Le T-shirt blanc

De
Publié par

Sohanne, une jeune femme un peu perdue, débarque dans une petite ville du Massif Central, avec l’idée de rencontrer, en vrai, le monsieur qui fait battre son cœur et qu’elle ne connaît que virtuellement. Dix jours plus tard, le corps d’une femme assassinée est retrouvé en montagne. Hasard ou destins croisés ? Une histoire d’amour hors normes, à la limite de la psychose et du paranormal.
Publié le : lundi 20 juin 2011
Lecture(s) : 243
EAN13 : 9782304028546
Nombre de pages : 115
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

2 Titre
Le T-shirt blanc

3Titre
Solène Vosse
Le T-shirt blanc
Meetoc-réel
Polar
5Éditions Le Manuscrit
Paris























© Éditions Le Manuscrit 2009
www.manuscrit.com
© Couverture : Thierry Levreau
ISBN : 978-2-304-02854-6 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304028546 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-02855-3 (livre numérique) 028553 (livre numérique)

6 8 E






Impose ta chance, serre ton bonheur, et va vers ton
risque.
René Char

A Nico , Joe, Vincent, Nath, Mimi et Magalie
(oui encore et toujours) ainsi qu’à Mariannie,
Philippe, Cath, Pati, Mamita, Jojo, Amélie,
Sylvie, Tayana, Jean-Claude, Patrick, Faith et
Marie-Do, avec toute ma reconnaissance et
l’assurance de mon affection profonde.


9 E
AU BURON, LÀ-HAUT…
LUI
J’l’ai vu. L’était là, allongé sur le matelas
noirci de suie. Euh nan, j’l’ai entendu avant d’le
voir. Parce que son vieux lit cage a grincé quand
il s’est levé d’un bond. Même que j’ai reculé au
moment où... Enfin j’crois plutôt qu’c’est lui
qui, en avançant m’a poussé en arrière. Car
avant que je réalise, j’me suis retrouvé dehors
en moins d’temps qu’il faut à un rasoir pour
trancher une carotide. Hmm, c’est bien comme
ça que ça s’est passé, le soir où j’l’ai vu. Sauf
qu’il faisait pas complètement nuit, et
l’ouverture sans porte du buron laissait entrer
encore assez de lumière pour voir, mais pas
suffisamment pour voir distinctement.
Il avait pas mal plu la veille, et la météo
annonçait les premières chutes de neige.
Aucune chance de croiser d’autres randonneurs,
à c’t’heure inhospitalière. Mon instinct me
gueulait qu’il valait mieux pas rester planté là.
Du coup, mes jambes se sont mises à tracer
11

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.