Les Eblouissements

De
Publié par

Gottfried Benn : 1886-1956. Sept moments de la vie d'un poète expressionniste allemand. Médecin de surcroît. Son premier recueil : Morgue, fait scandale. Ce sont ses souvenirs de la maison des corps. On retrouve l'auteur en garnison à Bruxelles, durant la Grande Guerre. Il s'occupe des filles qui contaminent "patriotiquement" l'armée allemande. Il assiste aussi à une mémorable exécution capitale. Il fut témoin de la mort que l'on reçoit, de celle que l'on donne. Il s'est frotté aux putains cariées de vérole. Le plus bas de la misère humaine. Il décrit ceci et cela, crûment, dans des textes hantés par de noires fulgurances. En marge, il connaît aussi l'extase. Mais même un visionnaire peut s'aveugler. Lui qui fuyait l'Histoire, il choisit, pour la rejoindre, la pire des occurrences. Quand la plupart des écrivains allemands fuient le nazisme, il choisit de rester, et devient - pour peu de temps - un compagnon de route de la barbarie... Renié par les émigrants, il sera bientôt proscrit par le nouveau Reich. Il est rejeté par tout le monde à la fois. Le voici censuré, réduit pour plus de dix ans au silence. Pourtant, après la fin de la seconde guerre, la génération de "l'année zéro" découvre en lui, quelquefois, le précurseur des idées qui vont circuler dans l'Occident à reconstruire. Sa parole circule à nouveau. Mais revient-on jamais tout à fait d'un voyage au bout du fourvoiement?


Gottfried Benn dans tous ses états. Poète révolutionnaire, intellectuel rallié, puis persécuté, réhabilité enfin... Médecin des plus démunis, des disgraciés. Amant cannibale, endeuillé. Père absent, aimant. Lui prêter une série d'interlocuteurs qui traversent près de trois quarts de siècle d'existence: un professeur d'anatomie, sa première femme, une prostituée, sa fille, sa dernière compagne.


Pour dire cela: une fiction, bien sûr. Rien qu'une fiction. Qui raconte l'erreur d'une vie, et la vie d'une erreur. Le plus court chemin entre Histoire et histoire, c'est encore d'imaginer. Le biographe, ici, n'a d'autre choix que de se faire historien, et le chroniqueur n'a d'autre ressource que de devenir romancier. Mais le romancier, à son tour, n'a de chance d'y voir clair que de se découvrir poète.


Pierre Mertens


Publié le : dimanche 25 août 2013
Lecture(s) : 27
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021140798
Nombre de pages : 384
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
DU MÊME AUTEUR
ROMANS L’Inde ou l’Amérique Seuil, préface de Pierre Gascar, 1969 prix Rossel, 1970 réédition Ancrage, 1999 La Fête des anciens Seuil, 1971 réédition Jacques Antoine, 1983 préface de Daniel Oster Les Bons Offices Seuil, 1974 réédition Le Talus d’approche préface de Régis Debray, 1994 « Points Roman », n° P890 Terre d’asile Grasset, 1978 réédition Actes Sud-Labor, coll. « Babel », 1989 préface de Michel del Castillo Perdre Fayard, 1984 Seuil, coll. « Points Roman » n° P443 Une paix Royale, Seuil, 1995 prix Jean-Monnet des littératures européennes, 1996 réédition Labor, coll. « Espace Nord », 2006 préface de Guy Scarpetta Perasma, Seuil, 2001 RÉCIT Lettres clandestines, Seuil, 1990 NOUVELLES Le Niveau de la mer L’Age d’Homme, 1970 réédition Ancrage, 2001 Nécrologies Jacques Antoine, 1977
Ombres au tableau Fayard, 1982 Terreurs Le Talus d’approche, 1984 Les Chutes centrales Verdier, 1990 réédition Le Grand miroir, 2007 Les Phoques de San Francisco Seuil, 1991 Prix de la nouvelle de l’Académie française Collision et autres nouvelles Actes Sud, « Babel », 1995 Préface de Danielle Bajomée OPÉRA La Passion de Gilles Actes Sud, 1982 THÉÂTRE Collision L’Avant-Scène, 1988 Flammes Actes Sud, 1993 L’Oreille absolue Éd. de l’Ambedui, 1999 AUTRES OUVRAGES L’Imprescriptibilité des crimes de guerre et contre l’humanité Éditions de l’Université de Bruxelles, 1974 Berlin. Un guide intime Autrement, 1987 Uwe Johnson, le scripteur de mur Actes Sud, 1989 L’Agent double (Sur Duras, Gracq, Kundera, etc.) Complexe, 1989 Pierre Mertens l’Arpenteur Entretiens avec Danielle Bajomée Labor, 1990
Une seconde patrie Arléa, 1997 Tout est feu Entretiens avec Edmond Blattchen Édition Alice, coll. « Noms de dieux », 1998 Rilke ou l’ange déchiré La Renaissance du livre, 2001 La Violence et l’Amnésie : chroniques des années de soufre Labor, 2004 Écrire après Auschwitz La Renaissance du livre, 2003 Le Don d’avoir été vivant L’Archipel, 2009
CE LIVRE EST LE QUATRE-VINGT-TREIZIÈME TITRE DE LA COLLECTION « FICTION & CIE » DIRIGÉE PAR DENIS ROCHE
ISBN 978-2-02-114079-8
© ÉDITION DU SEUIL, SEPTEMBRE 1987
www.seuil.com Ce document numérique a été réalisé parNord Compo Cet ouvrage a été numérisé en partenariat avec le Centre National du Livre.
Nous avons existé par cela, cela seul Qui n’est point consigné dans nos nécrologies.
T. S. Eliot,La Terre vaine
Aux enfants de ceux qui se sont trompés.
Knokke-Le Zoute, 1952
La mer
Prologue à un dénouement
Un après-guerre. Une arrière-saison. Un casino restauré, au bord de la mer. Une réunion internationale de poètes. Parmi eux, un poète allemand. Très allemand. Quelque chose manque. Quelque chose doit encore se passer. Mais quoi ? La mort du poète allemand, sans doute ?
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.