Lieutenant Eve Dallas (Tome 36) - Préméditation du crime

De
Publié par

À Manhattan, une femme est retrouvée morte au pied d’un immeuble, dépouillée de tout objet de valeur. Une agression qui aurait mal tourné ? Possible, mais le lieutenant Dallas ne s’en tient pas à une conclusion aussi simple. Comptable, femme aimée, maman attentionnée, Marta Dickenson n’était pas le genre de personne à qui l’on souhaite la mort. Pourtant, Eve doit bientôt se rendre à l’évidence : ce meurtre était hautement prémédité. Du sang retrouvé au sein du bâtiment, des dossiers confidentiels qui disparaissent… Pour résoudre cette énigme, Eve n’a d’autre choix que de s’immerger dans le monde impitoyable des affaires.
Publié le : mercredi 17 septembre 2014
Lecture(s) : 4
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290073254
Nombre de pages : 385
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Nora Roberts est le plus grand auteur de littérature féminine contemporaine. Ses romans ont reçu de nombreuses récom-penses et sont régulièrement classés parmi les meilleures ventes duNew York Times. Des personnages forts, des intrigues origi-nales, une plume vive et légère… Nora Roberts explore à mer-veille le champ des passions humaines et ravit le cœur de plus de quatre cents millions de lectrices à travers le monde. Du thriller psychologique à la romance, en passant par le roman fantasti-que, ses livres renouvellent chaque fois des histoires où, toujours, se mêlent suspense et émotions.
Préméditation du crime
NORA ROBERTS Lieutenant Eve Dallas – 36 Préméditation du crime
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sophie Dalle
Titre original CALCULATED IN DEATH
Éditeur original G.P. Putnam’s Sons, published by the Penguin Group (USA) Inc., New York
© Nora Roberts, 2013 Pour la traduction française © Éditions J’ai lu, 2014
Le riche avide est pauvre au milieu des biens. PUBLILIUSSYRUS
L’argent sans l’honneur est une maladie. BALZAC
1
Le vent violent charriait un air cinglant de novem-bre comme autant de petites griffes pointues à vous ronger jusqu’aux os. Elle avait oublié ses gants, ce qui n’était pas plus mal car elle les aurait de toute façon bousillés après les avoir enduits de Seal-It. Comme d’habitude. Le lieutenant Eve Dallas fourra ses mains gelées dans les poches de son manteau et contempla la mort. La femme gisait au bas d’une courte volée de mar-ches menant à ce qui semblait être un appartement en sous-sol. À en juger par l’angle de sa tête, elle s’était brisé la nuque. Environ quarante-cinq ans. Pas de manteau, nota Eve. Cela dit, le froid ne la gênerait plus. Elle était habillée pour aller travailler : tailleur-pantalon, col roulé, belles bottines à petits talons. À la mode, sans doute. Eve laisserait à sa partenaire le soin d’en déci-der dès qu’elle arriverait. Pas de bijoux visibles. Pas même une montre. Pas de sac à main ni de mallette. Pas de détritus ni de graffitis. Rien d’autre que le corps affaissé contre le mur. 9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.