Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Le fils de l'autostoppeur suivi de Le calendrier perpétuel et La double vie du sergent Bridale

De
13 pages


Le fils de l'autostoppeur

M. et Mme Lanoye partent en vacances à bord de leur nouvelle voiture. Un automobiliste en panne leur fait signe de s'arrêter...



Le calendrier perpétuel

Un cadre, las de la vie de famille, commence à prendre une maîtresse, puis songe à une vie autre, de manière... radicale !



La double vie du sergent Bridale

Le sergent Bridale prévoit de quitter sa femme pour vivre avec sa maîtresse. Le destin va en décider autrement.





Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

couverture
Gérard Moss

Le fils de l’autostoppeur
suivi de
Le calendrier perpétuel
et
La double vie du sergent Bridale

images

Le fils de l’auto-stoppeur

Pour les vacances, Monsieur et Madame Lanoye ont acheté une jolie voiture, très au-dessus de leurs moyens. Aussi empruntent-ils les nationales plutôt que les autoroutes afin d’économiser sur le prix des péages. Et puis c’est tellement pittoresque, la traversée des villages de France !

Cette année, Monsieur et Madame Lanoye ont choisi une destination ensoleillée : Menton. Plus de mille trois cents kilomètres depuis Calais où ils résident, ça fait beaucoup. Heureusement qu’ils ont une belle voiture, confortable et bien équipée même si Madame Lanoye regrette que son mari n’ait pas pris le GPS, une option trop coûteuse. « J’ai le meilleur GPS au monde, aime à rappeler Monsieur Lanoye. Et il est assis à côté de moi. » Peut-être. En attendant, ça n’empêche pas les disputes, les échanges parfois vifs et même, il faut appeler les choses par leur nom : les engueulades. Si Monsieur Lanoye était plus patient aussi ; et Madame Lanoye moins cruche !

Mais pour l’instant tout va bien. Madame Lanoye n’a commis aucune erreur d’aiguillage. Monsieur Lanoye ne s’est pas départi du sourire qu’il affiche depuis leur départ, il y a… Il y a combien de kilomètres d’ailleurs ? L’ordinateur de bord va répondre. Huit cent soixante-trois. Le plus gros est passé. Est-ce qu’ils ne devraient pas faire une pause ? « Tu dois être fatigué mon chéri. » Mais Monsieur Lanoye ne veut pas s’arrêter. Il pense à sa moyenne exceptionnelle pour une conduite sur nationale. Quatre-vingt-treize kilomètres/heures si on en croit l’ordinateur. Et pour quelle raison ne le croirait-on pas ?

La belle voiture n’empêche cependant pas l’ennui. Oui, Madame Lanoye s’ennuie un peu. C’est quand même long, ces routes qui n’en finissent pas, ces arbres qui défilent et ces voitures croisées avec, pour seule lecture, une carte posée sur les genoux. Tiens, remarque Madame Lanoye, une voiture abandonnée sur le bord de la route. Une panne sans doute. Et personne pour s’arrêter. Dieu merci, ce genre d’événement ne lui est jamais arrivé. De toute façon Madame Lanoye ne conduit pas. Ça limite les risques. Combien de femmes se sont-elles fait agresser sur les bords de route ? Les journaux sont plein de ces histoires.

Monsieur Lanoye ralentit. Il a aperçu un auto-stoppeur à une centaine de mètres. « Ça doit être le conducteur de la voiture en panne, dit Madame Lanoye. Regarde ! Il tient un enfant par la main. Le pauvre homme ! » Monsieur Lanoye a mis son clignotant et se gare sur le bas-côté. « Vous avez besoin d’aide ? » « C’est pas de refus. Ma foutue bagnole est tombée en panne et mon téléphone ne capte rien. Si vous vouliez bien nous emmener jusqu’au prochain village… » « Mais bien sûr, montez ! »

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin