Morgane

De
Publié par

«Morgane est le chaos, dit Arthur à Merlin. Un chaos où s'anéantit toute finalité, où le bâtisseur méticuleux et acharné qui a reçu en héritage ce souci impérieux du but se perd avec délices, Morgane est l'obsession des sens qui tue dans la pensée l'obsession du projet. Elle est le présent absolu qui ronge le fragile devenir. Son esprit est un ravage que je voudrais haïr, adorant chaque parcelle de sa chair, la moindre ébauche de son mouvement qui est comme une danse de grâce et de mort. Et cependant je vois bien que sa chair n'est que la matière soyeuse et inouïe de son esprit, que les deux sont une seule et même chose et que la séduction de cette enveloppe à quoi rien dans la nature ne peut se comparer n'est que l'interprète harmonieux d'une séduction mille fois plus puissante, née du faste calculé d'une intelligence sublime et pervertie.»
Publié le : vendredi 25 juillet 2014
Lecture(s) : 4
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021186895
Nombre de pages : 207
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
MORGANE
MICHEL RIO
MORGANE
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd RomainRolland, Paris XIV
ISBN: 9782021199529
©ÉDITIONS DU SEUIL,SEPTEMBRE1999
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
NOTE DE LAUTEUR
Morganeétant une sorte d’antiTable Ronde et l’en vers noir de son fondateur, j’ai repris deMerlin, que j’ai écrit il y a dix ans, une vingtaine de pages, modi fiées ou non, absolument communes aux deux récits. Il s’agit essentiellement de dialogues utiles à la com préhension deMorganeet que je n’avais aucune raison d’altérer ici, plus quelques éléments descriptifs. Ces échos d’un texte dans l’autre sont aussi, hors de toute raison pratique, l’expression d’un double engendre ment : celui, dans la fiction, de Morgane par Merlin, puisqu’il est son pédagogue, et celui, dans mon travail d’écrivain, d’un livre sur la révolte par un livre sur l’utopie.
J’ai utilisé les mesures romaines, prétendant à tort ou à raison qu’elles ont été héritées de l’Empire par les royaumes celtiques. On verra que j’emploie les termes traduits en français « pied », « mille » et « livre », mais le terme latinjugerum, plurieljugera(qu’on prononce « iouguéra »), parce que je le trouve musicalement moins répréhensible que « jugère », bégaiement cacophonique à mon oreille. Voici la valeur de ces mesures :
7
pied (pes) : mille (mille passus) : jugère (jugerum) : livre (libra) :
MORGANE
0,29 m 1 480 m 2 25 ares ou 2 500 m 0,327 kg
Carduel (460478)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La sage-femme de Venise

de les-editions-de-la-courte-echelle