Nos disparus

De
Publié par

Sam Simoneaux, dont la famille a été massacrée quand il avait six mois, débarque en France le jour de l’Armistice. De la Première Guerre, il ne connaîtra que le déminage des champs de bataille de l’Argonne. À La Nouvelle-Orléans, devenu responsable d’étage aux grands magasins Krine, il ne peut empêcher l’enlèvement de la petite Lily Weller. Licencié, sommé par les parents Weller de retrouver leur enfant, il embarque comme troisième lieutenant – maintenir l’ordre et à l’occasion jouer du piano – sur l’Ambassador, bateau d’excursion à aubes qui sillonne le Mississippi. Le roman se déploie alors le long du fleuve, scandé par la musique de jazz – orchestre noir, orchestre blanc et alcool à volonté. Au gré des escales et des bagarres, Sam met au jour un commerce d'enfants mené par quelques spécimens peu reluisants de la pègre des bayous. Chatoyante fresque striée de noir, Nos disparus explore, outre des thèmes déjà abordés dans Le Dernier Arbre – le destin des hommes au retour de la guerre, la force des liens du sang –, celui de l'inanité de la vengeance.Né en 1947 à Morgan City, Louisiane, Tim Gautreaux est le fils d’un capitaine de remorqueur. Professeur émérite d’anglais à la Southeastern Louisiana University, il est l’auteur de deux autres romans, dont Le Dernier Arbre (Seuil, 2013), et de nouvelles publiées par The Atlantic Monthly, GQ, Harper's Magazine et The New Yorker. Ses pairs l’ont qualifié de « Conrad des bayous ».Traduit de l’anglais (États-Unis) par Marc AmfrevilleProfesseur de littérature américaine à la Sorbonne, Marc Amfreville a traduit une trentaine de romans contemporains, cinq volumes des Nouvelles complètes de D.H. Lawrence, et participé à l'édition et à la traduction de divers romans de Melville et de Fitzgerald dans la « Bibliothèque de la Pléiade ». Il a reçu en 2006 le prix Maurice-Edgar Coindreau.
Publié le : jeudi 21 août 2014
Lecture(s) : 6
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021187304
Nombre de pages : 544
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
NOS DISPARUS
Du même auteur
Le Dernier Arbre Seuil, 2013
TIM GAUTREAUX
NOS DISPARUS
ROMAN
TRADUIT DE L’ANGLAIS (ÉTATSUNIS) PAR MARC AMFREVILLE
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd RomainRolland, Paris XIV
Ce livre a été édité par MarieCaroline Aubert
Titre original :The Missing Éditeur original : Vintage Books, ÉtatsUnis © Tim Gautreaux, 2009 ISBN9780307454683original :
ISBN: 9782021082746
© Éditions du Seuil, août 2014, pour la traduction française
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utili sation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque pro cédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
pour mon père, Minos Lee Gautreaux, qui m’a appris à aimer les enfants et les bateaux à vapeur
Chapitre 1
Adossé au bastingage du navire, Sam Simoneaux résistait au vent qui faisait rage tandis que son lieutenant progressait péniblement dans sa direction, luttant contre les embruns, s’agrippant tant bien que mal aux taquets, aux cordages et aux poignées des vannes. « Pas vraiment beau à voir, sous le pont ! lui cria le lieutenant dans la bourrasque. – Sûr ! Ça pue tellement que ça vous coupe l’appétit. – J’ai remarqué que vous aviez un léger accent. D’où venez vous ? » Sam le plaignait sincèrement. Le lieutenant faisait tout ce qu’il pouvait pour s’attirer la sympathie de ses hommes, mais aucun d’eux ne parvenait à imaginer qu’un blondinet pareil, maigre comme un coucou et droit sorti de sa ferme de l’Indiana, pût un jour les mener au combat. « Non, je ne crois pas avoir d’accent. Mais vous, oui. » Le lieutenant lui jeta un regard étonné. « Moi ? – Ben oui. Là d’où je viens, au sud de la Louisiane, je ne connais personne qui parle comme vous. » Le lieutenant sourit. « Dans ce cas, tout le monde a un accent. » Sam observa les embruns qui dégoulinaient sur les pâles taches de rousseur de l’officier, songeant que, par un jour blanc de givre, il serait presque invisible.
9
NOS DISPARUS
«Vous avez grandi dans une ferme ? – Exact. Ma famille est arrivée du Canada il y a environ vingt ans. – Moi aussi j’ai été élevé dans une ferme, mais je me suis dit que je pouvais essayer de faire mieux. Une de nos voisines avait un piano et elle m’a appris à en jouer. À seize ans, je suis parti à La NouvelleOrléans pour me rapprocher de là où ça swinguait. » Le lieutenant se pencha en avant pour résister à la bourrasque suivante. « Je vous rejoins sur ce point. Je ne suis pas capable de lancer les balles de foin assez loin pour faire un bon fermier. – Encore combien de temps pour arriver en France ? – Le colonel dit trois jours, le capitaine deux, et le pilote quatre. » Sam hocha la tête. « Comme d’habitude, personne ne sait vraiment où on en est. – Que voulezvous ? C’est une grande guerre », répondit le lieutenant. Ils regardèrent une énorme vague monter à l’assaut de la coque rouillée du bateau et submerger une équipe de mitrailleurs blottis sur une coursive inférieure, dans un abri de fortune composé de sacs de sable entassés ; le déluge précipita les hommes à terre et ils glissèrent à plat ventre dans l’écume sur toute la longueur du pont. S’ensuivit un cortège affligeant de plusieurs jours de grosse mer, les déferlantes aux crêtes de silex se brisant contre la proue et des rafales d’embruns criblant les hublots comme des éclats de verre. Sam dormait à l’intérieur du navire, parmi les milliers d’hommes qui gémissaient, râlaient et ahanaient, mais il passait ses heures de veille au bastingage, souvent en compagnie de son ami, Melvin Robicheaux, un petit dur à cuire originaire des environs de Baton Rouge. Le 11 novembre 1918, leur bateau échappait au maelström de l’Atlantique et touchait terre à SaintNazaire, où les quais étaient
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.