Les marées du Faou

De
Publié par

Au Faou, petit village situé tout au fond de la rade de Brest, au rythme d'une scansion mystérieuse, les marées envahissent ou désertent le port. Elles remplissent le lit de la rivière qui arrive de la forêt toute proche. C'est là, entre l'océan et les bois, qu'est né le narrateur de ce récit. La maturité venue, il revisite les lieux de son enfance - les maisons familiales, l'église, les grèves, la forêt - et se souvient. Autour des grands-parents, essentiels dans son initiation légendaire et bretonne, tout un monde se met à vivre, les voisins, les gens du village, Marie-Chann, la mangeuse de grives, l'étrange Élisabeth, Annonciat dont le corps a été emporté par la mer un soir d'hiver. La guerre n'est pas loin. C'est l'époque du général de Gaulle et de Georges Pompidou. C'est aussi le temps des premiers pas de l'homme sur la lune.
Une Bretagne immémoriale et perdue ressurgit soudain, avec ses légendes, ses rites, les fastes de ses pardons, la beauté singulière du christianisme celtique. Entre l'église et le port où roulent les marées venues des abîmes de la ville d'Ys, le narrateur a grandi et c'est là que son imaginaire s'est forgé. Dans la veine du Passage de l'Aulne, Les marées du Faou explore le territoire et les figures d'une enfance finistérienne, sans nostalgie, dans la ferveur des commencements.'
Publié le : mardi 2 avril 2013
Lecture(s) : 9
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072470332
Nombre de pages : 256
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
C O L L E C T I O N
F O L I O
Philippe Le Guillou
Les marées du Faou
Gallimard
© Éditions Gallimard, 2003.
Philippe Le Guillou est né en 1959. Il est inspecteur général de l’Éducation nationale. Il a reçu en 1990 le prix Méditerranée pour o La rumeur du soleil(Folio n 2662) et le prix Médicis en 1997 pour o Les sept noms du peintre(Folio n 3473).
À Victor, Vincent, William, Arthur et Titouan, pour qu’ils soient des fils de la mémoire.
Mais de cette ère unique, sans date et sans fin, aux caractères indicibles, que tout homme ins taure en luimême et salue, À l’aube où il devient Sage et Régent du trône de son cœur. V I C T O R S E G A L E N,Stèles.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La grand-mère de Jade

de editions-actes-sud

Mademoiselle Jeanne

de editions-du-mot-passant

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

Le nouveau nom

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant