Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

La Faute

de le-cherche-midi

Passion Commune

de HomyStory

Le mec de ma mère
Ray Navarro
Le mec de ma mère
Roman
Éditions Le Manuscrit
Illustration de couverture : photographie de la sérieBurns, Nicolas Descottes © Nicolas Descottes © Éditions Le Manuscrit, 2006 www.manuscrit.com ISBN : 2-7481-7682-0 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748176827 (livre imprimé) ISBN : 2-7481-7683-9(livre numérique) ISBN 13 : 9782748176834(livre numérique)
7
8
Le mec de ma mère
1 Les gobelins déboulèrent dans la cohue, décochant les flèches comme s’il en pleuvait. Cela n’inquiéta nullement Mickaël. « Allez, venez les tarbas ! Allez, venez que je vous coupe les balloches ! » Il connaissait trop bien les lieux. Protégé par le bouclier, il fit tournoyer l’épée, tranchant têtes et membres. Les assaillants tombèrent avec des cris stridents. « Là, t’as assuré ! », s’auto-félicita-t-il. Il s’essuya le front. Sur un autel, derrière la lourde porte de bois, il trouverait le troisième anneau : l’Anneau des métamorphoses. Mais un immense troll monocéphale veillait au grain ! Il n’avait jamais franchi cet obstacle et ne s’en était jamais vanté. Mais cette fois-ci, il était sûr d’avoir la bonne combine. Malgré sa carcasse monumentale, le troll se mouvait avec une aisance diabolique. Inutile de compter sur le bouclier qui éclaterait au premier assaut. Donc : primo, frapper le monstre aux jambes pour ralentir ses déplacements ; secundo, virevolter autour en lui sabrant la gueule. Sûr, si ça marchait, il pourrait se mettre à l’affiche ! Il prit une profonde inspiration et tira sur la virole dorée. La porte s’ouvrit. Il se tint prêt, le troll allait surgir. Un grognement caverneux retentit, bizarrement suivi d’aboiements. Mickaël eut une seconde de flottement, l’épée suspendue au-dessus de sa tête. « Et merde ! pesta-t-il. Qu’est-ce qu’il y a, encore ? »
9
Le mec de ma mère
Il se redressa gauchement pour aller jeter un œil par la fenêtre : Hunter écumait. La tante Cécile et Bernard, son mari, regardaient par-dessus le portail avec leurs têtes de sainte nitouche. Il ne se souvint pas avoir été prévenu de leur visite. Il tira sur les pans du T-shirt pour couvrir les bourrelets et dévala les escaliers aussi vite que son embonpoint le lui permettait. « Hunter couché ! ordonna-t-il en saisissant le collier du rottweiller. Bonjour Mic, sourit tante Cécile. Maman est là ? Non, elle est pas encore rentrée. » L’oncle et la tante franchirent le portail à distance respectable du molosse. « C’est qu’il nous boufferait ! plaisanta à moitié Bernard. Entrez, je le tiens. Oui, c’est ça, tiens-le bien ! renchérit Cécile en traversant le jardin avec un air excédé. Je pense qu’elle va pas tarder, commenta Mickaël en refermant la porte sur Hunter. Asseyez-vous ! Vous voulez boire quelque chose ? » La tante Cécile refusa d’une voix doucereuse. « Tu es tout seul ? demanda-t-elle, davantage critique qu’inquiète. – Ouais, Maman est pas arrivée et Jérôme est allé donner son cours de kick-boxing à la salle municipale. » La tante acquiesça, sans commentaire. Mais son visage austère s’était fermé. Mickaël pensa qu’elle ne regrettait pas l’absence du mec à sa mère. Il était même convaincu qu’elle le détestait. Il n’aurait su dire d’où lui venait cette certitude…
10