Opération Corse

De
Publié par

Marc ne savait pas si l’homme qu’il avait frappé était de nouveau opérationnel ou pas. Il espérait que non, car deux malfrats à sa recherche, c’était déjà deux de trop. Il était piégé. S’il se remettait à courir, l’homme était trop près et ne le raterait pas cette fois. Soudain la tête de l’homme partit à la renverse et il s’écroula face contre terre. Le bruit de la détonation arriva juste après. —?Cible éliminée, dit Marchal, le chef d’équipe des snipers, d’une voix glaciale. Franck se pencha sur Marc la main toujours sur son arme car il n’avait toujours pas la confirmation de l’identité de cet homme. —?Vous êtes qui vous? Marc se redressa sur les coudes. —?Marc Fayard. Journaliste au Parisien. Franck lui tendit la main tandis que l’hélicoptère s’éloignait à nouveau sous les tirs venant de la gauche de leur position. —?Lieutenant Franck Dastier. Groupe FAIR. Armée française. Restez à couvert et baissez la tête. Un journaliste désinvolte mais téméraire. Un terroriste déterminé et audacieux. Un militaire courageux et discipliné. Ces trois hommes vont se retrouver mêlés au cœur de la plus incroyable attaque terroriste contre le gouvernement français: l’opération Corse.
Publié le : jeudi 1 mars 2012
Lecture(s) : 40
Tags :
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782748366198
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782748366198
Nombre de pages : 274
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Damien Brossard
OPÉRATION CORSE
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0116676.000.R.P.2011.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2011
À Lucie, Léo et Célia qui mont accompagné tout au long de ce livre.
Remerciements
Merci Papa pour tes encouragements et ton il avisé.
Chapitre 1 Porto-Vecchio dans la nuit du 17 au 18 février.
Trois ombres avançaient furtivement le long du mur den-ceinte du palais de justice. Juste à côté se trouvait le commissariat avec une permanence de nuit, le seul endroit éclai-du quartier. En effet, léclairage avait sauté inexplicablement la veille et les techniciens dEDF nétaient pas encore passés. Trois hommes cagoulés et vêtus de noir dépassèrent lentrée du palais puis lun des trois traversa la rue et alla se poster au coin opposé. Il posa un gros sac à ses pieds. De là il disposait dun poste dobservation imprenable sur toute la rue et les alentours. Avançant à petits pas les deux autres se rapprochèrent de len-trée du commissariat. À cette époque de lannée, il ny avait quun agent de permanence la nuit, plus une patrouille mobile composée de deux policiers qui sillonnaient la ville. Le guetteur sortit alors de son sac des lunettes à vision nocturne et jeta un regard circulaire sur la rue. Rien ne bougeait. Il fit un signe de la main à ses deux complices. Sans le moindre bruit, ceux-ci pri-rent dans leurs sacs deux pistolets 9 millimètres équipés de silencieux. Ils se regardèrent. Ils étaient très calmes et leur souf-fle était régulier ce nétait pas leur première opération. Ces hommes étaient des professionnels. À vingt-quatre ans, Samuel, lagent de police de permanence ce soir-là, venait tout juste de sortir de lécole de police de Ver-sailles. Etant le benjamin de léquipe, il avait droit à toutes les permanences de nuit. Et ce soir encore, cétait avec un café chaud et un bon polar quil comptait finir sa garde. Derrière sa
9
OPÉRATION CORSE
vitre blindée, mesure de sécurité obligatoire dans tous les pos-tes, il voyait la porte dentrée sur sa droite et le hall dattente face à lui. Alors quil allait se resservir un bon café, il entendit dehors comme une altercation. Intrigué plus quinquiet, et habi-tué aux excès des clochards qui cherchaient un lieu chauffé pour la nuit, il prit la radio :  Ici poste central à vous.  Ici David je te reçois.  Il y a lair davoir une bagarre devant chez nous. Je vais voir.  OK ça doit encore être ce pauvre Bambi. Fais gaffe quil ne te vomisse pas dessus ! répondit ladjudant David en sesclaf-fant.  Bon allez, je vais jouer à laubergiste. Bambi était un des SDF du quartier et il venait régulièrement les voir espérant passer la nuit au chaud. Samuel reposa la radio, prit sa matraque en aluminium et ouvrit la porte de son cagibi, en laissant les clés dessus. Il nentendait plus de cris et soupira à lidée de devoir porter ce gros sac à vin. Il poussa doucement la porte dentrée mais ne distingua rien dans la nuit noire.  Saleté de panne de courant ! jura le jeune fonctionnaire de police. Il fit un pas supplémentaire pour essayer dapercevoir la pro-venance des bruits. Soudain, il aperçut du coin de lil arriver une masse sombre sur sa gauche, mais neut pas le temps des-quisser le moindre geste. Le plus costaud des deux assaillants lui asséna un violent coup de crosse en plein dans le nez. Samuel seffondra contre la porte le nez en sang. Les deux hommes le dépouillèrent rapidement de son arme et de sa matraque. Ils le traînèrent à lintérieur. Encore sonné par la violence et la fulgu-rance de lattaque, Samuel tenta dattraper la cheville dun des malfaiteurs pour le faire trébucher, mais il reçut un nouveau coup sur la tête et perdit conscience en saignant abondamment. Le plus petit des agresseurs dit alors à lautre :  Ne le tue pas. Pas encore.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant