7481-1660-7 (pour le livre imprimé)
Avertissement de léditeur
Découvert par notre réseau de Grands Lecteurs (libraires, revues, critiques littéraires et de chercheurs), ce manuscrit est imprimé tel un livre. Déventuelles fautes demeurent possibles ; manuscrit.com, respectueuse de la mise en forme adoptée par chacun de ses auteurs, conserve, à ce stade du traitement de louvrage, le texte en létat. Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com 5bis, rue de lAsile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com
IUNE MORTE VIVANTE
Quand on trouve le cadavre dune collègue la veille dans une clinique de chirurgie esthétique et que le lendemain matin ladite collègue est à son tra-vail, il y a de quoi se poser des questions. Surtout si, entre temps, on sest fait assommer. Et quand on ne trouve pas de réponse, on en parle à ses proches. Cest ce que fit Olga Vincent au sujet de sa col-lègue, Mélanie Diaz.  Raconte-moi ça en détail ! soupira le docteur Jérémie Vincent à sa cousine. Dans quelle histoire sétait-elle encore embrin-guée ? Olga tire-bouchonna une mèche rousse autour de son index puis la déroula en même temps que ses explications.  Je suis venue prendre mon service de nuit à la cli-nique comme dhabitude et Et tu tes trouvée nez à nez avec ta collègue, ou plus exactement son cadavre. Cest bien ça ? Olga cessa de triturer ses cheveux et posa ses mains à plat sur ses genoux pour en calmer lagita-tion. Jérémie Vincent connaissait bien sa cousine pour lavoir accompagnée de près ou de loin lors de pé-ripéties nées de sa curiosité, et ceci non sans péril. Cette fois encore, le parfum de laventure montait à
7
La rouquine tranche dans le vif
ses narines. Grâce à ses relations, il lui avait procuré un emploi dinfirmière dans une clinique de chirur-gie esthétique. Il espérait ainsi quelle serait suffi-samment occupée pour ne pas se laisser aller aux dé-rapages dune imagination survoltée. Et pour quelle renonce à ouvrir une agence de détective privé ainsi quelle en avait eu lintention, à la suite de sa der-nière mésaventure en compagnie de Charles Martel, le libraire. Cétait sans compter sans son inventi-vité naturelle. Celle-ci semblait se projeter sur le mi-lieu dans lequel elle évoluait et engendrer les catas-trophes les plus redoutables. Pas question de la suivre dans ses élucubrations morbides. Mais dabord, lentendre. Ensuite, il pourrait la raisonner. Enfin, il essaierait.  Continue ! lincita Jérémie devant son mu-tisme.  Je continuerai quand tu seras prêt à mentendre. Je vois bien que tu penses à autre chose. Le docteur Vincent consulta sa montre-bracelet.  Mais non, je tassure !  Cest pour ça que tu regardes lheure ?  Je commence mes consultations dans quinze minutes. Il ten reste quatorze. Tu as intérêt à cesser de bouder. Olga hésita entre la mauvaise humeur et le désir de poursuivre le récit de sa mésaventure. Ce dernier lemporta.  Je suis arrivée à huit heures moins dix comme dhab pour prendre ma garde nuit. Je viens toujours un peu en avance pour que Mélanie me parle des patients dont elle sest occupée dans la journée. Or, elle était déjà partie. Ce qui nest pas dans ses habitudes. Elle attend que je sois arrivée avant de sen aller. Jai enlevé mon manteau, jai mis ma blouse puis jai consulté le livre où les prescriptions et les soins aux opérés sont consignés. La tête me tournait.
8
Dominique Rocher
 Je me doutais bien que tu avais des problèmes de santé !  Est-ce que tu sous-entendrais que je perds la boule ?  Loin de moi cette idée ! sexclama Jérémie qui pensait exactement le contraire.  Jai pris une mauvaise position la nuit dernière et je me suis coincé les cervicales. Pas la peine dal-ler chercher plus loin.  Si tu en venais à ta découverte macabre Je suis allée aux toilettes pour me passer un peu deau fraîche sur le visage et jai croisé la tech-nicienne de surface. Je ne lavais jamais vue aupara-vant. Elle nettoyait le sol avec un balai.  Tu es sûre quelle nétait pas montée dessus ? ironisa Jérémie. Olga aussi avait pensé à une sorcière en voyant la femme de service. Elle jugea cependant la réflexion de son cousin très désobligeante.  Tu arrêtes de te moquer de moi ?  Je cherche juste à détendre latmosphère. Une morte que tu retrouves le lendemain bien vivante, ça en désorienterait plus dun. Il te reste douze minutes.  Cesse de minterrompre. Tes clients atten-dront.  Mes patients, rectifia le docteur Vincent.  De toute manière je ne sortirai pas dici tant que je ne taurai pas tout raconter. Jérémie préféra se taire. Sa cousine avait lentête-ment dune mule. Elle ne le lâcherait pas tant quelle naurait pas mis fin à ses élucubrations.  Le livre des patients mindiquait que je navais pas de médicaments à distribuer avant une demi-heure. Jai donc décidé de me reposer un peu. Jai cherché une chambre libre. Jen ai trouvé une et je suis entrée. Je nai pas jugé bon dallumer. Je me suis allongée sur le lit et jai cherché la meilleure po-sition pour soulager mes cervicales. Je ny suis pas
9
La rouquine tranche dans le vif
arrivé et jai décidé de me lever. Cétait debout fina-lement que je me sentais le mieux. Jai allumé lélec-tricité, je suis sortie du lit et je lai trouvée. Elle était allongée par terre etLémotion bloqua les mots dans la gorge dOlga.  Tu ne lavais pas vue en entrant ?  Je te lai dit. Je navais pas éclairé la pièce et de plus, elle était couchée à plat ventre sur le sol de lautre côté du lit. Je lai retournée et jai reconnu Mélanie. Jai dabord pensé quelle avait eu un ma-laise. Jai pris son pouls. Il ne battait plus. Jai tenté un massage cardiaque, en vain.  Tu lui as fait du bouche-à-bouche ?  Jai pratiqué une réanimation cardio-pulmo-naire. Quinze compressions thoraciques pour deux insufflations. Je connais mon métier.  Tu nas pas pensé appeler à laide linterne de garde ?  Je ne voulais pas arrêter la R.C.P. Mélanie ne répondait toujours pas à la réanimation. Jai senti que je ne pouvais plus soutenir le rythme et je me suis décidée à biper linterne de garde. Javais laissé mon appareil dans le staff des infirmières et je suis allée le chercherOlga sarrêta.  Plus que six minutes. La réflexion de Jérémie incita Olga à poursuivre.  Quelquun ma agressée et jai sombré.  Combien de temps ?  Un quart dheure, tout au plus.  Ça na pas dû arranger ta migraine Olga jeta un regard sombre à son cousin.  Je te prie de mexcuser. Tu tes fait examiner au moins ?  Linterne de garde ma auscultée. Je men suis tirée avec une bosse. Quand je suis entrée dans la chambre où gisait Mélanie, elle ny était plus.  Fais-toi faire un scan au plus vite.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.