Ma Petite Française

De
Publié par

Hélène, le personnage principal – « la petite Française » – est une jeune femme qui a séjourné à Berlin dans les années 70. Elle y avait de nombreux amis : le couple qui l’a hébergée, une fille délurée du monde « alternatif », un garçon de l’Est contraint de renseigner la Stasi. Devenue professeur d’université aux États-Unis, elle est invitée en 2009 dans la capitale allemande pour fêter les vingt ans de la chute du Mur. Elle rencontre David, un journaliste envoyé pour couvrir l’événement. Tous deux remontent alors sur les traces de leur passé berlinois : elle, durant son séjour d'adolescente, y a vécu un terrible drame ; lui est à la recherche de sa famille juive victime du nazisme. Leurs destins finiront par se confondre de manière inattendue et émouvante.
Publié le : jeudi 18 août 2011
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021055610
Nombre de pages : 270
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
MA PETITE FRANÇAISE
Extrait de la publication
Du même auteur
Je voulais vous donner des nouvelles nouvelles Odile Jacob, 2009
Extrait de la publication
BERNARD THOMASSON
MA PETITE FRANÇAISE r o m a n
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd Romain-Rolland, Paris XIV
Extrait de la publication
ISBN978-2-02-105562-7
© Éditions du Seuil, août 2011
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédéque ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
Extrait de la publication
AVERTISSEMENT
Les personnages de ce roman sont le fruit de mon ima-gination et n’ont jamais existé, même si je leur ai parfois prêté quelques traits (physiques ou de caractère) de cer-tains de mes amis berlinois, que je remercie ici de leur accueil chaleureux depuis plus de trente-cinq ans. En revanche, tous les lieux de Berlin (ceux des années 1970 et ceux d’aujourd’hui) sont réels, et tous les faits histo-riques exacts.
Extrait de la publication
À Marie
À mes parents
Extrait de la publication
Chapitre 1
« Sam, mon Ange, Je t’écris du ciel. Me voilà enfin dans cet avion vers Berlin, trente ans après ma première visite. Je comprends que tu aies choisi de rester en Floride, mais j’aurais aimé t’avoir à mes côtés. Je suis si partagée entre l’appréhension de recevoir mes dix-sept ans en pleine figure et l’impatience de retrouver cette ville incroyable. Je ne pouvais quand même pas refuser l’invitation de mes collègues berlinois de l’université Humboldt pour le vingtième anniversaire de la chute du Mur ! À peine nous sommes-nous dit au revoir, hier soir à l’aéroport, que tu me manques déjà. Je t’écris du ciel. C’est beau, non ? Pense à cette phrase dans un roman : Je t’écris du ciel. Enfin, dans un roman seulement, parce que, dans la vraie vie, être au ciel… Chaque fois que je prends l’avion, je ne peux m’em-pêcher d’imaginer le pire : un crash qui me ferait tra-verser le miroir (continuerais-tu en paix ?). Ne pars pas non plus en premier, je t’en prie.
11
Extrait de la publication
M A P E T I T E F R A N Ç A I S E
Sam, j’ai trop peur de vieillir sans toi. J’ai beau regarder à travers le hublot, je ne parviens pas à deviner comment c’estau ciel… »
*
Oui, avouons-le, j’avais été long à convaincre. Il avait fallu toute l’insistance et toute la patience d’Olga qui n’ar-rêtait pas de me répéter : « Karl, nous devons accepter ! » Que de soirées tendues dans le grand appartement de Mehringdamm. Que de discussions sans fin. Olga était ainsi, incroyablement obstinée, revenant toujours à la charge. Elle n’eut de cesse de me harceler, jusqu’à obtenir satisfaction : une petite phrase anodine en fin de repas, une question perfide dès que je rentrais de ma journée épuisante sur les bateaux, des reproches perpétuels sur mon manque de générosité, ma crainte de voir bouleverser ma routine quotidienne, l’étroitesse de mon horizon et de mes sentiments. Elle m’accusait : « Karl, tu es presque devenu inhumain. » Sans doute, le genre humain m’était-il parfois délicat à supporter. J’étais un vieil égoïste qui n’appréciaitque le vent fouettant un ponton, et répugnait à prendre1 leU-bahn? Ça y puait le caoutchouc et la. Franchement misère de la ville ! Je haïssais les transports en commun, à 2 l’exception duŚ-bahnà destination de Wannsee. D’abord, 3 celui-ci me conduisait vers ma très chèreWeisse Flotte, qui possédait là-bas un de ses ports les plus importants
1. Métro de Berlin. 2. Réseau plus étendu que le métro, et exclusivement aérien. 3. Flotte blanche : compagnie de bateaux.
12
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

LE POÈTE DE GAZA

de ActuaLitteChapitre

Le pays

de pol-editeur