Notre cher Marcel est mort ce soir

De
Publié par

Proust meurt le 18 novembre 1922 à cinquante et un ans au 44, rue Hamelin à Paris. Si toute vie prend son sens en regard de sa fin, celle d'un écrivain se double d'une autre course de vitesse. Deux adversaires s'opposent : le souci d'achever son œuvre et la mort qui se rapproche. Aura-t-il le temps d'atteindre son dermier mot, de poser le mot 'fin'? Pour Proust, les choses sont encore plus tragiques. Car la Recherche est une œuvre toujours à reprendre, à corriger, à nourrir. Par principe, elle est sans fin. Proust malade et se sachant condamné, son attentive et dévouée gouvernante Céleste à ses côtés, lutte non tant pour survivre quelques jours ou même quelques heures mais pour, une fois encore, ajouter, biffer, corriger son immense chef-d'œuvre, ce souci interminable.
Publié le : lundi 9 septembre 2013
Lecture(s) : 20
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782207115879
Nombre de pages : 116
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Extrait de la publication
« Notre cher Marce est mort ce soîr »
DU MÊME AUTEUR
La SaIsIe, récît, Gaîmard, 1973 Scènes, nouvees, Gaîmard, 1975 Bluette, récît, Gaîmard, 1977 Contes d’exIl et d’oublI, Gaîmard, récît, 1979 RIvIères d’exIl, roman, Gaîmard, 1981 « On ne part pas », roman, Gaîmard, 1983 Un crI sans voIx, roman, Gaîmard, 1985 MaurIce Sachs ou les travaux forcés de la frIvolIté, bîographîe, Gaîmard, 1988 Le Cygne de Proust, essaî, Gaîmard, 1990 NInIve, récît, Gaîmard, 1991 Bloom & Bloch, roman, Gaîmard, 1993 La Mort du grand écrIvaIn, essaî, Stock, 1994 QuartIer lIbre, récît, Gaîmard, 1995 Pauvre BouIlhet, essaî, Gaîmard, 1998 L’Homme quI tua René Bousquet, Stock, 2001 Le plus tard possIble, récît, Stock, 2003 Courbet l’outrance, essaî, Stock, 2004 Le Cygne InvIsIble, récît, Mevîe/eo Scheer, 2004 RelIques, Gaîmard, 2005 Avant le déluge, Phîeas Fogg, 2005 Le ParIs retrouvé de Marcel Proust, Parîgramme, 2005 DIx jours « polonaIs », récît, Gaîmard, 2007 Te parler encore, récît, e Seuî, 2008 Eretz, récît, Gaîmard, 2010 HeInz, récît, Gaîmard, 2011 Ruse et dénI. CInq essaIs de lIttérature, PUF, 2011 PoInts de chute, Gaîmard, 2012
Extrait de la publication
Henrî Raczymow
« Notre cher Marce est mort ce soîr » roman
Extrait de la publication
Ouvrage pubîé sous a dîrectîon de Benot Ruee
©ÉdItIons Denoël, 2013
Extrait de la publication
Un homme quî ressembe à un vîeîard et à a oîs à un jeune homme, coué au ît dans a chambre d’un appar-tement qu’î appee uî-même un taudîs, où î n’y a rîen à manger parce qu’î a cessé de désîrer e moîndre aî-ment, n’absorbant pénîbement que du caé au aît que uî apporte sa gouvernante. Amaîgrî, hâve, barbe « de pro-phète » tee qu’î avaît jugé bon d’en afuber son Swann maade et mourant comme uî aujourd’huî, n’écrîvant pus chaque jour, tantôt de sa pume Sergent-major, tantôt en es dîctant à sa gouvernante ou à une dactyographe, que des ettres de remercîements auX compîments qu’on uî adresse, auX artîces et études qu’on uî consacre, en France et à ’étranger, s’en prenant sans ménagement à son édîteur, son correcteur, son împrîmeur. Car tout ce quî compte pour uî, aors même que son îvre sembe achevé puîsqu’î en a écrît a in, qu’î a même tracé e mot FïN au bas de ce quî seraît a dernîère page, c’est de e nour-rîr des dernîères orces quî uî restent, bourré qu’î est de médîcaments, tantôt pour se reposer un peu à déaut de
Extrait de la publication
8
« Notre cher Marcel est mort ce soIr »
dormîr vraîment, queques heures, ou queques jours, tan-tôt pour parvenîr à rester éveîé queques heures encore, ou queques jours, uî însuler de nouvees sensatîons, paraîre ’évocatîon de ’agonîe de certaîns de ses person-nages, a grand-mère, Bergotte, Swann, prenant modèe sur a sîenne propre, ne sortant pus, ou es dernîers temps une oîs par moîs tout au pus, que pour vérîier un utîme détaî, une robe, un tour de angage, une iîatîon, un traît de physîonomîe, revenant certes épuîsé, pus épuîsé encore qu’avant et remercîant ses hôtes de a généreuse învîtatîon quî uî coûta tant et quî ut pour uî sî enrîchîssante, îs ne savent à que poînt. a chambre est très aîbement écaîrée d’une umîère verdâtre, peîne de nuages suspendus dans ’aîr comme sî ’on étaît dans es hauteurs d’une montagne à cause des umîgatîons, maîs c’est îcî, pour tout autre que uî, pro-prement îrrespîrabe. e ît et es petîtes tabes à son chevet sont encombrés de îvres, de journauX, de revues, d’enve-oppes vert pâe macuées de taches de tîsane et surchar-gées de son écrîture trembée où ’on déchîfre es noms de Saînt-oup et de Gîberte Swann-Forchevîe, et des cahîers empîés où î saît à peu près retrouver es passages auXques joîndre des ajoutés, qu’î écrît uî-même ou qu’î dîcte à a gouvernante ou à a dactyographe, nîèce de cette dernîère. ï reuse es médecîns, prétend en savoîr bîen pus qu’euX sur son état. ï peut mourîr à tout înstant maîs î a tracé d’une maîn toute trembante e mot FïN, trembement de sa aîbesse eXtrême et trembement de son émotîon. es
« Notre cher Marcel est mort ce soIr »
9
mînutes, es heures, es jours qu’î uî sera donné de vîvre encore seront pour ces ajouts, ce peauinage, ces nota-tîons sur e comportement d’un personnage, une sensatîon enrîchîe, pus compète, pus vraîe, ressentîe au pus juste de a vérîté éprouvée. Peu împorte qu’î meure, pourvu que cea soît dûment înscrît. Son œuvre est achevée et non achevée, ee est éterneement en cours. C’est une œuvre înachevabe, une œuvre proîérante, métastases d’îmages justes et înoues, et tant pîs sî ’édîteur, e pus grand du e xx sîèce, s’arrache es cheveuX, sort de ses gonds. ï reît es épreuves non pour en corrîger es coquîes, maîs pour gonLer son œuvre, a paraîre, en précîser des nuances, y înscrîre sa mort même. Aînsî, non seuement sa vîe maîs sa mort y seront mîses en mots, en stye, en justesse de vérîté. ï peut mourîr pour de vraî, î aura déjà tout écrît, sa vîe et sa mort conondues, pour ’éternîté. ï n’a pas, î n’a pus besoîn de médecîns, nî de son cher petît rère quî veut uî aussî e soîgner à toute orce. ïs ne savent rîen, ne com-prennent rîen. ï ne utte pas contre a mort. ï utte pour rendre encore ses mots, ses dernîers mots, un peu îsîbes. a bîère quî se reermera bîentôt sur uî, ce sera a cou-verture de son îvre. Qu’on ne se méprenne pas, qu’on e déchîfre, qu’î en soît aît comme î a vouu au pus haut de sa ucîdîté. Puîs qu’on e aîsse dormîr — puîs mourîr, sîmpement, sans soufrîr, c’est tout ce qu’î demande. ï saît que son œuvre uî survîvra. ï peut mourîr. es écrî-vaîns, aujourd’huî, depuîs des décennîes, n’éprouvent pus cette certîtude. ïs savent qu’îs meurent pour rîen, comme tout e monde.
Extrait de la publication
En novembre 1919, înstaé depuîs un moîs au 44, rue Hameîn, Proust a quarante-huît ans, î uî reste eXacte-ment troîs ans à vîvre. ï ne e saît pas bîen entendu, maîs doît bîen s’en douter un peu. éon Daudet uî a promîs son appuî, pour e Goncourt. C’est aît e 11 décembre. ï est queque chose comme cînq ou sîX heures de ’après-mîdî quand on sonne à a porte. Céeste se précîpîte. C’est M. Gaston Gaîmard, avec ses acoytes M. Rîvîère, de a NRF, a revue, et M. Tronche, du servîce commercîa. ïs vîennent annoncer a nouvee, comme es Roîs mages. Céeste saît-ee que M. Proust vîent d’être décaré auréat du prîX Goncourt ? Mon dîeu, comment e sauraît-ee ? On n’a pas e tééphone, comme vous savez. M. Gaîmard exIgede voîr aussîtôt M. Proust. ï sembe hors de uî, prêt à oncer dans e couoîr comme un bule. Soît, ee va voîr sî M. Proust, des oîs que… ï est réveîé. Vîsîbement, î a procédé à sa umîgatîon (e temps dans a chambre est tout ce qu’î y a de nua-geuX), et î a prîs son caé (e bo est vîde). Monsîeur, j’aî
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Chambres de Proust

de editions-flammarion

Marcel Proust à 20 ans

de au-diable-vauvert

Le Populisme climatique

de editions-denoel

Le Premier Venu

de editions-denoel

suivant