Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 15,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

L'Echassière

de le-grand-large

Le Cygne

de armi

Né en 1966 à Gujranwala au Pakistan, Nadeem Aslam avait quatorze ans lorsque son père, fuyant le régime du général Zia, s’est installé avec sa famille dans le nord de l’Angleterre. Après des études à l’université de Manchester, il se consacre à l’écri ture. Son premier roman,Season of the Rainbirds(1993), a reçu le prix Betty Trask et suscité les éloges de Salman Rushdie.La Cité des amants perdus, son premier roman traduit en français, a été sélectionné pour le Booker Prize et accueilli comme un événe ment littéraire en GrandeBretagne.
D UM Ê M EA U T E U R
La Cité des amants perdus Seuil, 2006 et « Points », n° P1630
N a d e e m A s l a m
L A V A I N E A T T E N T E
R O M A N
T r a d u i t d e l ’ a n g l a i s p a r C l a u d e D e m a n u e l l i
Éditions du Seuil
Ouvrage traduit avec le concours du Centre national du livre.
T E X T E I N T É G R A L
T I T R E O R I G I N A L The Wasted Vigil É D I T E U R O R I G I N A L Faber & Faber, Londres © original : Nadeem Aslam, 2008 ISBNoriginal : 9780571238774
ISBN9782021198898 re (ISBNpublication)9782020964807, 1
© Éditions du Seuil, août 2009, pour la traduction française
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Pour Sohail et Carole
« Qu’est-ce qui prime au regard de l’histoire mondiale : les talibans ou la chute de l’Empire soviétique ? Quelques musulmans excités ou la libération de l’Europe centrale et la fin de la guerre froide ? »
ZBIGNIEWBREZEZINSKI, chef de la Sécurité nationale de l’administration Carter, à qui l’on demandait s’il regrettait d’« avoir soutenu le fondamentalisme islamique, d’avoir fourni armes et conseils à de futurs terroristes » (extrait duNouvel Observateur, 15-21 janvier 1998).
Et le poète dans sa solitude accorda une partie de son attention au seigneur de la guerre et peu à peu en vint à le regarder pour finalement converser avec lui.
DAULATSHAHd’Harat, TazkiratushShuara, 1487.