Le massacre des faux-bourdons

De
Publié par

Pâques s'annonce mal pour le lieutenant Sauvage. Voilà qu'on découvre un macchabée raide comme un col amidonné, avec une ruche sur la tête. Ce que Sauvage ignore encore, c'est que les abeilles sont sur le point d'attaquer. Et lorsque les soldates se fâchent, c'est comme si elles déclaraient la Troisième Guerre mondiale... En lâchant en pleine nature un serial-killer d’apiculteurs, Élisa Vix pique au vif son héros policier. Il ne va pas tarder à découvrir que la société des abeilles a beaucoup à lui apprendre sur la psychologie criminelle.


Publié le : mercredi 11 mars 2015
Lecture(s) : 6
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782812609008
Nombre de pages : 296
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
VIX  ÉLISA LE MASSACRE DES FAUX BOURDONS
Présentation
Pâques s’annonce mal pour le lieutenant Sauvage. Non seulement son ex-femme prétend lui laisser leur Ils pour les vacances de printemps, mais voilà qu’on découvre un macchabée raide comme un col amidonné Lanqué d’une ruche sur la tête. Qui en voulait à Mohamed Sétif, le Kabyle venu élever ses abeilles au pays de Clovis? Faut-il soupçonner les agriculteurs voisins, grands épandeurs de pesticides, en butte à la vindicte de tous les apiculteurs du coin? L’affaire se complique quand Sauvage découvre que le défunt a reçu quelques jours avant le crime un faux-bourdon mort dans une ruche miniature. Ce qu’il ignore encore, c’est que les abeilles sont sur le point d’attaquer. Et lorsque les soldates se fâchent, c’est comme si elles déclaraient la Troisième Guerre mondiale… En lâchant en pleine nature un serial-killer d’apiculteurs, Élisa Vix pique au vif son héros policier. Il ne va pas tarder à découvrir que la société des abeilles a beaucoup à lui apprendre sur la psychologie criminelle.
Élisa Vix
Née en 1967, Élisa Vix a notamment publiéLa Nuit de l’accident(2012, prix Anguille sous roche 2012) etL’Hexamètre de QuintilienDans la série Thierry Sauvage, le dernier (2014). roman paru estRosa mortalis(2013). Deux précédents romans de la série ont été adaptés pour France 2:La Baba-Yaga et Bad dog.
Du même auteur, chez le même éditeur L’Hexamètre de Quintilien,2014 Rosa mortalis, une enquête de Thierry Sauvage, 2013
La Nuit de l’accident, 2012 (prix Anguille sous roche 2012)
© Graphisme de couverture : Odile Chambaut Image de couverture : © plainpicture/Millennium/Jonathan Stead
© Éditions du Rouergue, 2015 ISBN : 978-2-8126-0901-5 www.lerouergue.com elisa.vix.perso.sfr.fr
Élisa Vix
LE MASSACRE DES FAUX-BOURDONS Une enquête de Thierry Sauvage
roman
Le parfum amical du nectar a fait place à l’âcre odeurdu venin dont les mille gouttelettes scintillent au boutdes aiguillons et propagent la rancune et la haine.
Maurice Maeterlinck
Dans les champs et les jardins, les nectaires s’étaient taris, les pétales avaient fané. Les feuilles désormais rousses tri-cotaient aux chemins un manteau qui craquait sous les pas. Les premiers frimas d’octobre avaient sonné le glas d’un été prodigue. Et le signal du massacre. En prévision de la disette hivernale, ses frères, bouches inu-tiles, avaient été refoulés ou, pire, supprimés, une banderille plantée entre les sternites. Affamés ou empoisonnés par le dou-loureux poison, ils avaient agonisé dans l’indifférence générale.
Caché dans le recoin le plus obscur, ses yeux à facettes scrutant la nuit de la ruche, il était le dernier. Ses ailes bruis-saient doucement, tentant de calmer l’infernale vibration qui trahissait sa présence. Sa meurtrière, ouvrière gorgée de phéromones royales, conditionnée comme un soldat fanatique, avançait dans sa direction. Les pulsations de sa danse de mort se propageaient en vagues assassines sur les rayons de cire.
9
Les pattes articulées du gros mâle se détendirent. Vaincu, il se résigna à la mort. Sa vie, quoique brève, avait été bien remplie. Il n’avait pas connu le vol nuptial, qui aurait signiIé sa In prématurée, mais il avait survolé les champs de colza au parfum douce-reux, senti sur la nervure Ine de ses ailes la chaleur du soleil, s’était gorgé de miel d’acacia transparent comme de l’eau, et de celui de châtaignier, sombre comme du caramel. Plus que tout, il avait fait partie de la communauté, ce groupe puissant et invincible, qui le rejetait aujourd’hui. Il avait assisté, séduit, au ballet des butineuses amassant leurs pelotes de pollen, jaunes, orange et rouges, aux soins attentionnés des nourrices envers les minuscules larves, à la hargne féroce des gardiennes rangées en ordre de bataille devant la ruche.
Le dard s’enfonça en un éclair dans son abdomen. Aussitôt, l’acide venin se répandit comme une décharge électrique. L’ouvrière déchirée, sa sœur, sa meurtrière sacriIcielle, ren-dit son dernier soufe en le tuant. Il mourut, des corolles ocre devant les yeux, une brise tiède caressant ses ailes.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La maladroite

de editions-du-rouergue

L'Île des chasseurs d'oiseaux

de editions-du-rouergue

La tête en friche

de editions-du-rouergue

suivant