Pas pleurer

De
Publié par

PRIX GONCOURT 2014
Deux voix entrelacées. Celle, révoltée, de Bernanos, témoin direct de la guerre civile espagnole, qui dénonce la terreur exercée par les Nationaux avec la bénédiction de l’Église contre « les mauvais pauvres ». Celle, roborative, de Montse, mère de la narratrice et « mauvaise pauvre », qui a tout gommé de sa mémoire, hormis les jours enchantés de l’insurrection libertaire par laquelle s’ouvrit la guerre de 36 dans certaines régions d’Espagne, des jours qui comptèrent parmi les plus intenses de sa vie.Deux paroles, deux visions qui résonnent étrangement avec notre présent et qui font apparaître l’art romanesque de Lydie Salvayre dans toute sa force, entre violence et légèreté, entre brutalité et finesse, porté par une prose tantôt impeccable, tantôt joyeusement malmenée. Lydie Salvayre a obtenu le prix Hermès du Premier roman pour La Déclaration, le prix Novembre (aujourd’hui Prix Décembre) pour La Compagnie des Spectres et le prix François Billetdoux pour BW. Ses livres sont traduits dans une vingtaine de langues. Certains ont fait l’objet d’adaptations théâtrales.
Publié le : jeudi 21 août 2014
Lecture(s) : 257
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021116236
Nombre de pages : 285
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
PAS PLEURER
LYDIE SALVAYRE
PAS PLEURER
r o m a n
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd Romain-Rolland, Paris XIV
© Le Castor Astral, 2008, pour toutes les citations desGrands Cimetières sous la luneGeorges Bernanos de qui apparaissent au fil du texte
ISBN : 978-2-02-111622-9
© Éditions du Seuil, août 2014
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
¿De qué temes, cobarde criatura? ¿De qué lloras, corazón de mantequillas?
Cervantes (Don Quijote, II, 29)
1
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.