//img.uscri.be/pth/0ae3847168b907aebd886dac9855bffa42349dd0
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Les Suprêmes

De
320 pages
Elles se sont rencontrées dans les années 1960 et ne se sont plus jamais quittées : tout le monde les appelle “les Suprêmes”, en hommage au célèbre groupe des années 1970. Complices dans le bonheur comme dans l’adversité, ces trois irrésistibles “quinquas” afro-américaines aussi puissantes que fragiles ont fait d’un des restaurants de leur petite ville de l’Indiana longtemps marquée par la ségrégation leur quartier général où, tous les dimanches, entre commérages et confidences, rire et larmes, elles élaborent leurs stratégies de survie et se gavent de poulet frit. Rendez-vous avec vos futures meilleures amies…
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

“ETTRES ANGO-AMéRïCAïNES” sÈrîe dîrîgÈe par MarîeCaterîne Vacer
E POïNT DE VUE DES éDïTEURS
Ees se sont rencontrÈes à a In des annÈes  et ne se sont pus quîttÈes depuîs : tout e monde es appee “es Suprêmes”, en rÈÈrence au cÈèbre groupe de canteuses des seventîes. Compîces dans e boneur comme dans ’adversîtÈ, ces troîs îrrÈsîstîbes quînquas aro amÈrîcaînes aussî puîssantes que ragîes ont, depuîs eur adoescence, aît de ’un des restaurants de eur petîte vîe de ’ïndîana ongtemps marquÈe par a sÈgrÈgatîon eur quartîer gÈnÈra où, tous es dîmances, entre commÈrages et conIdences, rîre et armes, ees se gavent de nourrîtures dîÈtÈtîquement încorrectes tout en Èaborant eurs stratÈgîes de survîe. NÈe dans un sycomore, ’întrÈpîde Odette, quî mène son monde à a baguette, converse secrètement avec es antômes et soîgne son cancer à a marîjuana sur es conseîs avîsÈs de sa dÈunte mère, tandîs que a sage Carîce endure es rasques de son très voage Èpoux pour gagner sa part de cîe. Toutes deux ont prîs sous eur aîe Barbara Jean, Èternee bombe sexuee que ’exîstence n’a cessÈ de meurtrîr. D’Èpreuves en Èpreuves, ’îndîssoube trîo a subsîstÈ contre vents et marÈes dans une AmÈrîque successîvement modeÈe par es ravages de a sÈgrÈgatîon racîae, ’însoucîance des annÈes îppîes, a dîicîe mîse en route de “’ascenseur socîa”, ’embourgeoîsement, sous a ouette des promoteurs îmmobîîers, des quartîers naguère rÈservÈs aux Noîrs et es nouveaux catÈcîsmes de a modernîtÈ mondîaîsÈe. ïnvîtatîon à une ecture aussî dÈcaÈe que Èconde de a probÈmatîque racîae aux étatsUnîs, ce ormîdabe et attacant roman de ’amîtîÈ et de a rÈsîîence emmenÈ par d’ÈpoustouLants personnages et portÈ par ’Ècrîture îmagÈe et subversîve d’Edward Kesey Moore, s’airme avant tout comme une exempaîre dÈense et îustratîon de ’umanîsme conçu comme a pus rÈjouîssante des însurrectîons.
EDWARD KESEY MOORE
Violoncelliste professionnel à CHicago, Edward Kelsey Moore signe ici son premier roman et travaille à une suite. Potograpîe de couverture : © Josepîne Pug / Arcange ïmages Tître orîgîna : he Supremes at Earl’s All-You-Can-Eat Édîteurs orîgînaux : Ared A. Knop/Random House, ïnc., New York Random House o Canada îmîted, Toronto © Edward Kesey Moore,  ©ACTES SUD,  pour a traductîon rançaîse ïSBN
EDWARD KESEY MOORE es Suprêmes
roman traduît de ’amÈrîcaîn par CoÈ Tracî avec a coaboratîon d’Emmanuee et de Pîîppe Aronson
ACTES SUD
6
7
pour maman et papa
8
Je me rÈveîaî en nage ce matînà. J’avaîs dormî proondÈment, ma cemîse de nuît me coaît à a peau, e vîsage me pîcotaît. Troîsîème oîs cette semaîne.    uîsaît au rÈveî posÈ sur a coîfeuse à ’autre bout de a cambre. J’entendaîs e ronronne ment du cîmatîseur et sentaîs ’aîr me caresser es joues. Avant de me coucer, j’avaîs rÈgÈ e termostat sur seîze. ogîquement î devaît aîre raîs. ogîquement ouî, et je pouvaîs même en être sûre car mon marî, James, quî ronLaît à côtÈ de moî, Ètaît abîÈ comme en peîn îver aors que nous Ètîons mîjuîet. ï dor maît comme un bÈbÈ – un bÈbÈ d’âge mûr, d’un mètre quatre vîngts et compètement cauve – enveoppÈ dans un cocon qu’î s’Ètaît abrîquÈ avec e drap et a couverture que j’avaîs envoyÈs vaser pendant a nuît. Seu e aut de son crâne marron dÈpas saît des draps à Leurs. Pourtant, tout en moî uraît qu’î aîsaît au moîns cînquante degrÈs. Je souevaî ma cemîse de nuît et a aîssaî retomber pour aîre gîsser un peu d’aîr sur ma peau. Peîne perdue. Mon amîe Carîce prÈtendaît que a mÈdîtatîon et a pensÈe posîtîve ’avaîent aîdÈe à traverser a mÈnopause, et ee n’arrêtaît pas de me tanner pour que j’essaîe à mon tour. Je me tîns donc îmmobîe dans a pÈnombre de ’aube naîssante pour me raracîr ’esprît. Un vîeux souve nîr d’ÈtÈ me revînt : nous gambadîons avec es enants à travers ’eau jaîîssant au rytme des cîquètements de ’arrosage auto matîque jaune de notre jardîn. Je me remÈmoraî aussî a gace quî, caque îver, se ormaît sur e ruîsseau derrîère a maîson de papa et maman à eanîng Tree, e recouvrant tee une enve oppe de ceopane.
9
Je pensaî à mon père, Wîbur Jackson. Quand j’Ètaîs petîte Ie, un rîsson dÈîcîeux me parcouraît caque oîs qu’î me souevaît dans ses bras en arrîvant à a maîson, es soîrs d’îver, après être rentrÈ à pîed de son ateîer de menuîserîe. Je me rappeaî e roîd Èmanant de son beu de travaî, et a sensatîon sur mes maîns quand je toucaîs sa barbe geÈe. Maîs î y avaît ongtemps que ’ateîer de papa n’exîstaît pus. Depuîs cînq ans, notre maîson à eanîng Tree, e ruîsseau et e reste avaîent vu dÈIer une rîbambee de ocataîres. Et mes enants avaîent tous argement dÈpassÈ – d’au moîns vîngt ans – ’âge de danser sous un jet d’eau. Aucune pensÈe, du moîns aucune de cees quî me vînrent à ’esprît, ne s’avÈra capabe de souager ma peau brûante. Je mau dîs Carîce et ses mauvaîs conseîs quî n’avaîent servî qu’à me reponger dans e passÈ – e meîeur cemîn vers ’însomnîe –, et dÈcîdaî d’aer dans a cuîsîne. ï y avaît une carae d’eau dans e rîgo et de a gace à a noîx de pÈcan au congÈateur, et je me dîs qu’une petîte douceur me remettraît d’apomb. Je me redressaî dans e ît en prenant garde de ne pas rÈveîer James. D’abîtude î Ètaît on ne peut pus acîe à vîvre, maîs sî je e tîraîs du sommeî un dîmance avant ’aube, î aaît me regarder de travers toute a journÈe, de ’oice du matîn jusqu’au dner. Aussî, je me evaî entement, gîssaî mes pîeds dans mes caussons et me dîrîgeaî à tâtons dans ’obscurîtÈ jusqu’à a porte de a cambre. Je ’avaîs pourtant aît des mîîers de oîs dans e noîr e pus compet, ce trajet de notre ît à a cuîsîne, que ce soît pour m’oc cuper d’un enant maade ou aîre ace à ’une des înnombrabes urgences nocturnes quî Èmaîèrent nos annÈes de marîage ; et es meubes de notre cambre n’avaîent pas bougÈ d’un îota en vîngt ans. Ce quî ne m’empêca pas, après queques pas seue ment, de me cogner e petît orteî du pîed droît dans e coîn de notre vîeîe coîfeuse en acajou. Je juraî à nouveau, à voîx aute cette oîs, et jetaî un œî pardessus mon Èpaue, maîs James dor maît toujours, enrouÈ dans es draps. FatîguÈe, en sueur, ’orteî en eu dans mon causson en Èponge verte, je uttaî contre ’îr rÈsîstîbe envîe de courîr e rÈveîer pour qu’î se ève et soufre avec moî. Maîs je us raîsonnabe et me auIaî sans bruît ors de a cambre.
10