Le Bois de la nuit

De
Publié par

Campé dans le Paris des années 1920 et 1930, ce roman est la transposition de l’histoire d’amour tumultueuse entre la sculptrice américaine Thelma Wood et l’auteur, figure féminine majeure de la littérature moderniste.Robin Vote, jeune Américaine à l’allure androgyne, somnambule hantée par une légère folie, fascine son entourage. Le baron Félix Volkbein, un juif autrichien érudit qu’elle épouse et à qui elle donne un fils, Guido, enfant retardé qu’elle abandonne en quittant le foyer. Nora Flood, raffinée, douce et ardente, dont elle s’éprend puis qu’elle délaisse au profit de la richissime et vulgaire Jenny Pethridge. Et le docteur Matthieu O’Connor, un désemparé hypersensible, recueille les confidences de chacun.Dans un style hautement poétique, Djuna Barnes met en évidence la part sombre de l’être, le mal auquel les personnages sont asservis.Djuna Barnes (1892-1982), née dans l'État de New York, illustratrice, journaliste, dramaturge et romancière, fréquente le cercle des expatriés de la rive gauche du Paris des années 1920, avant de s’installer en 1931, en Grande-Bretagne, où elle écrit Le Bois de la nuit (1936). De retour aux États-Unis en 1939, elle vivra les jours difficiles d’une « inconnue célèbre».« Un écrivain doué d’un étonnant pouvoir d’expression, une noire fécondité du discours, un jaillissement d’images et d’allusions, alarmant et irrésistible comme la mer en furie. » Graham Greene« L’une des trois grandes œuvres en prose qui aient jamais été écrites par une femme. » Dylan ThomasTraduit de l’anglais (États-Unis) par Pierre LeyrisPréface de T. S. Eliot
Publié le : mardi 25 novembre 2014
Lecture(s) : 5
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021143102
Nombre de pages : 208
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le Bois de la nuit
DU MÊME AUTEUR
James Joyce Nouveau Commerce, 1982
Ryder, Bourgois, 1982
L’Almanach des dames Flammarion, 1983
La passion Flammarion, 1983 etLivre de Poche, 1989 Le
Fumée Flammarion, 1986
Antiphon, Arche éditeur, 1987
Ah my God : The Lament of Women Nouveau Commerce, 1987
Journal d’une enfant dangereuse Arche éditeur, 1988
Interviews Bourgois, 1989
Pièces en dix minutes Arche éditeur, 1993
Le Livre des répulsives. 8 poèmes et 5 dessins Ypsilon. éditeur, 2008
DJUNA BARNES
Le Bois de la nuit
roman
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Pierre Leyris
Préface de T. S. Eliot
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd Romain-Rolland, Paris XIV
Ce livre est édité par Anne Freyer-Mauthner
Titre original :Nightwood © original : 1936, Djuna Barnes Première publication originale : Faber & Faber, London, 1936 Première publication américaine avec la préface de T. S. Eliot : Harcourt, Brace, & Co., New York, 1937 New Directions, New York, est aujourd’hui l’éditeur deNightwood aux États-Unis.
La traduction française de cet ouvrage est publiée avec l’autorisation de Faber & Faber, Londres, l’éditeur deNightwoodRoyaume-Uni. au
La première édition française de cet ouvrage a été publiée aux Éditions du Seuil en 1957.
ISBN : 978-2-02-114309-6
© Éditions du Seuil, 1957 pour la traduction française.
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
À Peggy Gugenheim et John Ferrar Holms.
Préface
Quand la question se pose d’écrire une introduction pour un livre d’ordre créateur, j’ai toujours l’impression que les quelques livres qui valent la peine d’être préfacés sont précisément ceux qu’il est impertinent de préfacer. J’ai déjà commis deux impertinences de cette sorte ; c’est ici la troisième et, si ce n’est pas la dernière, nul n’en sera plus surpris que moi. Je ne puis justifier cette préface que de la façon suivante. On est enclin à attendre des autres qu’ils voient, la première fois qu’ils lisent un livre, tout ce que l’on est venu à y percevoir à la faveur d’une intimité croissante. J’ai lu Le Bois de la nuitnombre de fois, en manuscrit, sur épreuves et après sa publication. Ce que l’on peut faire pour les autres lecteurs – à supposer que, si vous lisez aucunement cette préface, vous la lisiez en premier lieu –, c’est de retracer les phases les plus signi-ficatives de sa propre appréciation de l’ouvrage. Car il m’a fallu pour ce livre quelque temps avant de parvenir à apprécier sa signification comme un tout. En décrivantLe Bois de la nuitdans le dessein d’attirer des lecteurs à l’édition anglaise, je disais qu’il « intéres-serait principalement les lecteurs de poésie ». Cela peut aller pour une brève annonce, mais je suis heureux d’avoir
9
LEBOISDELANUIT
l’occasion de le développer quelque peu. Je n’entends pas suggérer que le mérite du livre soit surtout verbal, bien moins encore que son langage étonnant couvre un vide de contenu. À moins que le terme « roman » n’ait été trop galvaudé pour être adéquat, et s’il signifie un livre où des personnages vivants sont créés et montrés dans leurs relations signifiantes, ce livre est un roman. Et je ne veux pas dire que le style de Miss Barnes soit de la « prose poétique », mais bien que la plupart des romans contemporains ne sont pas réellement « écrits ». La réalité qu’ils peuvent avoir, ils l’obtiennent surtout en rendant avec justesse les bruits que les êtres humains produisent couramment dans leurs simples besoins jour-naliers de communication ; et la partie d’un roman qui n’est pas composée de ces bruits consiste en une prose qui n’est pas plus vivante que celle d’un journaliste ou d’un fonctionnaire compétent. Une prose entièrement vivante exige du lecteur quelque chose que le commun lecteur de romans n’est pas préparé à donner. Dire que Le Bois de la nuitséduira d’abord les lecteurs de poésie ne signifie pas que ce n’est pas un roman, mais que c’est un si bon roman que seules les sensibilités exercées à la poésie pourront l’apprécier tout à fait. La prose de Miss Barnes a le rythme de prose qui fait un style de prose et le motif musical qui n’est pas celui de la poésie. Ce rythme de prose peut être plus ou moins complexe ou élaboré selon les intentions de l’écrivain ; mais, qu’il soit simple ou complexe, il est ce qui élève à la plus haute intensité la matière à communiquer. La première fois que j’ai lu ce livre, j’ai trouvé le mouvement d’ouverture plutôt lent et traînant, jusqu’à l’apparition du docteur. D’un bout à l’autre de cette pre-10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.