Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 7,45 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

Adieu

de sonatine

La femme que j'aimais

de le-cherche-midi

Libre, seul et assoupi

de au-diable-vauvert

2
Titre
Par la barbichette
3
Titre Jean-François Goujon
Par la barbichette
Polar
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-02054-0 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304020540 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-02055-7 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304020557 (livre numérique)
6
.
8
Par la barbichette
CHAPITRE1 :LE VOL
Tout s’était passé comme prévu. J’étais dans la maison.Facile ? Non quand même pas. C’était la première fois que je commettais un délit de cette importance (Je ne trouvais, en effet, pas d’autre mot pour qualifier ce que je m’apprêtais à accomplir). Moi, l’honnête homme ! Non, non l’expression n’était pas exagérée.Et je n’en menais pas large. Je sentais une pression énorme dans ma poitrine. Comme un malaise. Pourtant, j’avais l’habitude de faire du sport.Là, je me trouvais à pied d’œuvre et ne pou-vais plus reculer.Je connaissais très bien la maison. C’était une jolie bâtisse comme on en trouve dans ce beau quartier d’Angers, précisément avenue Jeanne d’Arc. Un bâtiment en pierre de deux étages. J’y étais parvenu sans peine, à pied, ne rencontrant quasiment personne, afin d’atteindre la proprié-té par l’arrière qui donnait sur une ruelle étroite.
9
Par la barbichette
Celle-ci permet aux habitants de s’approcher de leur demeure en voiture pour notamment dépo-ser des courses. Une venelle très discrète, sur-tout la nuit, d’autant plus qu’un mur cachait cette entrée de la plupart des voisins. Je savais que ces derniers n’étaient pas nombreux, loin de là. Les plus proches étaient partis en vacan-ces. Personne ne m’avait vu. J’en étais sûr. J’avais seulement constaté à quel point le cris-sement de mes pas sur le gravier de cette ruelle devenait soudain retentissant. Je ne l’avais alors jamais remarqué.Il est vrai que je passais très rarement par l’arrière et encore moins souvent en pleine nuit.Franchir le mur du jardin fut une formalité, malgré l’écouteur du baladeur radio que j’avais gardé sur une oreille. Hé, oui, nous étions le mercredi 5 juillet 2006 et je suivais la retrans-mission du match de football, France - Portu-gal. La France, chose inimaginable quelques semaines plus tôt, disputait la demi-finale ! J’avais eu, lors de ma promenade, l’impression d’être le seul piéton dans les rues à cette heure.J’avais hésité à perpétrer mon méfait ce soir-là : les jours sont longs à cette époque de l’année et j’avais craint de croiser des connais-sances. Je m’étais donc affublé d’un postiche parfaitement ridicule. Avec mon « commandi-taire », nous avions fait le pari, deux jours plus
10