Le Capitaine Alatriste, Les Aventures du Capitaine Alatriste, t. 1

De
Publié par

" Il n'était pas le plus honnête ni le plus pieux des hommes, mais il était vaillant. " Ainsi commence Le Capitaine Alatriste, histoire d'un ancien soldat espagnol, vétéran de la guerre de Flandre, spadassin à la solde des nobles ou de riches hidalgos. Ses aventures, aussi dangereuses que passionnantes, nous entraînent dans les intrigues de la cour de Philippe IV, roi d'une Espagne corrompue et décadente, dans les ruelles obscures de Madrid où l'on croise le fer pour quelques maravédis, dans les tavernes où Francisco de Quevedo compose des sonnets la main à l'épée, dans les théâtres où les représentations des comédies de Lope de Vega finissent en échauffourées. Le jeune Iñigo de Balboa, l'implacable Inquisiteur Emilio Bocanegra, l'assassin Gualterio Malatesta et le diabolique secrétaire du roi, Luis de Alquézar sont quelques-uns des personnages inoubliables de ces aventures où l'action renoue grâce à une plume flamboyante avec la plus grande tradition du roman de cape et d'épée.


Publié le : lundi 17 juin 2013
Lecture(s) : 9
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021125177
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Arturo PérezReverte est né à Cartagena, Espagne, en 1951. Licencié en sciences politiques et en journalisme, il a tra vaillé longtemps comme grand reporter et correspondant de guerre pour la télévision espagnole, notamment pendant la crise du Golfe et en Bosnie. Ses romans sont des succès mon diaux, et plusieurs dentre eux ont été portés à lécran. Il par tage aujourdhui sa vie entre lécriture et sa passion pour la mer et la navigation. Il a été élu à la Real Academia Española de las Letras en 2003.
Extrait de la publication
Extrait de la publication
L E S AV E N T U R E S D U C A P I T A I N E A L AT R I S T E 1
A r t u r o P é r e z  R e v e r t e
L E C A P I T A I N E A L A T R I S T E
r o m a n Tr a d u i t d e l  e s p a g n o l p a r J e a n  P i e r r e Q u i j a n o
Éditions du Seuil
Extrait de la publication
Les poèmes ont été traduits par Albert Bensoussan
T E X T E I N T É G R A L
T I T R E O R I G I N A L El Capitán Alatriste É D I T E U R O R I G I N A L Alfaguara
ISBNoriginal : 8420483532 © 1996, Arturo PérezReverte
ISBN9782021125160 re (ISBN2020339978, 1 publication re ISBN2020403447, 1 publication poche e ISBNpublication poche)9782757806552, 2
© Éditions du Seuil, mai 1998, pour la traduction française
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de lauteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
AUX GRANDSPARENTS, SEBASTIÁN, AMELIA, PEPE ETCALA: pour la vie, les livres et la mémoire.
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Voilà lhistoire : un capitaine qui commandait notre escouade,
vilainement blessé, malade, vivait là son ultime peine. Quel capitaine, messeigneurs,
que ce capitaine dune heure !
E . MA R QUI NA En Flandre le soleil sest couché
Extrait de la publication
I
L A T A V E R N E D U T U R C
I l nétait pas le plus honnête ni le plus pieux des hommes, mais il était vaillant. Diego Alatriste y Tenorio sétait battu en Flandre. Quand je fis sa connaissance, il vivotait à Madrid où il se louait pour quatre maravédis la journée, souvent en qualité de spadassin à la solde de ceux qui navaient pas ladresse ou le courage nécessaires pour vider leurs querelles. Un mari cocu parci, une dispute ou un héritage contesté parlà, dettes de jeu en souffrance, etc. La critique est facile aujourdhui. Mais, à lépoque, la capitale de lEspagne était un lieu où la vie ne tenait souvent quà un fil, au coin dune rue, au bout dune pointe dacier. Diego Alatriste sy débrouillait
11
L E
C A P I T A I N E
A L A T R I S T E
fort bien. Très habile quand le moment était venu de tirer lépée, il maniait encore mieux sa « main gauche », cette dague étroite et longue que certains appellent la biscayenne et dont les bretteurs de pro fession usaient souvent. Un coup dépée, un autre de biscayenne, disaiton. Ladversaire attaquait et parait de son mieux avec son fer, puis le coup de dague venait subitement, au ventre, dans les tripes, un coup vif comme léclair qui ne vous laissait même pas le temps de demander la confession. Je vous lai dit : les temps étaient difficiles. Le capitaine Alatriste vivait donc de son épée. Autant que je sache, son titre de capitaine était plus un surnom quun grade. Il lui venait dune certaine nuit, bien des années auparavant, alors quil était soldat du roi et quil avait dû traverser une rivière glacée avec vingtneuf camarades et un vrai capi taine. Imaginez un peu : vive lEspagne et vive le roi, lépée entre les dents, en chemise pour se confondre avec la neige et surprendre un détachement hollan dais. Les Hollandais, qui prétendaient proclamer leur indépendance en catimini, étaient les ennemis dalors. Au bout du compte, ils parvinrent à leurs fins, mais nous leur fîmes la vie assez dure. Pour revenir au capitaine, le plan convenu était de tenir la place, sur la berge dune rivière ou sur une digue, que saisje, jusquà ce que les troupes de Sa Majesté lancent leur attaque à laube et rejoignent les soldats
12
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.