La ruée vers Laure

De
Publié par

«Il est bon parfois de chercher midi à quatorze heures, une aiguille dans une meule de foin ou de prier saint Antoine de Padoue qu'il retrouve la paire de lunettes posée sur notre nez. Le temps à ce jeu prend une autre mesure, plus proche de l'éternité. De même en est-il de ce lieu ignoré des géographes, des politiques et des financiers, que la langue dans sa ruée déroule pour le bonheur de Laure et la confusion des puissants. Car nous le savons tous : quand la langue fourche, c'est qu'il y a du foin.»
Guy Goffette.
Publié le : jeudi 5 mai 2011
Lecture(s) : 47
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072444647
Nombre de pages : 54
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
L A R U É E V E R S L A U R E
GUY GOFFETTE
L A R U É E V E R S L A U R E
d i v a g a t i o n
G A L L I M A R D
Il a été tiré de l’édition originale de cet ouvrage trente exemplaires sur vélin pur fil des papeteries Malmenayde numérotés de1à30.
E X E M P L A I R E
© Éditions Gallimard, 2011.
à Jacques Almira
Quand pourraije donc parler sans avoir cette impression que je ne parle pasmon langageà la façon de mon tonson mais un langage acquis, acheté et difficilement auquel, malgré tous mes efforts en ce sang je ne puis jamais adhérer complètement comme du scotch comme ils m’ont dit qu’il fallait adhérer à une langue, une idéologie, un pays et le reste à l’ave nant… Che è cio ? Tacatam !
J A C Q U E S A L M I R A Le voyage à Naucratis
Mettons que c’est un lieu — s’il faut parler simplement comme un géographe. Et ce n’est pas un lieu. D’ailleurs, les géographes n’en parlent pas. Sans intérêt ? Voire, puisque vous et moi y sommes attachés déjà (sans le savoir pour la plupart, j’en conviens). Disons donc que c’est un lieu attachant qui n’intéresse pas les géographes parce que la science à laquelle ils sont attachés ne le leur permet pas.
11
Peutêtre bien que la chose pourrait personnellement les intéresser un jour, alors ils s’arracheraient les cheveux, les couperaient en quatre ou je ne sais quel autre supplice ou pénitence ils s’infligeraient pour s’être ainsi laissé distraire un instant de leur occupation essentielle. En tout cas, ce lieulà (que je me suis emporté à appeler chose — il doit y avoir à cela une raison bonne ou mauvaise, il m’est pour le moment difficile d’en juger) ne manquerait pas de les diviser comme il nous divise, nous qui sommes depuis le commencement peu ou prou mais sûrement intéressés, et même — s’il faut parler simplement
12
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Profession géographe

de les-presses-de-l-universite-de-montreal

La Grande Amnésie écologique

de delachaux-et-niestle

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

Le nouveau nom

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant