Le sourire du souffleur

De
Publié par

Rien ne s’oublie réellement et quand la vérité est en marche, plus rien ne l’arrête.

Dans ce troisième opus du sourire, la science et l’histoire trouvent leur place. L’une avec les trous noirs, l’autre avec la révélation de la vérité sur le naufrage du Koursk, ce sous-marin nucléaire russe qui a sombré avec 118 hommes d’équipage le 12 août 2000. Un polar qui s’inscrit dans le domaine du possible, une intrigue haletante où les femmes auront le dernier mot. Peut-être. Avec, en toile de fond, Natacha.
Jacques Vialat nous fait voyager. En Turquie, au Canada, en Sibérie et en Norvège, au rythme de son héros amoureux et des dessins de Lionel Brun, dans un univers inquiétant où l’on pourrait presque rencontrer l’ombre de Corto Maltese…

Installez-vous confortablement, servez-vous un café fort et prenez garde, car vous ne pourrez plus vous arrêter avant d'avoir terminé.

EXTRAIT
Elle en avait marre de réfléchir à comment elle permettrait à son client de reporter encore une fois l’échéance de paiement des charges de sécurité sociale pour éviter – ou plus probablement repousser – le dépôt de bilan. Marre de ne pas trouver une solution juridiquement imparable. Marre de ces clients à la traîne de l’ordre alphabétique qui l’obligeaient à attendre le jugement des autres affaires prévues au rôle de la journée. Marre de patienter dans cette salle des pas perdus, si justement nommée, où il était interdit de fumer. Marre de cette ridicule robe noire, trop longue.
L’avocate, stoppant le cheminement de ses pensées pour s’asseoir sur le banc plaqué le long du mur de la pièce, regardait défiler ceux qui, comme elle, perdaient leurs pas résonnants et leur temps à raisonner dans la salle d’attente du tribunal de commerce de Paris, le mercredi matin, tandis que se décidaient redressements et liquidations judiciaires des entreprises exsangues.
Elle s’appliquait à faire le vide dans sa tête pour observer les autres. Elle sourit à la vue de ce confrère trépignant d’impatience – un malheur partagé avec un concurrent devient presque un bonheur.

CE QU’EN PENSE LA CRITIQUE

« Le sourire du souffleur où la science et l’histoire trouvent leur place. Un suspense qui s’appuie sur l’actualité, le scénario tenant compte de faits réels. » Jean ESCALON – Le Dauphine

A PROPOS DE L’AUTEUR

Jacques Vialat a la passion des livres, et avec elle, celle de l’écriture. Il voyait sa première nouvelle publiée dès l’âge de quinze ans, son premier poème lu à France Inter alors qu’il avait dix-sept ans. De cette passion sont nés cinq romans et une maison d’édition, les éditions ThoT, en hommage au dieu des scribes chez les Égyptiens. Un recueil de nouvelles et un recueil de poèmes ont complété la famille. Ces textes, Jacques Vialat les écrit la nuit, au moment où l’inspiration se mêle à l’obscurité et remplit ses veines d’une encre épaisse.
Publié le : lundi 29 février 2016
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782849213582
Nombre de pages : 206
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Rien ne s’oublie réellement et quand la vérité est en marche, plus rien ne l’arrête.

Dans ce troisième opus du sourire, la science et l’histoire trouvent leur place. L’une avec les trous noirs, l’autre avec la révélation de la vérité sur le naufrage du Koursk, ce sous-marin nucléaire russe qui a sombré avec 118 hommes d’équipage le 12 août 2000. Un polar qui s’inscrit dans le domaine du possible, une intrigue haletante où les femmes auront le dernier mot. Peut-être. Avec, en toile de fond, Natacha.
Jacques Vialat nous fait voyager. En Turquie, au Canada, en Sibérie et en Norvège, au rythme de son héros amoureux et des dessins de Lionel Brun, dans un univers inquiétant où l’on pourrait presque rencontrer l’ombre de Corto Maltese…

Installez-vous confortablement, servez-vous un café fort et prenez garde, car vous ne pourrez plus vous arrêter avant d'avoir terminé.

EXTRAIT
Elle en avait marre de réfléchir à comment elle permettrait à son client de reporter encore une fois l’échéance de paiement des charges de sécurité sociale pour éviter – ou plus probablement repousser – le dépôt de bilan. Marre de ne pas trouver une solution juridiquement imparable. Marre de ces clients à la traîne de l’ordre alphabétique qui l’obligeaient à attendre le jugement des autres affaires prévues au rôle de la journée. Marre de patienter dans cette salle des pas perdus, si justement nommée, où il était interdit de fumer. Marre de cette ridicule robe noire, trop longue.
L’avocate, stoppant le cheminement de ses pensées pour s’asseoir sur le banc plaqué le long du mur de la pièce, regardait défiler ceux qui, comme elle, perdaient leurs pas résonnants et leur temps à raisonner dans la salle d’attente du tribunal de commerce de Paris, le mercredi matin, tandis que se décidaient redressements et liquidations judiciaires des entreprises exsangues.
Elle s’appliquait à faire le vide dans sa tête pour observer les autres. Elle sourit à la vue de ce confrère trépignant d’impatience – un malheur partagé avec un concurrent devient presque un bonheur.

CE QU’EN PENSE LA CRITIQUE

«
Le sourire du souffleur où la science et l’histoire trouvent leur place. Un suspense qui s’appuie sur l’actualité, le scénario tenant compte de faits réels. » Jean ESCALON – Le Dauphine

A PROPOS DE L’AUTEUR

Jacques Vialat a la passion des livres, et avec elle, celle de l’écriture. Il voyait sa première nouvelle publiée dès l’âge de quinze ans, son premier poème lu à France Inter alors qu’il avait dix-sept ans. De cette passion sont nés cinq romans et une maison d’édition, les éditions ThoT, en hommage au dieu des scribes chez les Égyptiens. Un recueil de nouvelles et un recueil de poèmes ont complété la famille. Ces textes, Jacques Vialat les écrit la nuit, au moment où l’inspiration se mêle à l’obscurité et remplit ses veines d’une encre épaisse.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Jours blancs

de editions-du-noroit

La femme de rêve

de marcel-broquet-la-nouvelle-edition

suivant