Les Cheveux de Bérénice

De
Publié par

Dans le ciel d'Alexandrie entre la Vierge et le Lion, une nouvelle constellation vient de naître, les Cheveux du Bérénice. Pour que, des lointains champs de bataille, son époux Ptolémée Évergète revienne vivant, la reine Bérénice sacrifie sa chevelure à la déesse Isis. L'Égypte, IIIe siècle avant notre ère, rayonne de tous ses feux : le Phare, la Grande Bibliothèque, le Mouséion.


" Combien grande est la Terre ? " demande Évergète à Érasthène, géographe, cartographe, mathématicien, et directeur de la Grande bibliothèque. Commence alors la marche de béton, le bématiste chargé de mesurer le Nil " pas à pas " depuis Alexandrie jusqu'à la première cataracte. Tandis qu'à la cour, débauche et assassinats gangrènent le pouvoir des nouveaux pharaons grecs. Témoin de cette aventure, le nain Obole, véritable carte humaine, qui porte le Nil tatoué sur son dos.


Les Cheveux de Bérénice est l'histoire de la première mesure de la Terre, confrontée à la démesure de la tragédie qui secoue la dynastie des Ptolémées.



Publié le : jeudi 25 décembre 2014
Lecture(s) : 20
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021224870
Nombre de pages : 409
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Né en Algérie en 1940 et décédé en 2010, Denis Guedj était écrivain, mathématicien, professeur d’histoire des sciences et d’épistémologie à l’université Paris » VIII, mais aussi scéna riste et comédien. Il est l’auteur des romansLa Méridienne, Le Théorème du perroquet, Génis ou le Bambou parapluie, La Belaainsi que d’essais, commeLa Révolution des savants, L’Empire des nombres, La gratuité ne vaut plus rien, Le Mètre du monde.
D U M Ê M E A U T E U R
La Méridienne La Mesure du monde Robert Laffont, 1988, 1999 « Pocket », n° 11517 et « Points Grands Romans », n° P2034
La Révolution des savants Gallimard, « Découvertes », n° 48, 1988, 2004
L’Empire des nombres Gallimard, « Découvertes », n° 300, 1996
La gratuité ne vaut plus rien et autres chroniques mathématiciennes Seuil, 1997 et « Points », n° P783
Le Théorème du perroquet Seuil, 1998 et « Points », n° P785
Génis ou le Bambou parapluie Seuil, 1999 et « Points », n° P867
Le Mètre du monde Seuil, 2000 et « Points », n° P1059
One zéro show Spectacle arithmétique en 0 acte et 1 tableau… blanc suivi deDu point à la ligne Spectacle géométrique en ligne… et en surface Seuil, 2001
La Bela Autobiographie d’une caravelle (illustré par Joëlle Jolivet) Seuil, 2001
Zéro ou les Cinq Vies d’Aémer L’épopée de l’invention du zéro Robert Laffont, 2005 et « Pocket », n° 13134
Villa des hommes Robert Laffont, 2007 et « Points Grands Romans », n° P2507
Les Mathématiques expliquées à mes filles Seuil, 2008
Collision Robert Laffont, 2010
D e n i s G u e d j
L E S C H E V E U X D E B É R É N I C E
r o m a n
Éditions du Seuil
T E X T E I N T É G R A L
ISBN9782021228366 re (ISBN2020493926, 1 publication)
© Éditions du Seuil, janvier 2003
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
pour Brigitte
Ankh, Oudja, Seneb
Vie, Force, Santé
Chapitre 1
M «a plante, ma plante, ma plante ! J’ai la plante des pieds dure comme du granit. – Et le haut du crâne, flasque comme du mou de vache, hurla une matrone ébouriffée, juchée sur le plus haut tabouret de la taverne. – Respectez l’artiste ! » se fâcha Obole, en une horrible fureur. Tremblant de colère : « Encore une insulte et je retourne chez feu ma mère. – Vasy ! Vasy, chez ta mère ! » Il fit mine de quitter la salle, puis, comme pris d’un regret, il interpella la foule : « À notre vieil Euclide qui professait au Mouséion avant que je sois né, un étudiant demanda, la bouche en culdepoule : “À quoi servent les mathématiques que tu viens de m’enseigner ?” Euclide appela un serviteur : “Donnelui donc trois oboles puisqu’il lui faut retirer un bénéfice de ce qu’il vient d’apprendre.” De moi, c’est tout le contraire, aucun profit à attendre. Donnez vos oboles à Obole ! » Sur la table débarrassée des restes du repas, un long glaive, glissé dans des fentes ouvertes sur le col de deux lourdes et hautes cruches, était bloqué, tranchant vers le ciel. Pieds nus sur le fil de la lame, le bouffon se tortillait. C’était un très petit homme, disons un grand nain. Pour tête : une lune, béate, zébrée par un sourire amer. Bras puissants, des bûches, jambes grêles, des aiguilles.
9
Pieds d’enfant, tête d’éléphant. Cône renversé, il avait poussé dans le mauvais sens. Chacun de ses mouvements soulevait des cris. On l’en courageait, on aurait tant voulu qu’il s’écrase sur la table. Contorsions et légèreté. Parfaitement à l’aise sur le fil tranchant, danseuse aérienne sous des dehors grotesques, il sautillait, s’immobilisa, se pencha sur un versant du glaive. Juste ce qu’il fallait pour faire mentir la verticale. Il continua à se pencher. À un moment, les lois régissant les centres de gravité récemment établies par Archimède de Syracuse auraient dû le contraindre à chuter. Il les défia, poursuivant son inclinaison. Son corps rigide avait presque atteint l’horizontale. Sans effort, du même mou vement lent et continu, il revint à sa position initiale ; sans marquer d’arrêt, il s’inclina symétriquement sur l’autre versant du glaive, tel un balancier. S’il n’est pas tombé de ce côtéci, parions qu’il tombera de ce côtélà. Il ne tomba pas. Comme si ses pieds étaient collés au métal auquel ils adhéraient par une succion des plis de la peau de sa plante ventouse. Ayant effectué une fois l’allerretour, il le refit de plus en plus rapidement. Ce n’étaient que des « Ah ! » d’espoir quand il s’inclinait et des « Oh ! » de déception quand il se redressait. « Radins minables, rapiats infâmes, vous en redeman dez ! » Il désignait l’atroce chose tapie audessous de la lame : dix dagues fichées dans un cerceau de bois, gâteau d’anniversaire illuminé de bougies fatales, qui atten daient sa chute. « Si vous donnez plus, je me jette des sus ! – Des promesses, toujours des promesses ! beugla l’assistance. Tu promets chaque fois et tu ne le fais jamais ! – Parce que vous ne donnez jamais assez, jamais assez d’oboles à Obole. » Il pleura.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.