Nous aurons de l'or

De
Publié par

Banlieue nord de Paris, aux alentours de 2030. Après vingt ans d'exil aux États-Unis, un boxeur rentre en France. Le pays maussade qu'il avait laissé derrière lui a radicalement changé. La joie est revenue. On danse dans les rues : Rachida Meziane vient d'être élue à la présidence de la République française. Le récit se déroule le jour de son investiture devant la basilique de Saint-Denis. Au fil de ses déambulations, ce boxeur mélancolique revit son enfance de garçon blanc au Bourget, son amitié, scellée à l'adolescence dans le feu des émeutes de 2005, avec l'artiste de génie Yassine Inoubli, ce combat de boxe à Moscou par la grâce duquel il devint le héros d'une autre France. Puis l'exil à New York où il a rencontré Hannah, son amour, et dont la présence illumine les rues du 93 comme celles des villes américaines où ils ont vécu et qui connaissent, elles aussi, des temps exceptionnels. Parce que, aux alentours de 2030, il semble que le feu soit partout.Jean-Eric Boulin a 36 ans. Il est l'auteur de Supplément au roman national (Stock, 2006). Il vit aux États-Unis.
Publié le : mardi 25 mars 2014
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021154061
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
NOUS AURONS DE L’OR
DU MÊME AUTEUR
Supplément au roman national Stock, 2006 et Le Livre de poche, 2008
La Question blanche Stock, 2008
La Traversée du printemps Visages de la révolution égyptienne Photographies d’Alban Fatkin François Bourin Éditeur, 2012
JEANÉRIC BOULIN
NOUS AURONS DE L’OR
r o m a n
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd RomainRolland, Paris XIV
« L’auteur a bénéficié, pour la rédaction de cet ouvrage du soutien du Centre National du Livre »
: 9782021154054 ISBN
© É S , 2014 DITIONS DU EUIL MARS
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
À JeanMarc R. À ceux qui se reconnaîtront
1
Il n’était pas revenu au Bourget depuis l’attentat qui a tué Yassine. Il a fait le long voyage depuis la Caroline du Nord. Alors que la mort lui a beaucoup repris, il s’étonne de sa sérénité. Ses mains ne tremblent pas, son cœur ne tient pas dans sa poitrine à l’aide d’une planche pourrie. Il a quitté il y a deux jours Hannah, embrassé sa fille, qu’il a laissée, roulée comme une amulette dans les draps, làbas à Charlotte. Il les a serrées longuement, parce que le feu est maintenant partout dans le pays, sur les talons de chacun.The US is burning, titrait leNew York Times, le jour de son départ. Il redécouvre la langue française. Elle s’est réveillée dans sa bouche comme une princesse endormie. Il se laisse regagner, repeupler par elle. Dans le taxi conduit par un vieux Chinois, alors que l’autoradio crachait des chansons d’amour, il a redécouvert l’urbanisme de la
9
NOUSAURONSDELOR
banlieue française dans le bleu du matin, ses lumières comme des âmes en peine, ses enseignes noyées. Le retour au bled, après toutes ces années, il y est. Main tenant, il le sait, l’angoisse stationnée aux confins de son être pourrait se réveiller, entamer sa mobilisation. Mais il se sent de taille à la contenir. Il s’est aguerri làbas. Il a ce truc de se penser en personnage de roman et de se doter, chaque fois que nécessaire, d’une invincibilité de papier. Il a débarqué hier matin du vol New YorkParis, avec un bagage léger, pour faire ses adieux aux vivants et aux lieux, occuper le passé. Son corps l’a porté jusqu’au grand amour, la naissance d’une fille et ce merveilleux jour de victoire. À ces aunes, le passé n’est plus un assassin tenu en respect par la largeur d’un océan et les années, mais un musée de glace où il peut, dix ans plus tard, se rendre le cœur presque neutre. Le Bourget, la ville natale. Ses rues grises et serpen tines, ses bustes rouillés de grands hommes, l’architecture vaguement alsacienne de son hôtel de ville.Chaque rue est à la place où sa mémoire l’a laissée. Le glauque, cette robe des villes pauvres de banlieue, est, lui aussi, inchangé. Le Bourget, comme Drancy, comme SevranBeaudottes, comme TremblayenFrance, est une étendue rase, sur laquelle a été saupoudrée une charpie de sandwicheries grecques, de barsPMU, de boucheries, de taxiphones,
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

L,Éventail de Madame LI

de ActuaLitteChapitre

Never sky

de nathan

SAS 59 Carnage à Abu Dhabi

de gerard-de-villiers-sas