Le Chemin sauvage

De
Publié par

Il y a cinquante ans, dans un village, un enfant de treize ans s'attache à une petite fille de son âge, Myriam, qui est recueillie dans un orphelinat. Elle est " misée ", c'est-à-dire adoptée comme servante dans une ferme. Le narrateur vit dans une famille d'ouvriers. Il s'amuse avec un petit italien, Tonio, lui aussi isolé. Il sympathise avec des ouvriers italiens, Angelo et Enzo, qui construisent un barrage. Mais Myriam se confie à l'enfant et lui révèle qu'elle est harcelée sexuellement par le grand-père de sa famille d'accueil. Elle disparaît...


Sous le regard d'un enfant qui mêle la réalité à des jeux de guerre, un crime monstrueux est commis. Mais l'eau noire du silence se referme sur le mal.


Publié le : jeudi 16 février 2012
Lecture(s) : 3
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021075748
Nombre de pages : 326
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LE CHEMIN SAUVAGE
Extrait de la publication
Du même auteur
Dans la gueule de la baleine guerre Seuil, 2007
J'ai avancé comme la nuit vient Seuil, 2010
Extrait de la publication
JEANFRANÇOIS HAAS
LE CHEMIN SAUVAGE
roman
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd RomainRolland, Paris XIV
ISBN9782021061246
©ÉDITIONS DU SEUIL,FÉVRIER2012
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
Extrait de la publication
À Dominique, Christine, JeanBaptiste et Mathieu
À Patrick Cardinaux À Christiane et Yves Breton
Ai fratelli Germano, Italo e Paolo Secchini
A Carmela e Vincenzo Paolillo I loro nomi ne rievocano tanti altri
Extrait de la publication
Extrait de la publication
«Entrai per lo cammino alto e silvestro.» Dante,Inferno, II.
« Dans ce pays on ne connaît pas la guerre. [] Je pensais : un pays paisible, propre, des gens compatissants, le cœur sur la main, tou jours prêts à aider les autres. » Y. Z'Graggen,Matthias Berg, éd. de l'Aire, 1995.
« Le cri d'un lièvre, rien de plus. C'est un enfant qu'on égorge en forêt. Et le cœur ouvert par le cri Se serre, pétri de pitié. » Guennadi Gor,Blocus, traduit par H. Abril, Circé, 2010.
« Un jour, j'ai regardé de tout près un de ces gros (hannetons) si impitoyablement condamnés par l'espèce humaine. Je l'ai même pris dans ma main. Ses pattes en dents de scie me grattaient la peau tandis qu'il gigotait en tentant de fuir. Je lui ai rendu la liberté et l'ai regardé s'envoler lourde ment. Maintenant que j'avais fait sa connais sance, je craignais qu'il soit attrapé par ceux qui leur font la chasse, et qu'il périsse dans d'horribles souffrances, arrosé de pétrole et grillé vif avec ses malheureux semblables. Il est horrible de naître hanneton sur une terre où vivent les hommes. » Alice Rivaz,L'Alphabet du matin, éd. de l'Aire, 1968.
« [] l'eau noire du silence se referme, lisse, avec un frémissement décroissant, et nous recommençons à vivre dans notre songe, au bord redoutable de la veille. » Hector Bianciotti,Le Traité des saisons(La busca del jardìn), traduit par F. M. Rosset, Gallimard, 1977.
Extrait de la publication
Première partie
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Z. M.

de editions-gallimard

La montagne

de editions-gallimard