Le Goinfre

De
Publié par

C'est d'abord l'histoire d'une fuite, une fuite à toute allure vers le sud, dans l'émerveillement qu'on a du mal à refuser, une fuite encore plus au sud auquel on croit toujours même si on a commis l'irréparable.


On va en Italie, jusque dans les Pouilles, à Bari au bord de la mer.


C'est une ville déjà tournée vers l'Orient mais qui a l'air peu ou prou de la ville d'où on vient et les femmes qu'on y rencontre ressemblent à s'y méprendre à celles qu'on a laissées derrière soi.


Tout voyage, toute idée de voyage est impossible. Plus on s'approche de l'Étranger, plus il se fait notre semblable. Nous ne savons que reconnaître.


Avons-nous seulement connu, avons-nous seulement connu l'amour, ce qu'on continue obstinément d'appeler l'amour ?


Pourtant, même si tout a échoué, même si on ne peut espérer aucun pardon, il nous reste un appétit insatiable, intact, dont l'énormité fait souffrir justement quand on n'a plus rien à se mettre sous la dent.


Publié le : jeudi 1 octobre 2009
Lecture(s) : 43
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021007060
Nombre de pages : 126
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
F i c t i o n & C i e
M aryli
L E
27, r
,
Extrait de la publication
lles
R E
Extrait de la publication
» RO C H E
004
reproductions destinées à une le ou partielle faite par quelque nts cause, est illicite et constitue ode de la propriété intellectuelle.
Extrait de la publication
, moi qui connais-e sortir de la nuit, es des peurs bleues, yais que la nuit ne as couché, comme  je coulais parfois mmeil, me raccro-ma position assise, s sur le granito, la croyais que la nuit core aux premières nkylosé sans doute, comme si de rien rs les volets. Il n’y e suite la voix dans ésormais, mais elle s inflexions étaient ’ -
Extrait de la publication
s, les voiles. Partir bon, mirage qui tées au vent. Tant e faire la malle, la rendre le large, se érées contre ceux aces contre nous-ence, passer, tout m’étais tellement rsqu’il est accom-montagne, je pars ’il est nu, empha-effet, je l’avais si ensé, mais c’était je partais. Je m’y . Je réunis rapide-se, je ne savais pas
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Un homme ébranlé

de editions-du-mercure-de-france

La sainte famille

de editions-de-la-table-ronde