Maison à louer (avec vue sur mort) Tome 1

De
Publié par

AKinsale aurait pu rester un petit village du Maine sans histoire, et Emily Collins, assistante du procureur de New-York, y gouter un repos mérité après le décès de sa fille. La mort brutale de son ami va éveiller les doutes du constable Cody. Pour lui, l'original, vivant à bord du bateau avec lequel il est arrivé de la lointaine Caroline est assurément suspect. Son histoire va susciter bien des questionnements. Que penser encore du fils adoptif de la victime, disparu quatre ans auparavant, et dont tout laisse à penser qu'il est revenu secrètement? Le jeune Bernie et le riche Darmon ont chacun un chapitre à écrire dans cette histoire. A l'approche d'Halloween, un nouveau cyle semble recommencer.
Publié le : dimanche 12 juin 2011
Lecture(s) : 307
EAN13 : 9782304003208
Nombre de pages : 303
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Maison à louer (avec vue sur mort)
3
Titre Niklas Arbej
Maison à louer (avec vue sur mort) Tome 1
Polar
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2007 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-00320-8 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304003208 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-00321-5 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304003215 (livre numérique)
6
À Aurélie, mon épouse adorée, À Émilie et Jules, mes enfants qui ne sont plus, À Basile et Rose, qui portent en eux le fol espoir de la Vie.
8
31 octobre 1823
KINSALE(COMTÉ DEHANCKOCK, MAINE) Les premiers à venir furent les gamins, poussés par leur curiosité naturelle et une certaine attirance morbide. Ils vinrent par petits groupes, et s’agglutinèrent en grappes tout autour de la place, assis sur les marchepieds des trottoirs en bois, protégés par les auvents des maisons de la pluie fine qui tombait. C’était un temps habituel à la saison, triste et humide et même si ce n’était qu’une bruine qui unissait le ciel à la terre, le tronc du vieux chêne solitaire au milieu de la place ruisselait d’eau, et de grosses gouttes se formaient sous ses branches et tombaient avec un bruit clair sur le sol détrempé. La plupart des gamins étaient silencieux. Leur excitation naturelle n’y pouvait rien, tant leur regard était captivé par la lourde corde de chanvre terminée par une boucle sinistre qui pendait d’une branche maîtresse du chêne. Les plus bravaches de tous, les plus grands de la
9
Maison à louer
bande, hésitèrent même à lancer quelque plaisanterie. La descente des deux cercueils dans la fosse fraîchement creusée était trop récente, et ils savaient d’ores et déjà qu’un autre enterrement allait avoir lieu avant le coucher du soleil. Les adultes vinrent par après, ayant revêtu leurs habits de circonstance. On eut dit une longue chenille noire et brune qui venait du cimetière et vint se disperser sur la place, évitant soigneusement de s’approcher du vieil arbre dont même le feuillage éclatant de rouge la semaine précédente semblait triste. Le vent venu de la mer arrachait quelques feuilles et les emmenait dans une ronde molle qui allait en s’éloignant, dans une direction que personne ne suivit du regard. Malgré les circonstances, des conversations commencèrent, parce qu’il fallait bien tromper l’attente, et l’on remarqua bientôt qu’il n’y avait pas que des gens du village. On reconnut un marchand d’Ellsworth qui profita de sa venue pour affiner quelques affaires qu’il avait en cours avec des pêcheurs ou des fermiers locaux. Il eut été impensable qu’on eût pas entendu parler de toute cette triste affaire à une dizaine de miles à la ronde. Après tout, Ellsworth était le chef-lieu du comté. L’homme aux favoris grisonnants sous le haut de forme souleva au bout de quelques temps la question de la succession, car ni le
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.