La Vaine Attente

De
Publié par

Afghanistan, 2005, à l'ombre des monts de Tora Bora. Dans une maison aux murs ornés de fresques, aux plafonds recouverts de livres cloués, avec sa fabrique où l'on distillait autrefois des parfums, le vieux médecin anglais Marcus Caldwell pleure sa femme Qatrina et sa fille Zameen disparues, et désespère de retrouver son petit-fils Bihzad.


Vers ce lieu, où l'amour régnait sous toutes ses formes, où les sens sont tous sollicités, convergent des êtres esseulés. La Russe Lara à la recherche de son frère, soldat de l'armée soviétique ; l'Américain David, ancien agent de la CIA, sur les pas de Zameen et de son fils ; Casa, jeune orphelin endoctriné par les talibans.


Dans ce roman qui jette une lumière crue sur une région brutalisée, à travers les trajectoires de personnages aux destins liés qui apprennent à s'aimer et à faire revivre les êtres aimés, tout s'emboîte de façon inéluctable. A peine s'est-on réfugié dans la maison de Marcus que la sauvagerie du monde extérieur nous agresse.


Nadeem Aslam met dans la balance la fragilité des liens humains, de la raison, de l'art, face à la domination de l'ignorance et de la cruauté étayées par une doctrine suffocante. La langue est chargée de parfums et de couleurs, la narration alterne sans répit entre passé et présent.


Ce livre poignant et à niveau d'homme restera en mémoire par sa maîtrise impressionnante et l'émotion qu'il génère. On le referme le cœur battant.



Nadeem Aslam est né en 1966 au Pakistan. Sa famille se réfugie dans le nord de l'Angleterre lorsqu'il a 14 ans. Il confirme ici le talent déjà remarqué dans son premier roman traduit en français, La Cité des amants perdus.


Publié le : mercredi 27 août 2014
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021190298
Nombre de pages : 479
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Né en 1966 à Gujranwala au Pakistan, Nadeem Aslam avait quatorze ans lorsque son père, fuyant le régime du général Zia, s’est installé avec sa famille dans le nord de l’Angleterre. Après des études à l’université de Manchester, il se consacre à l’écri ture. Son premier roman,Season of the Rainbirds(1993), a reçu le prix Betty Trask et suscité les éloges de Salman Rushdie.La Cité des amants perdus, son premier roman traduit en français, a été sélectionné pour le Booker Prize et accueilli comme un événe ment littéraire en GrandeBretagne.
D UM Ê M EA U T E U R
La Cité des amants perdus Seuil, 2006 et « Points », n° P1630
N a d e e m A s l a m
L A V A I N E A T T E N T E
R O M A N
T r a d u i t d e l ’ a n g l a i s p a r C l a u d e D e m a n u e l l i
Éditions du Seuil
Ouvrage traduit avec le concours du Centre national du livre.
T E X T E I N T É G R A L
T I T R E O R I G I N A L The Wasted Vigil É D I T E U R O R I G I N A L Faber & Faber, Londres © original : Nadeem Aslam, 2008 ISBNoriginal : 9780571238774
ISBN9782021198898 re (ISBNpublication)9782020964807, 1
© Éditions du Seuil, août 2009, pour la traduction française
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Pour Sohail et Carole
« Qu’est-ce qui prime au regard de l’histoire mondiale : les talibans ou la chute de l’Empire soviétique ? Quelques musulmans excités ou la libération de l’Europe centrale et la fin de la guerre froide ? »
ZBIGNIEWBREZEZINSKI, chef de la Sécurité nationale de l’administration Carter, à qui l’on demandait s’il regrettait d’« avoir soutenu le fondamentalisme islamique, d’avoir fourni armes et conseils à de futurs terroristes » (extrait duNouvel Observateur, 15-21 janvier 1998).
Et le poète dans sa solitude accorda une partie de son attention au seigneur de la guerre et peu à peu en vint à le regarder pour finalement converser avec lui.
DAULATSHAHd’Harat, TazkiratushShuara, 1487.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi