Mon parrain de Brooklyn

De
Publié par

New York, novembre 1963. Russell Newhouse, jeune et brillant étudiant en lettres, est le secrétaire de la Bhotke Society, association de vieux immigrés polonais qui gère le carré réservé aux Juifs dans le cimetière de Brooklyn. Le jour où Shushan Cats, le caïd le plus craint et respecté de la pègre juive de la ville, lui confi e l'organisation des obsèques de sa chère maman marque pour Russell le début d'un apprentissage très particulier. Et celui où Shushan disparaît dans des circonstances plutôt louches lui ouvre une carrière qu'il n'aurait jamais envisagée : le gangster l'a désigné comme héritier. Russell, décidément fort doué, apprend vite les ficelles du métier et rencontre ce que l'on fait de mieux dans le Milieu, sans compter un avocat allemand obèse, une juge corruptible, des agents du FBI dépourvus de toute finesse. Et, quelques jours avant l'assassinat de JFK, un Texan en costume de cowboy nommé Jack Ruby...


Chronique noire décalée, portée par un humour juif corrosif, ce roman peut être lu comme une version 100% yiddish des Soprano. Mais la formule de Stephen King fonctionne également : " Prenez Le Parrain sous l'effet de gaz hilarants, ou Catch 22 avec des flingues. "


Né à Brooklyn, HESH KESTIN a été reporter de guerre au Moyen-Orient et en Afrique. Il a enquêté, comme correspondant de Forbes en Europe, sur la mondialisation du terrorisme et sa fâcheuse contrepartie, la mondialisation de l'économie.


Ses reportages ont paru dans des supports aussi divers que Newsday, The Jerusalem Post, Inc. et Playboy.


Traduit de l'anglais (États-Unis) par Samuel Todd


Publié le : lundi 25 novembre 2013
Lecture(s) : 6
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021112245
Nombre de pages : 384
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Extrait de la publication
M O N P A R R A I N D E B R O O K L Y N
Extrait de la publication
Extrait de la publication
H e s h K e s t i n
M O N P A R R A I N D E B R O O K L Y N r o m a n
t r a d u i t d e l ’ a n g l a i s ( é t a t s  u n i s ) p a r s a m u e l t o d d
É D I T I O N S D U S E U I L e 2 5 , b d R o m a i n  R o l l a n d , P a r i s X I V
Extrait de la publication
C O L L E C T I O N D I R I G É E P A R M A R I E  C A R O L I N E A U B E R T
Titre original :he Iron Will of SHoesHine Cats Éditeur original : Mulolland Books, 2012, Grande-Bretagne © Hes Kestin, 2009 ISBNoriginal : 978-1-444-75610-4
ISBN: 978-2-02-110921-4
© Éditions du Seuil, octobre 2013, pour la traduction française
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
Extrait de la publication
Pour Margalit, Ariel, Ross, Ketura et Alexandra, avec l’amour de leur père.
Et une mention spéciale pour StepHen King, ce scribe précieux entre tous, un gentleman.
Extrait de la publication
Note de l’auteur
Cette istoire se déroule à une époque et en des lieux où 1 il était courant d’utiliser des mots comme « Rital », «Mick», 2 « Cinetoque », « Nègre », «Spick» et « Youpin »dans une conversation – parfois de façon péjorative, souvent sans arrière-pensée. Dans un souci de fidélité à l’esprit du moment, je n’ai pas censuré ce langage. Les lecteurs qui pourraient trouver ce parti pris fâceux sont prévenus. La Botke Young Men’s Society du roman n’a jamais existé. Cependant, la Bodker Young Men’s Association était, elle, très active au siècle dernier. Mon regretté père, Bernard L. Kestin, en était membre. L’autentique Bodker Association n’a rien à voir avec les événements qui suivent et qui ne sont que pure fiction. Pour ce qu’en sait l’auteur, les détails de cette époque révolue décrits dans ce livre sont tous exacts – sauf un. Trouvez-le si vous pouvez, et faites-le-moi savoir via eskestin@gmail.com.
H. K.
1. Vieux mot d’argot anglais désignant un Irlandais catolique et si possible ivre. 2. Terme péjoratif utilisé aux États-Unis pour désigner un Latino-Américain.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.