//img.uscri.be/pth/0e002be11865f191b50bc1ffdf683374175b0bb2
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Les filles bleues de l'été

De
128 pages
Clara et Chloé cherchent à guérir. Tout l’été, elles s’exilent dans la forêt. Au chalet de leur enfance, elles vont se réfugier, s’épier l’une l’autre, combattre dans le silence et le mal et la peur qui les hantent. Elles ne font plus partie du monde étroit auquel on a voulu leur faire croire : le leur est rythmé par les cigarettes, les siestes et l’eau du lac, calme, infinie. Quand le temps de revenir en ville arrive, elles peinent à se défaire de leur peau de campagne.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Les filles bleues de l’été Mîkélla Nîcol
Roma
Lé ChéVal d’aoÛt
Les filles bleues de l’été
Mîkélla Nîcol
Roma
Je Vàîs pRedRe mO chàGRî et ’étàeR pàRmî es Ràcîes deshêtRes. Je Vàîs ’exàmîeR de pRès, et e pRedRe etRe mes dOîGts.Is e me tROuVeROt pàs. Je màGeRàî des Oîx, et je cheRcheRàîdes œuFs sOus es ROces, et mes cheVeux s’emmêeROt, et jedORmîRàî sOus es hàîes, buVàt ’eàu des màRes, et je mOuRRàî â.
virginia woolf,Les Vagues
Lés fîllés léûés dé l’ÈtÈ
Je m’àppee CàRà et je Veux qu’O etede dàs mO pRéOm es écàts de cet été, tOmbés suR e sO Geé. Que mO Om sOe cOmme u bRîse-Gàce dàs à stéRîîté de ’hîVeR quî s’e Vîet.  Je e peux pàs pàRdOeR àux jOuRs d’àVOîR RetROuVé euR càptîVîté. NOus àVîOs Réussî â FuîR à séquece, màîs O Ous à pRîses pàR à uque pOuR Ous dépOseR dàs e cOuRàt. Là Vîe est RedeVeue ue RîVîèRe tRîste quî chàRRîe Os mORceàux de bàquîse. Le temps ’à pus e dROît de s’àRRêteR pOuR qu’O e ReGàRde dàs es yeux. Le sOîR Vîet màîteàt àu mîîeu de ’àpRès-mîdî, symptôme de ’hîVeR quî tRàche e mOde. Les Ges sOR-tet, RetRet. Du FOd de mO ît, je e ses, ce mOuVe-met quî empORte mes àmîs, es hOmmes, mes pàRets. D’u même Geste, Ous RestOs VîVàts, RéGuîeRs.  Il ne faut jamais s’inquiéter.  Je pàsse des jOuRées à tête dàs es càuchemàRs. Quàd Vîet à uît, je pReds Ràcîe dàs des sOs quî e me Ressembet pàs. Les GRàdes càGes, es Redez-VOus, dîRe Ouî et dîRe O, à bOuche e FORme de GOuffRe.Et dîRe meRcî, pus que écessàîRe, dîRe meRcî â mes GeôîeRs. Dàs es RêVes, je e peux pus bOuGeR, mà-GRé e hàut de mO cORps quî Veut àeR pàR e Vet. Je me RéVeîe ORsque e sOeî est déjâ cOuché. Ue petîte
7
hOte me mOte â à GORGe: O Ous à îcuqué que chàque jOuR seRt â cOstRuîRe e pROchàî, et mOî je peRds mO temps.  L’àutOme s’est îstàé pOuR de bO.  I Fàut RàmeeR es sOuVeîRs de ’été. Ceux de ’hOmme quî à eteRRé mO sOuffle dàs ’humus. Quàd je FeRme es yeux, je peux VOîR Os mOts d’àmOuR, épîes àu sO, tRempées d’ue eàu VeRte. J’eteds ecORe e bRuît de à cOuRse du îèVRe suR es Feuîes tOmbées pàR teRRe. NOs Feuîes. Dàs mà tête, je suîs ecORe es chemîs decàîOux, je e cheRche deRRîèRe es tROcs Où GRîmpet Os bRàs de îche; Os bRàs VeRs e cîe. Je suîs es bêtes quî cOuRet et es Oîseàux GRîs suR es bRàchesde mOusse GRîse. Dàs mà tête, je peux RecOmpOseR es màtîs de bROuîàRd pàssés dàs OtRe FORêt. Je tRàVeRse à càîRîèRe Où î à écRàsé es FOîs. Je RespîRe Os OdeuRs suR es pîeRRes, es îmàces sOus es GRàdes pîeRRes. Je e cheRche dàs OtRe FORêt.  Ce qu’î y àuRà àu bOut de mes sOuVeîRs seRà mORt. Je e sàîs. Du bOîs pOuRRî dàs à meR. Ceuî que j’àîmàîs mettRà e Feu dàs ce que Ous àVîOs. Et ce seRà beàu, dàs à uît, OtRe Feu. Quàd j’àRRîVeRàî àu bOut de mes sOuVeîRs, î RepRedRà sà àîe suR mO dOs, et Ous bRîseROs es bRîdîes àVec Os bOttes, jusqu’àu chàet.I pàRtîRà àVec ses hîstOîRes, et es GRàdes chàeuRs dàs ses sOuRîRes îROt dORmîR àîeuRs.  Je m’àppee CàRà, je suîs épuîsée de chàGRî.  Je suîs OuRde de hàîe.
8
Lés fîllés léûés dé l’ÈtÈ
Je m’àppee ChOé et j’àîmeRàîs que mO Om, pRO-Océ â VOîx hàute, ROuVRe es cîcàtRîces. Qu’î Ràppee ’hàeîe de à sàîsO peRdue.  Le sOîR est tOmbé suR mOî cOmme u bOc. Je me suîs àîssé pRedRe de FORce. Là càmpàGe à àGî cOmme ue pàuse suR mes peuRs, u sOuffle de pus pOuR àîmeteR es FOuRàîses de Os cORps. Là pus bee sàîsO de OtRe Vîe, àu FOd de à FORêt à pus chàude que j’àîe cOue. Màîs ce ’étàît qu’u Répît. AujOuRd’huî, es Ges se sOt mîs e mOuVemet. Is mèet ’exîstece que ’O VOu-àît qu’îs mèet. De mO ît, j’àî setî ce temps mORe pORteR mes àmîs, es Femmes, mes pàRets.  Cet été, j’àVàîs décOuVeRt ce qu’étàît VîVRe: àVec mes membRes de fiàmets FRàGîes, mà peàu de muqueuses mîces, mes ORGàes àu tîssu déîcàt. J’àVàîs pu setîR mO cORps pOuR à pRemîèRe FOîs, â tRàVeRs ces FeêtRes tOujOuRs OuVeRtes qu’étàîet mes ses.  Les Ges Ot Vécu et e mOde ’à pàs chàGé (î e chàGeRà pàs), màîs Ous, Ous àVOs pRîs ue décîsîO. CàRà et mOî, Ous RetOuReROs dàs ’été.  Le cîe ORàGe de à Vîe m’à àcé sO FROîd suR à tête, pRemîèRe eîGe. Là GueRRe à été décàRée ce màtî. POuRtàt, çà demeuRe GRàVé suR mes yeux: e àc VeRt, es heuRes de pàResse â pOîteR de GRàds Ràpàces dàs e
9