Portrait de l'écrivain en animal domestique

De
Publié par

Tout oppose, a priori, l'écrivain et le businessman. L'un incarne (ou le croit) la soif d'absolu, le goût de l'inutile, l'esprit de révolte. L'autre, la brutalité affairiste, l'accumulation avide et le désir violent de dominer. Qu'advient-il lorsque l'un se met au service de l'autre ? Lorsque l'écrivain accepte d'écrire la biographie, forcément élogieuse, du businessman ? Quelles fascinations s'exercent ? Quelles complicités se lient ? De quelles abdications se paient-elles ? Jusqu'où et jusqu'à quand peut-on, sans se renier, se compromettre ? Ces questions sont vieilles comme le monde et pressantes comme jamais. Lydie Salvayre les examine avec un regard dont la gravité, la malice et l'irrévérence n'épargnent ni l'un ni l'autre des deux protagonistes.
Publié le : mardi 1 septembre 2009
Lecture(s) : 38
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021007183
Nombre de pages : 236
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Extrait de la publication
F i c t i o n & C i e
Ly d i
P O D E L’ E N D O
27, r
,
r e
I N L U E
Extrait de la publication
es à une e par quelque ite et constitue été intellectuelle.
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Extrait de la publication
t l’esprit t fois par sonnel de évidence, dmirer, illeux. au me flat-beau me ogne que eurait pas u par la nète, lequel mot dont il vangile ferte était
eur perçus tique un
burger, poser ici, ant si je er dans usément ue réelle e envers re où e rencon-ais it mise travail e, com-
r ma vie ld le roi aient qu’il atron duire à ouvelle erait ma
stériles persuader amburger on, une erait mon nnu mon
Extrait de la publication
idemment tais aussi
tais fébri-quittais
arisien s sa rési-iraient à us près de is accepté sion de lement la
vail devait omme son n croie au me jucher ir de robes goût) la ses divers
avait paru a finance -
n stupeur, ne autre e, jouer t le plus t même de la rs après èces sur enne, me vié par le piano ) baisait
du corps Nous théâtre, et moi s, que je l, ne sem-ue que je affriolante un grand nt qu’exi-érature). frenchy, ue j’allais
-yorkais
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Éloge de l'oisiveté

de ActuaLitteChapitre

De pierres et de sang

de editions-druide