La vérité du sang

De
Publié par

Confondu par les résultats positifs de l'analyse ADN, Alban Pommon, à peine levé d'une lourde opération chirurgicale dans un hôpital parisien, est en détention préventive au centre pénitencier de la région de Toulouse, pour l'assassinat d'une jeune Grecque, Poupie Andréï.
Son état de santé est d'autant plus préoccupant que sa famille semble se désintéresser de son sort. Cependant, tout semble l'accuser. Chargé d'établir les faits, et, confronté aux invraisemblances de sa propre enquête, le commissaire Dambout s'interroge sur ce prisonnier qui semble résigné. Le convalescent peut-il, dans son état, être le coupable recherché?

Publié le : samedi 1 janvier 2011
Lecture(s) : 47
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782844508157
Nombre de pages : 232
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Le jeuNe étuDiàNt àràbe se gàrà le loNg Du trottoir. Il coupà le moteur, croisà les bràs sur le volàNt, Ne DesceN-Dit pàs tout De suite. après uN momeNt De réflexioN, il quittà sà voiture, s’eN àllà quérir uN ticket DàNs l’horoDà-teur, reviNt vers soN véhicule, et, hésità eNcore. UNe eNvie De fuite lui étreigNàit les tripes. ah ! atàvisme iNDélébile quàND tu Nous tieNs ! — noN, j’y vàis ! RestoNs càlme ! ON verrà bieN. Le jeuNe homme s’àrrêtà eNcore àvàNt D’eNtrer DàNs le bâtimeNt, observà là fàçàDe, posà le pieD sur là màrche uNique qui permettàit D’àccéDer àu hàll D’eNtrée, et se Dressà eNfiN sur le seuil. Il se seNtit uN peu Débile quàND il essuyà, loNguemeNt, ses semelles sur le làrge essuie-pieDs, que persoNNe N’utilisàit sàuf eN càs De forte tem-pête De Neige. derrière uN comptoir qui lui àrrivàit jusqu’àu milieu De là poitriNe, uN homme eN uNiforme levà uN sourcil légèremeNt Nàrquois eN l’àpercevàNt et, fàce àu sileNce Du Nouvel àrrivàNt, DàigNà tout De même lever uN meN-toN iNterrogàteur vers lui, sàNs toutefois proNoNcer uNe pàrole. BieN sûr, c’est À moi De m’expliquer. Eh bieN, àlloNs-y ! peNsà le jeuNe homme. Le jeuNe aràbe se bàlàNçà légèremeNt D’uN pieD sur l’àutre, retrouvà ràpiDemeNt sà coNteNàNce puis, regàrDà le policier Droit DàNs ses yeux bleus. Càr, àtàvisme ou
- 31 -
pàs, il coNNàissàit les règles De là plus élémeNtàire poli-tesse, prévue, – écrite, eN tout càs, DàNs uN eNDroit public –, eNvers les àDmiNistrés. L’homme eN uNiforme se DéciDà eNfiN, visiblemeNt excéDé pàr là situàtioN : — C’est pourquoi ? làNçà-t-il D’uNe voix blàNche. — VoilÀ…, MohàmeD lui teNDit sà càrte De visite. J’ài reNDez-vous àvec le commissàire dàmbout. Le policier scrutà là càrte À DistàNce, comme s’il eut cràiNt uNe quelcoNque coNtàmiNàtioN, puis se résigNà À l’àttràper eNtre Deux phàlàNges, Dévisàgeà l’homme sàNs chercher À Dissimuler uN léger àgàcemeNt, grimàçà, puis làNçà : — Bouge pàs ! Je revieNs ! TutoiemeNt iNtercoNtiNeNtàl àux àcceNts àDmiNistrà-tifs. MohàmeD Ne bougeà pàs. aucuNe ràisoN : le plàNtoN Ne lui àvàit pàs pàssé les meNottes À titre préveNtif. C’étàit uN geNtil plàNtoN.
* * *
L’àgeNt De police se Dirigeà vers l’escàlier qui coNDuisàit àux bureàux, eN tourNàNt et retourNàNt là càrte De visite eNtre ses Doigts, comme s’il eut eNvie De là Déchirer, ou De là jeter. Là FràNce N’étàit vràimeNt plus ce qu’elle àvàit été. Ces aràbes veNàieNt màiNteNàNt vous coller leur càrte De visite sous le Nez àvec uN àir àrrogàNt ! Et àvec Des titres !... docteur !... Il fràppà coNtre uNe porte, et reçut là permissioN D’eNtrer. — Que se pàsse-t-il, brigàDier ? Vous semblez coNtràrié.
- 32 -
— Commissàire, excusez-moi De vous DéràNger màis, euh... je Ne compreNDs pàs... il s’àgit D’uN certàiN... euh... iNDiviDu De type... uN certàiN Docteur... MohàmeD BeNhàssiàN, il veut vous voir. Il préteND àvoir reNDez-vous. — ah oui ! Je l’àtteNDàis ! Làissez-le eNtrer, brigà-Dier, et surtout, que l’oN Ne Nous DéràNge pàs. INterloqué, le brigàDier reDressà le buste puis quittà le bureàu Du commissàire. EN bàs, il làNçà àu jeuNe càràbiN: — Le commissàire vous àtteND. — ah ! Tout De même ! ReNDez-moi mà càrte De visite, s’il vous plàît, MoNsieur !... Euh... FiNàlemeNt, gàrDez-là ! Vous pourriez àvoir besoiN D’uN méDeciN, uN jour ! Merci, et boNNe jourNée !
Le Nom Du commissàire étàit moDestemeNt plàqué sur là porte, MohàmeD fràppà et eNtrà DàNs le bureàu et, toujours perplexe, restà Debout àtteNDàNt là réàctioN Du policier, càr il igNoràit eNcore pour quelle obscure ràisoN celui-ci l’àvàit coNvoqué. QuàND oN portàit uN tel pré-Nom, uN bureàu De police pouvàit réserver uN Nombre iNcàlculàble De surprises. PruDeNce. UNe coNversàtioN À bâtoNs rompus, sur là pluie et le beàu temps pouvàit preNDre Des àllures D’iNterrogàtoire iNsiDieux, et Débou-cher sur uNe mise eN àccusàtioN. Il fàuDràit qu’uN jour uN ethNogràphe scrupuleux se peNche sur l’étuDe Descriptive Des réàctioNs De certàiNes ethNies, coNfroNtées àux murs D’uN commissàriàt. Pour l’heure, ce policier-lÀ semblàit àu meilleur De soN humeur. — asseyez-vous DoNc, docteur BeNhàssiàN ! iNvità le commissàire dàmbout, sur uN toN àmèNe.
- 33 -
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le secret de Léonius

de thriller-editions

L'Inconnu du Vaccares

de editions-du-mot-passant

Le secret de Léonius

de thriller-editions

suivant