Puis gris que dilue du rose…

De
Publié par

À l’image de l’œuvre abstraite qui se réduit ou se déploie jusqu’au simple visible, ainsi devenue toute concrète, un texte a été abstrait de toute inten-tion, réduit au simple lisible, à un lisible comme quasi visible, rendu concret comme un mur de pierres sèches posé nulle part, pour rien, séparant rien de rien, le pourquoi du pourquoi pas, entre les deux, un simple là.
Puis gris que dilue du rose que brûle le bleu poursuit cette recherche à laquelle se voue Marc Cholodenko, obstinée et métho-dique, radicale, désespérée mais lumineuse, d’une écriture qui ne serait que pensée, une pensée pure, dénuée de toute intention, de tout but, de la moindre incidence triviale. « Un simple là ».
Publié le : jeudi 13 février 2014
Lecture(s) : 7
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782818020067
Nombre de pages : 78
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Puis gris que dilue du rose que brûle le bleu
DUM ÊM EAU T EU R
Chez le même éditeur
H V L ISTOIR E DE IVA N T A NON
LAPOÉSIEL AV IE
Q UASI U NA FA N TASIA Q U ELQU ES PET ITS PORTR A ITS DE CE MON DE U N R ÊV E OU U N R ÊV E
M ( ) ON H ÉROS JE N E SA IS PAS
I M ITAT ION NYC T H IER RY GLOSSA IR E T /A AU DIS U T EL S
F IL ET D  EU X CEN TS ET QU ELQU ES COM M ENCEM EN TS OU EX ER  ’ CICES D ÉCR IT U R E OU DE L ECT U R E A MUSA N TS LESÉTATDUDÉSERT,coll. « #formatpoche » LESPL EU R S,coll. « #formatpoche »
Les autres livres de Marc Cholodenko sont répertoriés en fin de volume
Marc Cholodenko
Puis gris que dilue du rose que brûle le bleu
P.O.L e 33, rue SaintAndrédesArts, Paris 6
L’auteur a bénéficié pour l’écriture de cet ouvrage du soutien du Centre national du Livre.
© P.O.L éditeur, 2014 ISBN : 9782818020050 www.polediteur.com
Puis gris que dilue du rose que brûle le bleu. Après avoir si longuement et obs tinément bourdonné à la vitre dans le brusque silence du vide soudain elle poursuit du même battement d’ailes. Tant que tombera la pluie le reflet de la cheminée coulera sur le toit en zinc tan dis que l’eau de la rivière coulera sous celui de l’arbre tant que brillera la lumière. Cigarette qui échappe en fumée entre les doigts et les lèvres c’est de sa durée qu’il fait consister la sienne à quoi
7
il la consume en sacrifice pour ce temps de répit. Les pas ont suivi un trajet iden tique mais leurs traces n’évoquent pas le même chemin ainsi la poussière se détache de son nom en s’élevant à la lumière et dans la maison vide d’appel en appel un quelqu’un d’autre se forme d’absence. La feuille de papier se défroisse peu à peu selon les lisses lentes ondula tions de l’eau comme si la main ne l’avait abandonnée qu’à moitié et l’accompa gnait en se desserrant progressivement après lui avoir épargné le déchirement qui de fait ne l’aurait que partiellement absoute du sens dont l’ondoiement la lave si définitivement si paisiblement. La spontanéité s’il en a crédité aussi volon tiers que promptement son interlocuteur c’est à condition de garder pour lui seul en échange avec le délai nécessaire à
8
l’exercer le droit d’user des procédés détournés quoique logiques selon les quels une esthétique de la vérité fonde et définit sa sincérité. Qu’elle soit propre ou prêtée d’homme ou de femme riche ou pauvre entre tenir et posséder la main n’a pas le choix qui pourtant va et vient comme balançant entre l’un et l’autre et finit par s’octroyer la feinte satisfaction d’une fausse résolution en se fermant sur le gland pour faire des deux comme un nœud. Il semble hésiter le pigeon qui pié tine au bord du toit puis disparaît mais voilà qu’il est de retour comme s’il s’était ravisé et décide de se silhouetter de fer noir contre le couchant rose tentant une nostalgie anticipatrice à essayer de l’inci ser sur une rétine intemporelle pour mieux assurer la conscience que déjà cela n’est que pour le vide qui se dévide dans
9
le passage d’ici à làbas savoir nulle part et pour nul être. C’est une lettre autre que celle qu’il avait en mémoire qu’il a sortie et range aussitôt avant de refermer la boîte s’étant souvenu de ce qu’il cher chait à se rappeler qui est qu’à la surface réfléchissante de la matière opaque du passé où toutes choses quelle que soit la profondeur de leur enfouissement reposent dans l’égalité il est indifférent au présent que telle ou telle soit évoquée. Allongé sur le trottoir sous l’écoulement de l’universel où se déversent et s’abreuvent la bouche les yeux ou peut être un autre orifice qui comprend tous ceux de la boîte crânienne impossible de savoir si c’est la lucidité qui lui reverse l’ivresse ou l’inverse puisque l’une et l’autre chacune dans son sens animent la circularité perpétuelle de l’instant. Après
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Suite

de arma

NYC

de pol-editeur

Il est mort ?

de pol-editeur

suivant