Massacre à la sulfateuse

De
Publié par

Quand Benjamin Cooker et Virgile débarquent sur les terres pontificales de Châteauneuf, cela fait plus d’une semaine que le mistral assèche la vigne et échauffe les esprits. La mission d’expertise du château Duèze qui les attend est des plus délicates : évaluation du foncier, état des stocks, estimation de la récolte à venir… En dépit d’excellents millésimes, le château Duèze part à vau l’eau. La vente est devenue inéluctable. Alors que Benjamin Cooker et Virgile bouclent leur expertise dans une ambiance délétère se produit tout à coup l’impensable. Un matin de mai, le vignoble de Duèze s’est paré de bleu, comme quand on l’habille de bouillie bordelaise pour prévenir une attaque de mildiou. Les fleurs, hier encore tendres et prometteuses, ne sont plus alors que des fanes desséchées. L’acte de malveillance est patent. Qui est l’auteur de ce massacre qui réduit à néant le futur millésime ? S’agit-il de futurs prétendants à l’acquisition de ce fleuron de l’appellation ? Des voisins jaloux ? À moins, qu’au sein de la famille Castelnau, la cupidité et la jalousie n’aient eu raison des liens du sang…
Publié le : jeudi 2 mai 2013
Lecture(s) : 8
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213675749
Nombre de pages : 232
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Quand Benjamin Cooker et Virgile débarquent sur les terres pontificales de Châteauneuf, cela fait plus d’une semaine que le mistral assèche la vigne et échauffe les esprits. La mission d’expertise du château Duèze qui les attend est des plus délicates : évaluation du foncier, état des stocks, estimation de la récolte à venir… En dépit d’excellents millésimes, le château Duèze part à vau l’eau. La vente est devenue inéluctable. Alors que Benjamin Cooker et Virgile bouclent leur expertise dans une ambiance délétère se produit tout à coup l’impensable. Un matin de mai, le vignoble de Duèze s’est paré de bleu, comme quand on l’habille de bouillie bordelaise pour prévenir une attaque de mildiou. Les fleurs, hier encore tendres et prometteuses, ne sont plus alors que des fanes desséchées. L’acte de malveillance est patent. Qui est l’auteur de ce massacre qui réduit à néant le futur millésime ? S’agit-il de futurs prétendants à l’acquisition de ce fleuron de l’appellation ? Des voisins jaloux ? À moins, qu’au sein de la famille Castelnau, la cupidité et la jalousie n’aient eu raison des liens du sang…
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi