Pas de crêpes à Trinidad

De
Publié par

Tout le monde connaît le penchant de Gwenn Rosmadec pour les voyages au bout du bout du monde. Dans cette nouvelle aventure, notre journaliste et enquêteur préféré va battre des records et nous emmener de Trinidad à Miami en passant par les Alpes françaises et Saint-Malo ! Pour retrouver Jos Riou, un collègue journaliste un peu trop curieux, Gwenn, aidé de sa charmante épouse Soazic, est en effet prêt à tout, et ce ne sont pas quelques incantations vaudous prononcées par des manipulateurs mafieux qui vont le faire trembler, même si ce qu’il va découvrir au terme de son enquête s’avèrera être un trafic des plus sordides.

Cultes obscurs, croisières de luxe et argent sale forment dans ce nouvel opus d’Alex Nicol un cocktail savoureux et détonant !
Publié le : jeudi 25 février 2016
Lecture(s) : 40
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782374531090
Nombre de pages : 119
Prix de location à la page : 0,0045€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Extrait
Gwenn Rosmadec s’étira longuement sur le fauteuil en cuir qu’il avait installé dans son bureau et éteignit la télévision. Il venait, une fois de plus, de regarder La Guerre des Étoiles, cette saga qu’il avait tant aimée et qui l’avait suivi tout au long de sa vie.

Il était loin le temps où il baroudait sur les terrains minés de la guerre aux quatre coins du monde. Sainte Marine, adorable petit village breton au bord de l’Odet était devenu son antre, son refuge, son abri et la résidence de son cabinet d’écrivain public.

Cette activité, beaucoup plus calme que la précédente, lui avait permis d’établir des relations durables avec les gens du pays qui lui confiaient leur histoire pour qu’il la restitue restructurée, magnifiée et authentique. Naturellement, lorsque certains pans de la mémoire de ses clients faisaient défaut, il reprenait son bâton de journaliste pour aller traquer la vérité et fouiller les recoins parfois sombres du passé. Mais aucun client ne s’était jamais plaint du résultat, bien au contraire, et cela avait renforcé la réputation de son sérieux.

Sur la grande table en bois qui lui servait de bureau, le téléphone sonna. Gwenn se leva et décrocha, lançant un jovial :

— Gwenn Rosmadec à votre service !


Une voix qu’il connaissait bien lui répondit sur le même ton !

— Salut mon petit gars !

Pierre Montfort ! Le grand patron de l’agence Magna Carta pour laquelle Gwenn avait longuement travaillé. Des images remontèrent spontanément à la surface de son subconscient : Le Liban, Beyrouth et ses bombes… les conflits en Afrique… le Triangle d’or en Asie du Sud-est et ses planteurs d’opium… le Sentier Lumineux au Pérou et les trafiquants colombiens à Bogota… Des photos mentales se mêlèrent à des parfums multiples : l’humidité de la jungle, l’aridité du désert, la fraîcheur des oasis, la pollution des mégapoles… Et cette délicate saveur de la nostalgie qui ne l’avait jamais complètement quittée.


Pierre Montfort avait été un grand patron de presse et Gwenn au-delà des relations professionnelles avait lié de solides liens d’amitié pour lesquels les mots « confiance » et « solidarité » prenaient tout leur sens.

— Alors, Pierre ! N’aurais-tu pas une petite envie d’embruns parfumés d’iode et de sel ?

— Tu sais très bien que ce n’est pas l’envie qui m’en manque, Gwenn, et il y a des jours où j’aimerais beaucoup prendre ta place !

Gwenn imaginait très bien son mentor debout dans son bureau des champs Élysée admirant l’Arc de Triomphe derrière la large baie vitrée. Il poursuivit joyeusement :

— Tu viens ici quand tu veux ! Tu le sais très bien. Mais dis-moi ! Que me vaut cet appel matinal ?

Pierre Montfort se racla la gorge. Il avait pris cette habitude à chaque fois qu’il avait convoqué Gwenn pour l’envoyer en mission, ce qui tempéra la bonne humeur du Breton. Qu’est-ce que Montfort pouvait bien lui vouloir ? Gwenn attendit que son interlocuteur reprenne la parole.


— Gwenn, je sais que tu as laissé tomber le job. Et pourtant tu étais l’un des meilleurs…

L’écrivain public lui coupa la parole :

— Si c’est pour m’expédier dans un champ de mines et y faire des photos, c’est niet !

— Ce n’est pas tout à fait ça Gwenn. Je suppose que tu as entendu parler des rites vaudous ?

— Oui, comme tout le monde…

— J’ai envoyé un de mes poulains faire un reportage sur ce thème. En fait, c’est lui qui m’a aiguillé sur ce sujet. Il avait découvert un peu par hasard une cellule vaudou dans sa ville de Dinard, près de Saint Malo. Histoire de se faire la main, il avait commencé à enquêter là-bas et, semble-t-il, aurait levé un gros lièvre, le genre de truc inattendu. Mais il était fou d’enthousiasme et voulait approfondir sa recherche. Il est donc venu me voir pour me proposer de continuer.

— Et il est parti à Haïti ! continua Gwenn.

— Il aurait pu s’y rendre, effectivement. Mais c’est à Port-d’Espagne, la capitale de Trinidad et Tobago, qu’il est allé.

— Surprenant ! répondit le Breton. Je savais que les rites vaudous s’étaient répandus dans la plupart des îles des Caraïbes, mais j’ignorais que Trinidad était aussi concerné ! Maintenant, en quoi cela me concerne-t-il ?

Pierre Montfort resta un instant silencieux avant de lâcher :

— Il a disparu !

— Comment ça, disparu ?

— Nous avons suivi sa trace jusqu’à l’hôtel où il était descendu. Puis il est parti à un rendez-vous et devait rentrer le soir même. Il n’est pas revenu. Comme c’était l’agence qui avait effectué la réservation, le patron nous a appelés directement pour nous mettre au courant.

— Qu’as-tu fait alors ?

— La démarche normale : contacter la police pour qu’ils interviennent très rapidement. Mais cela n’a eu aucun effet. Puis les autorités consulaires françaises qui m’ont assuré qu’elles allaient s’employer à suivre cette affaire de très près.

— Donc les choses se mettent en place !

— Gwenn, tu sais mieux que moi qu’il importe d’être sur place pour tenter de comprendre. Et si je fais appel à toi, c’est parce que ce jeune journaliste, Jos Riou, est mon neveu.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant